Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Carles Puigdemont et ses ministres se trouvent en exil à Bruxelles




Carles Puigdemont poursuit son combat à Bruxelles (photo : Gouvernement de Catalogne)
Carles Puigdemont poursuit son combat à Bruxelles (photo : Gouvernement de Catalogne)
ESPAGNE / CATALOGNE. Un mois après le référendum d'autodétermination du 1er octobre 2017, jugé illégal par le pouvoir espagnol, et trois jours après la proclamation de l'indépendance de la Catalogne par le Parlement catalan, Carles Puigdemont se trouve bien en exil à Bruxelles, "pour assurer sa sécurité". Parti de Barcelone en voiture, il aurait pris, avec cinq ministres qui l'accompagnent, un avion pour Bruxelles à l'aéroport Marseille Provence. Comme il l'a confirmé, mardi 31 octobre 2017, en y organisant un point presse, il devrait y rester jusqu'à ce qu'il obtienne des garanties de la part du gouvernement espagnol qui l'a destitué et veut le condamner à de la prison.

S'exprimant le plus souvent en Français, mais aussi en Catalan, en Espagnol (Castillan) et un peu en Anglais, celui qui se présente encore comme président de la Catalogne entend poursuivre son combat depuis - et il tient à la précision - "la capitale de l'Union européenne et pas la Belgique".

Il rejette ainsi les rumeurs de demande d'asile politique. Dans son intervention, Carles Puigdemont a précisé qu'il fallait "ralentir" le processus d'indépendance catalane pour éviter les troubles, jugeant qu'il attendait "une solution politique et pas judiciaire". Critiquant par là-même les menaces d'arrestations pesant sur lui et les membres de son gouvernement qui risquent, comme il l'a indiqué, "plus de 500 ans de prison" dont trente pour l'ancien président catalan.

Les valeurs de l'Europe

Carles Puigdemont acceptant de participer, avec son parti PDeCat, aux élections régionales voulues par Madrid - qui vient de suspendre l'indépendance de la Catalogne et de prendre la veille le pouvoir à Barcelone - pour clarifier la situation. Le président déchu affirme qu'il respectera le résultat des urnes. Il questionne par contre le gouvernement espagnol pour savoir s'il en ira de même pour lui. Le scrutin du 21 décembre 2017 s'avère une étape très importante dans le processus engagé. Si le camp des indépendantistes perd, Mariano Rajoy pourra savourer sa victoire et aura toute la légitimité pour fermer la parenthèse de la scission. Par contre, s'il gagne, le premier ministre espagnol se verra confronter à un problème encore plus important. Il ne pourra plus prétexter un référendum illégal pour fermer la porte à toute discussion en vue de l'indépendance de la Catalogne. D'où la question astucieuse de Carles Puigdemont sur le respect des résultats par Madrid.

"Je demande à l'Europe de réagir car la cause des Catalans repose sur les valeurs sur lesquelles est fondée l'Europe", insiste Carles Puigdemont alors qu'aucun pays n'a encore, à ce jour, reconnu l'indépendance de la Catalogne. Il oppose ainsi sa volonté de dialogue, sans cesse réitérée tout au long de la crise avec l'Etat espagnol, et l'attitude agressive de Madrid caractérisée par les violences policières lors du référendum du 1er octobre 2017, la destitution du gouvernement et du parlement catalan, et les menaces de judiciarisation du conflit entre la région et l'Etat espagnol.




Mardi 31 Octobre 2017



Lu 1263 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA