Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Carles Puigdemont va devoir revenir à Barcelone s'il veut gouverner la Catalogne


Rédigé par le Lundi 15 Janvier 2018 | Lu 2276 commentaire(s)


Affiche électorale de Carles Puigdemont (photo : Junts per Catalunya)
Affiche électorale de Carles Puigdemont (photo : Junts per Catalunya)
ESPAGNE. Carles Puigdemont se trouve plus que jamais au pied du mur. Lundi 15 janvier 2018, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a indiqué que le futur président de la Catalogne devrait "prendre ses fonctions" et le faire "physiquement". Ce qui signifie clairement que Carles Puigdemont doit revenir à Barcelone s'il veut endosser ce costume. Et donc quitter son exil de Bruxelles où il se trouve depuis sa condamnation pour "rébellion et sédition". Le président de l'exécutif régional destitué avait même du lancer sa campagne depuis Bruges et la poursuivre en Belgique sans remettre le pied en Espagne.

Problème, si les autorités espagnoles ont finalement renoncé au mandat d'arrêt européen - synonyme probable d'extradition-, il risque toujours une arrestation dans son pays.

"Dans le cas où l'on prétendrait que M.Puigdemont assiste à un débat d'investiture à partir de Bruxelles, le gouvernement contesterait immédiatement cette décision absurde" assure Mariano Rajoy. Et de menacer Carles Puigdemont s'il décide de ne pas revenir sur ses terres pour gouverner : "s'il ne le fait pas l'article 155 restera en vigueur". L'article 155, c'est le fameux article qui a permis de mettre sous tutelle la région de Catalogne depuis le 27 octobre 2017.

Les indépendantistes ont obtenu, fin décembre 2017, la majorité au Parlement catalan lors de législatives anticipées, et se préparent à reprendre les commandes de la région. Mercredi 17 janvier 2018 se tiendra la première séance du Parlement régional catalan nouvellement élu. La cérémonie d'investiture du nouveau gouvernement devra se dérouler avant la fin du même mois.
Si aucune solution n'est trouvée d'ici mars 2018, de nouvelles élections seront organisées par les autorités espagnoles.