Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






Borhene Dhaouadi : "L'ancienne base militaire de Bizerte peut devenir le coffre-fort numérique de notre Smart City"


Architecte-urbaniste et président de l'association Tunisian Smart Cities ainsi que de Bizerte 2050, Borhene Dhaouadi explique,dans un entretien exclusif accordé à econostrum.info en marge de l'acte 3 du colloque Méditerranée du Futur (Marseille, 26 novembre 2019), son agenda pour faire éclore des Smart Cities dans l'ensemble du pays, mais aussi reconvertir l'ancienne base militaire de Bizerte, sa ville natale, en coffre-fort numérique.


            Partager Partager

Borhene Dhaoudi participait au colloque Méditerranée du Futur à Marseille pour présenter ses projets (photo : F.Dubessy)
Borhene Dhaoudi participait au colloque Méditerranée du Futur à Marseille pour présenter ses projets (photo : F.Dubessy)
econostrum.info : Où en est le développement des villes intelligentes ou Smart Cities en Tunisie, dont vous êtes le promoteur ?

Borhene Dhaouadi : Tout a commencé en 2009, l'idée est venue d'ailleurs de Marseille. Puis, nous avons créé une entreprise en Tunisie et, en 2011, une association Bizerte 2050. Elle a développé le programme Bizerte Smart City, lancé en avril 2017, qui vise à créer un écosystème spécialisé dans les Smart Cities et dans les énergies renouvelables. Il s'agit d'une vision du territoire à l'horizon 2050 en réfléchissant aux enjeux relatifs à l'aménagement intelligent et durable du territoire englobant toutes les nouvelles technologies pour faciliter la vie du citoyen. Tout ceci est assez classique, mais nous avons compris que nous ne pouvions pas faire tout cela sur un seul territoire ou une seule région, car la notion de pilote peut planter le projet.

D'où le passage de Bizerte Smart City à Tunisian Smart Cities ?

B.D. : Pour qu'il soit porté par la population, la nation, il fallait créer quelque chose de plus large. Le Programme national Tunisien des Smart Cities, intégré dans le Plan national stratégique du gouvernement pour la période 2020-2025, a donc été lancé officiellement en avril 2019. Notre association Tunisian Smart Cities s'est fait connaître avec une caravane qui a parcouru le pays, gouvernorat après gouvernorat, ville par ville (trente en 2019 et trente prévues en 2020), pour apporter le canevas de leur futur Smart City ou Smart Village ou Smart Territoire.

Dès qu'un territoire se distingue avec une initiative Smart City, nous l'accompagnons et mettons en place un catalogue de projets. Nous voulons créer des noyaux locaux qui seront, eux, les porteurs de projets. Il ne nous appartient pas de leur dicter comment bâtir leur Smart City. Nous les sensibilisons, nous leur donnons de la matière, nous les faisons participer à des formations, et à partir de là, ils arrivent à commencer à rêver leur territoire.

"Nous voulons raisonner en zone franche Smart City"

Borhene Dhaouadi veut que la Tunisie vote une loi instaurant des zones franches numériques (photo : F.Dubessy)
Borhene Dhaouadi veut que la Tunisie vote une loi instaurant des zones franches numériques (photo : F.Dubessy)
Comment tout ceci est-il encadré juridiquement ?

B.D.: Nous nous sommes rendus compte, effectivement, que nous avions besoin d'un cadre juridique dédié. L'administration, c'est l'idéal pour tuer un projet. Nous voulons désormais raisonner en zone franche Smart City, décrétée par conseil municipal. Cette zone d'aménagement spécifique, concertée avec un statut juridique et fiscal particulier va nous permettre d'imaginer tout de suite cette ville du premier coup de pioche jusqu'à cent après.

Ceci a un triple rôle. Celui de commencer à construire convenablement, et non pas récupérer l'anarchie d'un bâti, mais aussi de créer un écosystème local pour éviter la fuite des cerveaux. Et le troisième élément, qui est important, c'est le business qui va être généré de manière transversale sur l'ensemble du territoire.

Le jour où ceci devient possible, des entreprises vont se créer. Le fait de ne pas payer d'impôts pendant dix ans, va susciter des vocations et permettre d'investir, localement, le trop plein d'argent thésaurisé de cette phase de post-révolution.

Une loi en 2020

Une loi va donc être nécessaire ? Quel est le calendrier ?

B.D. : Nous sommes en train de rédiger un texte en interne. Nous allons y associer une dizaine de députés qui viennent d'être élus puis essayer de proposer un projet de loi à l'Assemblée au deuxième trimestre 2020. Il sera porté par vingt, trente, quarante ou cinquante députés.
Ce texte ne passera pas par les ministères. Il ira directement de l'association Tunisian Smart Cities aux députés. Nous souhaitons un vote à l'unanimité. Si je ne l'obtiens pas, nous recommencerons notre démarche.

Pourquoi cette exigence ?

B.D. : Il n'existe pas un député qui ne peut pas être d'accord avec notre action. Nous travaillons sur leur territoire et ils ne peuvent pas dire à leurs électeurs que le projet n'est pas bon.

Du comptoir punique au port numérique

Vous avez évoqué une reconversion de l'ancienne base française souterraine de Bizerte (1934-1963) en data center. Quel est plus précisément votre projet ?

B.D. : Notre projet d'ensemble porte le nom de "Bizerte, du comptoir punique, au port numérique". Nous voudrions, dans cette ancienne base, proposer deux offres de stockage de données. Une hyper-sécurisée, avec des coffres-forts numériques, située en sous-sol, et une classique sur les terrains en surface.

Pour quels montants et quels échéances ?

B.D. : Nous avons déjà effectué l'étude de faisabilité conceptuelle, donc les concepts sont validés. Celle de pré-faisabilité a coûté 300 K€, l'étude principale reviendra à 1,3 M€. Après, les montants d'investissements seront de l'ordre de 800 M€ à 1 mrd€ pour l'ensemble de la reprise des ouvrages souterrains, et en ajoutant la connexion nous reliant à Marseille par câble sous-marin de fibre optique.
Il faudrait que dans trois ans, notre premier data center fonctionne. Car les élections municipales se déroulent en 2025...

Propose recueillis par Frédéric Dubessy
Jeudi 28 Novembre 2019

Lu 1758 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.