Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Bodegas Torres : des racines méditerranéennes pour conquérir le monde


Le producteur espagnol de vins Bodegas Torres investira cette année 15 M€ dans le cadre d'un plan de développement ambitieux, en Espagne et à l'international. Le groupe viti-vinicole enraciné en Méditerranée prévoit aussi une nette augmentation de son chiffre d'affaires (240 M€ au cours du dernier exercice). Avec un développement sur le segment international où le groupe a progressé de 7% en 2014, et qui représente déjà 70% des ventes.


            Partager Partager

Le président Miguel A. Torres (à droite) avec le clan familial qui contrôle toujours le groupe viti-vinicole (photo Bodegas Torres)
Le président Miguel A. Torres (à droite) avec le clan familial qui contrôle toujours le groupe viti-vinicole (photo Bodegas Torres)

ESPAGNE. Si le millésime est aussi bon en bouteille que le bilan économique de Bodegas Torres, 2014 restera comme une belle référence dans l'histoire du producteur espagnol de vins, qui fête cette année ses 145 ans d'existence. Le groupe catalan viti-vinicole a réalisé en effet, en 2014, un chiffre d'affaires de 240 M€, dont 70% liés aux exportations, qui progressent de 7%.

En Espagne, les ventes repartent aussi à la hausse, avec une forte progression de 9% des vins estampillés Torres sur le segment de l'hôtellerie-restauration. « Je suis particulièrement heureux de cette croissance enregistrée en Espagne, où nous avons progressé grâce notamment à la bonne saison touristique dans les Îles Canaries  », précise le président du groupe, Miguel Agustin Torres. « Notre objectif, c'est de poursuivre une croissance « auto-financée », en donnant davantage de poids à nos vins les plus sélectifs, avec les gammes que nous appelons Premium et Super Premium

Pour maintenir ce cap, Bodegas Torres réinvestit chaque année 95% de ses bénéfices. Cette stratégie lui a permis aussi de rester une entreprise familiale, donc indépendante, et qui doit faire de la marque « une référence du vin espagnol de qualité dans le monde », selon les mots de Miguel A. Torres.


Attaches méditerranéennes

Dans les vignes du Priorat, en Catalogne (photo Bodegas Torres)
Dans les vignes du Priorat, en Catalogne (photo Bodegas Torres)

C'est dans cette logique que s'inscrivent les 15 M€ d'investissements consentis en 2014, pour acheter notamment la cave espagnole de Lurton et acquérir 100% de Devinum, filiale de distribution de Bodegas Torres au Brésil. « Nous avons également amélioré nos installations pour la production de vins sans alcool commercialisés sous la marque Natureo » , ajoute Miguel A. Torres. Des efforts de modernisation des équipements pour ouvrir de nouvelles portes à l'international, où Bodegas Torres est déjà présent dans 150 pays, à commencer par le Mexique, le Royaume-Uni, l'Irlande et les Pays-Bas...

Pour autant, le groupe familial n'oublie pas ses attaches méditerranéennes. D'abord parce qu'il réalise un tiers de son chiffre d'affaires en Espagne. Mais, existe-t-il un marché méditerranéen du vin pour Bodegas Torres ? « Bien que nous exportions chez nos voisins d'importantes quantités », répond Miguel Agustin Torres, « Je crois que si nous parlons de marché méditerranéen, c'est en termes de marché local dans chaque pays producteur de vin : France, Italie, Espagne, Grèce... ».

Le président du groupe viti-vinicole conçoit également le marché dans sa dimension touristique : « Le vin est lié à l'identité de la Méditerranée pour des raisons historiques et culturelles, à ses traditions culinaires, à ce fameux « régime méditerranéen » dont le vin est partie intégrante ». Un facteur important pour Bodegas Torres, qui a en grande partie consolidé ses positions en Espagne ses dernières années en profitant de la montée en gamme de la gastronomie et du tourisme afférent dans le pays.  


Plus d'un million d'euros d'investissements par an

Le groupe veut poursuivre une croissance « auto-financée » (photo Bodegas Torres)
Le groupe veut poursuivre une croissance « auto-financée » (photo Bodegas Torres)

Miguel A. Torres envisage donc l'avenir avec un certain optimisme. Et surtout avec beaucoup de volontarisme : « Nous voulons progresser davantage en qualité qu'en quantité... Nous allons bien sûr continuer d'investir plus d'un million d'euros par an au cours des prochaines années pour tendre toujours vers l'excellence. C'est en substance le message que je veux transmettre aux 1.300 collaborateurs qui forment notre groupe.» Des investissements prévus au niveau de la production, du marketing comme de la recherche ou de la distribution.

« Nous avons en cours de nombreux projets, comme par exemple la récupération d'anciens cépages autochtones dans le cadre d'un programme que nous avons lancé voila plus de trente ans. Nous allons aussi poursuivre nos efforts dans l'adaptation de nos processus au changement climatique, pour prouver que l'on peut produire des vins dans un plus grands respect l'environnement. »

En ce sens, Bodegas Torres se veut également un « laboratoire d'idées ». Ceci justifie l'organisation, tous les deux ans, du Forum International Wine & Culinary à Barcelone, qui réunit des chefs, des sommeliers, dégustateurs et journalistes du monde entier pour discuter, étudier et diffuser les progrès accomplis dans le domaine du vin et de la gastronomie. C'est aussi une manière d'ancrer encore davantage la production de Bodegas Torres, et au delà de la tradition viti-vinicole, dans la culture méditerranéenne.  


Vendredi 13 Mars 2015


Lu 5557 fois




Dans la même rubrique :
< >











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.