Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Bruxelles fait dérailler le projet de fusion entre Siemens et Alstom



            Partager Partager

Les arguments de la Commission européenne pour interdire à Siemens de racheter Alstom (graphique : C.E.)
Les arguments de la Commission européenne pour interdire à Siemens de racheter Alstom (graphique : C.E.)
UNION EUROPÉENNE. La décision est tombée officiellement mercredi 6 février 2019 peu avant midi. Et elle vient chambouler les plans stratégiques de deux grands de la construction de transports ferroviaires. La Commission européenne interdit le projet d'acquisition d'Alstom par Siemens. "La concentration aurait porté atteinte à la concurrence sur les marchés des systèmes de signalisation ferroviaire et des trains à très grandes vitesses", conclue-t-elle.

"Des millions de passagers en Europe comptent tous les jours sur des trains modernes et sûrs. Siemens et Alstom sont toutes deux des fers de lance de l'industrie ferroviaire. En l'absence de mesures correctives suffisantes, cette concentration aurait entraîné une hausse des prix pour les systèmes de signalisation qui assurent la sécurité des passagers et pour les futures générations de trains à très grande vitesse. La Commission a interdit la concentration parce que les parties n'étaient pas disposées à remédier aux importants problèmes de concurrence que nous avons relevés", commente Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la politique de la concurrence.

Confirmant ce refus, Bruno Le Maire, ministre français des Finances, l'a qualifié d'"erreur économique" et pense que ceci "servira les intérêts de la Chine." Son homologue allemand, Peter Altmaier, a lui houspillé la Commission européenne questionnant, "n'y a-t-il pas des domaines tels que l'aviation, les chemins de fer, les banques où vous devez prendre le marché mondial comme référence plutôt que l'européen ?"

Depuis cette annonce en septembre 2017, Paris et Berlin soutiennent en effet ce rapprochement entre leurs deux fleurons qui pourraient ainsi mieux lutter contre le chinois CRRC. Alstom et Siemens avaient déjà tenté de s'allier voici trois ans.

Refus des mesures correctives

Les deux entreprises suggéraient, des transferts d'actifs sur la signalisation ferroviaire et pour le matériel roulant à très grande vitesse, de céder soit un train actuellement incapable de rouler à très grande vitesse (comme le Pendolino d'Alstom), soit une licence portant sur la technologie à grande vitesse Velaro de Siemens. Des propositions jugée insuffisantes par Bruxelles qui constate que "la licence était soumise à de multiples conditions restrictives et exceptions, qui auraient, pour l'essentiel, fait obstacle au développement, par l'acheteur, d'un train à très grande vitesse concurrent, en le privant de la capacité et des incitations nécessaires pour ce faire". En retour, Alstom et Siemens ont refusé les mesures correctives proposées par la Commission européenne.

La décision a été prise après une enquête approfondie menée après cette annonce de rachat. Cette investigation avait permis de récolter plusieurs plaintes de clients, concurrents, associations professionnelles et syndicats. Des autorités nationales de la concurrence dans l'Espace économique européen (EEE) ont fait également part de leurs observations négatives sur ce dossier.

Siemens prévoyait de mettre en commun avec Alstom leurs activités en matière de matériel et de services de transport dans une nouvelle société exclusivement contrôlée par l'industriel allemand. Plus précisément, les deux plus grands fournisseurs de systèmes de signalisation pour lignes ferroviaires et de métros ainsi que de matériel roulant en Europe auraient fusionnés.


Mercredi 6 Février 2019

Lu 1013 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXIONS

Israël/Russie : Des relations plus profondes qu'on ne le croit...

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE