Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

Bachar el-Assad brigue un quatrième mandat de président




Bachar el-Assad devrait emporter haut la main la prochaine présidentielle (photo : Présidence syrienne)
Bachar el-Assad devrait emporter haut la main la prochaine présidentielle (photo : Présidence syrienne)
SYRIE. Mercredi 21 avril 2021, Bachar el-Assad a officiellement déposé une demande de candidature aux élections du 26 mai 2021 qui désigneront le prochain président de la République syrienne.

Théoriquement, il lui reste encore deux étapes à franchir, décrocher la validation de son dossier par la Haute Cour constitutionnelle et également obtenir le soutien de trente-cinq députés sur les 250 que compte un Parlement très largement dévolu au parti présidentiel Baas. Ces deux "épreuves" devraient être franchies allégrement, laissant le champ libre à Bachar el-Assad pour briguer un quatrième mandat consécutif. Même si cinq autres demandes de candidatures ont également été enregistrée à ce jour, alors que la date limite de dépôt auprès de la Haute Cour constitutionnelle a été fixée au mercredi 28 avril 2021.

Hammoudeh Sabbagh, président de l'Assemblée du Peuple (parlement), a précisé mercredi 21 avril 2011, que la Haute Cour constitutionnelle lui avait effectivement fait part de trois demandes : Bachar el-Assad, Mohanad Nadim Shaaban et Mohammad Muwaffaq Sawwan. Les lundi et mardi précédents, Abdullah Salloum Abdullah, Mohammad Firas Yasin Rajjouh et Faten Ali Nahar avait également candidaté à la présidence.

"Une mascarade"

Pour prétendre au poste suprême, il faut être de religion musulmane, être né de nationalité syrienne (et disposer uniquement de la nationalité syrienne) de parents eux-mêmes syriens de naissance, avoir au moins quarante-ans, ne pas être marié à un étranger et être installé au moins depuis dix ans, et de manière continue, en Syrie.

De facto, ceci élimine de cette course, tous les opposants au régime. L'un d'entre eux, Nasr Hariri exilé en Turquie, a publié sur Twitter un message dénonçant "une mascarade" et évoquant "la déconnexion du régime des réalités du peuple syrien, qui s'est révolté contre lui". Les Syriens vivant à l'étranger pourront voter le 20 mai 2021 dans les ambassades.

En réagissant au décès, mardi 20 avril 2021, du journaliste-écrivain syrien Michel Kilo, opposant réfugié à Paris, le ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères a loué les vertus de cette "figure majeure de la vie intellectuelle syrienne et arabe (qui) s'était engagée tôt dans le combat pour la démocratie et la défense des droits de l'homme de son pays". Et en a profité pour marquer clairement sa position face au régime actuel : "le combat de Michel Kilo en faveur d'une Syrie libre, démocratique, inclusive et riche de toutes ses composantes lui survivra". Paris avait d'ailleurs signé, en mars 2021, un communiqué commun avec l'Italie, les États-Unis, l'Allemagne et le Royaume-Uni pour indiquer que cette élection ne serait "ni libre, ni juste" et insistant sur le fait que "le processus politique quel qu'il soit a besoin de la participation de tous les Syriens (...) afin que toutes les voix soient entendues".

Au pouvoir depuis le 17 juillet 2000, après avoir succédé à son père Hafez el-Assad décédé le 10 juin 2000, le chef de l'Etat âgé de cinquante-cinq ans et ophtalmologue de formation a dû affronter, à l'instar d'autres pays, son "Printemps arabe" en mars 2011. Il l'a réprimé violemment (l'Onu comptabilise 5 000 mort et 14 000 arrestations sur la seule année 2011). Bachar el-Assad a, par la suite, également eu à combattre Daech - qui avait autoproclamé un califat comptant jusqu'à 90 800 km²  en janvier 2015- et d'autres groupes rebelles (notamment la force arabo-kurde du FDS) qui s'étaient emparés d'une bonne partie du territoire syrien.

Les élections se dérouleront seulement dans les 2/3 du pays

Déjà accusé plusieurs fois pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité par les Nations Unies, Amnesty International et plusieurs pays, ainsi que d'utilisation de gaz toxiques et violation du droit humanitaire international, Bachar el-Assad affronte de nouvelles charges. Voici deux jours, quatre ONG (Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM), Syrian Archive (SA), Open Society Justice Initiative (OSJI) et Civil Rights Defenders) ont porté plainte en Suède contre plus d'une dizaine de cadres du régime syrien (dont son président) pour des attaques chimiques dans la Ghouta orientale en 2013 et à Khan Cheikhoun en 2017.

Début avril 2021, dix-huit ministres européens des Affaires étrangères éditaient un texte commun précisant : "Nous ne resterons pas silencieux face aux exactions commises en Syrie, et dont le régime et ses appuis extérieurs portent la responsabilité principale. Nombre de ces crimes, y compris ceux commis par Daech et d’autres groupes armés, peuvent être assimilés à des crimes de guerre et à des crimes contre l’humanité. Il est donc de la responsabilité de tous de lutter contre l’impunité des auteurs de ces actes et d’exiger que ceux-ci, quels qu’ils soient, rendent des comptes".

Un cessez-le-feu, imposé par la Russie et la Turquie, se trouve en cours depuis le 6 mars 2020 et connaît souvent des violations. La guerre civile aurait fait quelque 388 652 morts selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). En novembre 2020, les ministres des Affaires étrangères de l’Allemagne, de l’Arabie saoudite, de l’Égypte, de la France, de la Jordanie, du Royaume-Uni et des États-Unis affirmaient leur "soutien résolu en faveur d'une solution politique à la crise syrienne (...) seul moyen pour apporter à la population syrienne la paix, la stabilité, la stabilité et la sécurité de façon durable, et de faciliter ainsi le retrait de toutes les forces étrangères arrivées dans le pays après 2011. Cette solution doit préserver l'intégrité territoriale, l'unité et la souveraineté de la Syrie".

Damas ne contrôle qu'un peu plus de 60% de la Syrie selon l'OSDH. L'élection pourra donc se dérouler uniquement dans cette partie du pays reconquise grâce à l'aide massive militaire apportée par la Russie et l'Iran à partir de 2015. Les rebelles demeurent toujours maîtres de l'enclave rebelle d’Idleb dans le Nord-Ouest alors que la Turquie occupe la frontière Nord et que le Nord-Est se trouve entre les mains des forces kurdes.

Lors du précédent scrutin, en juin 2014, le président sortant avait recueilli 88,7% des voix alors qu'il était opposé à deux adversaires.
Ce vote a été rendu possible grâce aux dispositions de la Constitution de 2012 permettant de désigner par une élection le président syrien qui l'était avant simplement par référendum.
La famille el-Assad gouverne depuis cinq décennies le pays.

Mercredi 21 Avril 2021

Lu 1482 fois




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 29 Juillet 2021 - 18:00 econostrum.info prend quelques jours de vacances


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

Où en est le Partenariat Euro-Méditerranéen ?

Henry Marty-Gauquié, membre du Conseil scientifique d’Euromed IHEDN
avis d'expert


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.