Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Carles Puigdemont risque trente ans de prison




Le président du gouvernement catalan, Carles Puigdemont, est destitué (photo : gouvernement catalan)
Le président du gouvernement catalan, Carles Puigdemont, est destitué (photo : gouvernement catalan)
ESPAGNE / CATALOGNE. Après la déclaration par le Parlement catalan de l'indépendance et de la République, l'entrée en scène des unionistes, favorables au maintien de la Catalogne en Espagne, et la mise sous tutelle par Madrid de la région, s'ouvre, lundi 30 octobre 2017, le chapitre judiciaire.

Le parquet fédéral espagnol a décidé de poursuivre Carles Puigdemont, président de la Catalogne, destitué de ses fonctions par le gouvernement central ainsi que ses ministres. Les chefs d'accusation - "rébellion", "sédition", "malversation" et "prévarication" - peuvent leur valoir de quinze à trente ans de prison selon les charges requises retenues. Le tribunal de l'Audience nationale, et plus particulièrement la juge Carmen Lamela, doit se prononcer sur la recevabilité de cette plainte du procureur général de l'Etat espagnol.

Appelant à une "opposition démocratique", l'intéressé se trouverait actuellement en Belgique. Certains lui prête l'envie d'y demander l'asile politique pour ne pas être arrêter. C'est en effet ce que risque Carles Puigdemont s'il ne se présente pas à la justice.
Il avait d'ailleurs lui-même évoquer un asile dans un pays européen, précisant sa préférence pour la Belgique. Le Flamand Theo Francken, secrétaire d'Etat belge à l'Asile et la Migration, indiquait, dimanche 29 octobre 2017, que "la situation en Catalogne est en train de dégénérer. Nous pouvons supposer, de manière réaliste qu'un nombre de Catalans vont demander l'asile en Belgique... Ils pourront demander une protection et introduire une demande d'asile et nous y répondrons favorablement."

Avant de vite se faire retoquer par son premier ministre Charles Michel affirmant que cette éventuelle demande d'asile ne se trouvait "absolument pas à l'ordre du jour " et demandant instamment à Theo Francken de ne pas jeter de "l'huile sur le feu."

La Catalogne est désormais administrée par Soraya Saenz de Santamaria, vice-présidente du gouvernement espagnol, qui veillera à la bonne préparation des élections régionales programmées le 21 décembre 2017.




Lundi 30 Octobre 2017



Lu 1415 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 21 Février 2018 - 15:18 3 000 sans abris dorment dehors à Paris

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
 
PlanBleu         Région PACA
 
Euromediterranee
Femise          APIM