Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Barcelone voit loin


Rédigé par , le Jeudi 11 Avril 2013 - Lu 1519 fois


Le quartier 22@ de Barcelone, aménagé en concertation avec les entreprises de NTIC (photo Pla Estratègic Metropolità de Barcelona)
Le quartier 22@ de Barcelone, aménagé en concertation avec les entreprises de NTIC (photo Pla Estratègic Metropolità de Barcelona)
ESPAGNE. Il est courant de dire, au sujet de Barcelone, qu'il y a un « avant et un après Jeux Olympiques ». L'évènement sportif a en effet transformé la ville en 1992. Et la mutation est en grande partie liée au « Plan Stratégique » élaboré pour préparer Barcelone à retrouver son statut de capitale internationale.

Tout part de la volonté du maire de l'époque, Pasqual Maragall, qui considère à juste titre les Jeux Olympiques comme une opportunité unique de développement pour la cité. L'édile veut impliquer le secteur privé dans cet élan, et réunit donc au sein d'une même structure : la mairie, la chambre de commerce de Barcelone, les représentants du patronat, les syndicats, le Cercle d'Economia (important « think tank » de Barcelone), et d'autres agents économiques de la ville, comme le Port... Ainsi nait le « Plan Stratégique » de Barcelone en 1988. Objectif : associer secteur public et secteur privé dans une politique globale.

Après le succès des JO, la structure est maintenue, et renforcée par l'élargissement du Plan à trente cinq municipalités des alentours de la capitale catalane. C'est en quelque sorte la naissance de ce l'on peut appeler le « Grand Barcelone » : la municipalité proprement dite de Barcelone, qui compte 1,5 million d'habitants, se confond aujourd'hui à travers cette démarche dans un ensemble d'agglomérations qui représentent une entité urbaine de 3,5 millions d'habitants (sur 600 km²), soit à peu près l'équivalent de la municipalité de Madrid. Une mégapole qui va de Mataro à Granollers, Terrassa, et jusqu'à Sitges.

Francesc Santacana i Martorell, coordinateur général du Plan Stratégique de Barcelone (photo Pla Estratègic Metropolità de Barcelona)
Francesc Santacana i Martorell, coordinateur général du Plan Stratégique de Barcelone (photo Pla Estratègic Metropolità de Barcelona)

Vision 2020

« Avec la mise en place du Plan Stratégique, nous nous sommes donnés les moyens de poser les bases du futur de l'ère métropolitaine, de définir les principales missions et de cerner les grands défis qui nous permettront de prendre davantage de place au niveau international », explique Francesc Santacana i Martorell, coordinateur général de ce Plan : « Car la structure est un outil pour générer des projets qui ne sont pas purement urbanistiques, ni purement sociaux, mais un peu des deux ». Cette stratégie porte un nom : « Vision 2020 ». Des secteurs prioritaires ont été identifiés, dont le développement durable (à travers notamment la réhabilitation énergétique des bâtiments), le design, le tourisme médical, le sport, l'action sociale, les bio-technologies, le transport et la logistique. Chacun étant étudié dans le cadre de commissions qui réunissent justement acteurs publics et privés.

« Le plan n'a pas de budget propre pour chaque projet, pas plus qu'il n'a de compétences opérationnelles, mais il s'agit de fédérer les différentes partenaires pour susciter des investissements privés », précise Francesc Santacana i Martorell. Exemple concret : le projet de réhabilitation industrielle d'un triangle de plus de 600 ha entre le port, l'aéroport et la zone franche. Outre ces trois institutions,le projet implique la Generalitat (Région), la Foire-Exposition, et bien sûr les mairies concernées. Pour un aménagement du territoire concerté (en perspective notamment d'une future ligne de métro reliant Barcelone à l'aéroport).

Certes, la crise économique freine aujourd'hui les investissements publics, mais selon le coordinateur général, cette concertation s'avère justement d'autant plus importante : « Ce n'est pas tellement une question de budget, mais plutôt une question de relations entre acteurs économiques ; d'ailleurs, la crise n'a pas empêché Huntchinson d'investir 500 millions d'euros pour améliorer ses infrastructures au Port de Barcelone. Mais l'investisseur privé ne se serait sans doute pas engagé autant si le port n'était pas considéré comme une priorité, par la ville comme par la Generalitat, pour le rayonnement de Barcelone sur la Méditerranée et le monde. »

Lire l'ensemble du dossier















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info