Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Avec Flexgrid, gérer l’intermittence électrique et créer de la valeur en effaçant les KW




FRANCE. 27 projets territoriaux et sept transversaux. Le projet smartgrids de Provence Alpes Côte d’Azur doit générer des compétences régionales de tous ordres en matière de réseaux électriques intelligents, et prendre une avance considérable au plan mondial. Mais ses économistes doivent aussi répondre à la question clef : en vendant moins d’électricité, comment créeront-ils de la valeur ?


            Partager Partager

L'entrée toujours plus importante, dans les réseaux, d'électricité d'origine solaire, oblige les gestionnaire à jouer malgré eux au yoyo d'une production intermittente. Un défi pour Flexgrid. Ici parc PV aux Mées, Alpes-de-Haute Provence (photo MN)
L'entrée toujours plus importante, dans les réseaux, d'électricité d'origine solaire, oblige les gestionnaire à jouer malgré eux au yoyo d'une production intermittente. Un défi pour Flexgrid. Ici parc PV aux Mées, Alpes-de-Haute Provence (photo MN)
« Nous voyons finir le temps où la production électrique devait juste répondre à une demande. Le flux devient bi directionnel, les consommateurs des producteurs, qui peuvent aussi s’effacer. Et la production, elle, est de plus en plus marquée par l’intermittence ». Les défis posés aux électriciens apparaissent donc fantastiques, estime Bernard Mahiou, le directeur général de Capenergies.
 
À ce pôle de compétitivité provençal, le Conseil régional Paca doit d’être lauréat de l’appel à projets national « Réseaux électriques intelligents » La Région Provençale assumera le rôle de chef de file de deux autres projets lauréats, en Bretagne et dans le Nord.
 
« Du point de vue des réseaux électriques nous sommes une péninsule, avec des problématiques réseaux particulières » souligne Jacques-Thierry Monti, le directeur régional d’EDF en Paca. La diversité du territoire, littoral peuplé, pays de montagnes, implique des difficultés d’alimentation électrique. « Mais la cohésion des acteurs territoriaux a beaucoup compté dans le choix du lauréat, tout comme le fait qu’entre hydraulique et solaire, les énergies renouvelables sont ici largement utilisées » insiste Bernard Mahiou.
 
Tout autant a compté le savoir accumulé des précédents démonstrateurs smartgrids : Premio dès 2008 à Lambesc, et Nice Grid, toujours en cours à Carros, près de Nice. 

Linky, facilitateur de smartgrids

Bernard Mahiou (Capénergies) : "des projets de territoires, y compris ruraux, mais aussi des enquêtes sociologiques et des actions de formation" (photo MN)
Bernard Mahiou (Capénergies) : "des projets de territoires, y compris ruraux, mais aussi des enquêtes sociologiques et des actions de formation" (photo MN)
Mais ces prémices sont derrière les énergéticiens. Avec Flexgrid, il s’agit maintenant de préparer des solutions industrielles. « Cela suppose des moyens importants » estime Bernard Mahiou. Aussi les 27 projets territoriaux de Flexgrid vont-ils aimanter 100 M€ apportés par les collectivités locales, tandis que Réseau de Transport Electrique et le gestionnaires de la distribution électrique ERDF investiront au total 80 M€ dans l’opération.  D'autres investissements privés difficiles à estimer  suivront. Le budget de Flexgrid pourrait ainsi intégrer quelques 500 M€ de projets privés d’énergies renouvelables qui apparaîtront en Provence ces prochaines années.
 
Selon nos deux interlocuteurs, les projets provençaux d’équipement des ménages en compteurs dits intelligents, très avancés, expliquent largement la confiance de tous les acteurs pour Flexgrid. 1,4 million de compteurs ERDF Linky équiperont les foyers provençaux avant 2020. Avec eux, la gestion future de la consommation électrique deviendra possible de manière fine.
 
Mais voilà, avec le développement attendu des véhicules électriques qui doivent recharger,  l’éclairage public généré par la présence physique des passants, la croissance exponentielle des parcs photovoltaïques, mais aussi de la multiplication des tout petits producteurs d’électricité, comment accorder offre  et demande électrique ? « Le moindre nuage fait chuter durant une minute toute la production d’un parc photovoltaïque » souligne Bernard Mahiou ; et met en danger l’équilibre du réseau de transport ; « gérer offre et demande devient un véritable défi technologique ».

Prendre un « coup d’avance »

Jacques-Thierry Monti (EDF Paca et Méditerranée) : "un défi de Flexgrid sera d'étudier comment créer de la valeur en effaçant les consommations" (photo XDR)
Jacques-Thierry Monti (EDF Paca et Méditerranée) : "un défi de Flexgrid sera d'étudier comment créer de la valeur en effaçant les consommations" (photo XDR)
L’intelligence électrique adaptée aux territoires, telle que Flexgrid la testera en Paca, doit apporter des réponses, « qui  préfigurent des solutions industrielles » génératrices de compétence et d’emplois, 6 200 estimés à l’occasion de Flexgrid, rappelle Jacques Thierry-Monti.
 
Il s’agit donc au plan mondial « de prendre un coup d’avance », ainsi que le présente la communication de Capénergies. A partir de 2017. Il faudra développer les savoir-faire en matière de réseaux électriques intelligents, de stockage d’énergie, de bâtiments à énergie positive, de gestion des flux électriques, mais aussi de cybersécurité adaptée à la gestion des réseaux électriques, ou de formation des personnels de tous ordres…
 
Il s'agira également  d’avancer dans la résolution d’un sacré problème. « Avec Nice Grid nous avons vu qu’il était possible de gérer l’introduction d’énergies renouvelables, dans le réseau, à la maille d’un simple immeuble » explique Jacques-Thierry Monti, «  mais le défi  consiste à  savoir comment, en effaçant de la production électrique, nous pourrions créer de la valeur ».
 
Si, dans le réseau électrique intelligent de demain, les opérateurs industriels vendent moins d’électricité, comment dégageront-ils les moyens de leur existence et de leurs investissements ? Flexgrid devra répondre à cette question.


En partenariat avec EDF

Jeudi 14 Avril 2016


Lu 2135 fois











RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss