Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






Au Maroc, l’immobilier de loisirs s’assagit


Après l’euphorie et la crise mondiale, le marché de l’immobilier de loisirs au Maroc est gagné par une plus grande maturité. La reprise est portée par une clientèle nationale argentée, ainsi que les retraités et Marocains résidant à l’étranger.


            Partager Partager

Villa pour retraités près d'Agadir (photo Dyar Shemsi)
Villa pour retraités près d'Agadir (photo Dyar Shemsi)
MAROC. Après l’euphorie et la crise mondiale, le marché de l’immobilier de loisirs au Maroc est gagné par une plus grande maturité.

La reprise est portée par une clientèle nationale argentée, ainsi que les retraités et Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Dans le village pour retraités de Dyar Shemsi, près d’Agadir, les constructions de villas s’achèvent.

« Nous avons principalement une clientèle de jeunes retraités français, âgés de 55 à 65 ans, ils représentent 70% de nos futurs résidents », indique Omar Maaouni, directeur du groupe immobilier marocain. Avec son dispensaire et ses infrastructures de loisirs, le projet rassure.

Sans oublier les avantages fiscaux : abattement de 40% puis réduction d’impôt de 80% sur les pensions de retraites, à condition d’être résident fiscal au Maroc.

Pour une villa de 80 m², les prix débutent à 100 000 € et peuvent grimper jusque 200 000 € selon les superficies et le niveau d’équipement.

Du nouveau avec les résidences de tourisme

A Mazagan, station balnéaire du groupe sud-africain Kerzner, ouverte en octobre dernier, 59 des 67 villas prévues ont été vendus, pour des prix oscillants entre 10 et 25 M de MAD (de 890 000 à 2,2 M€). De belles et vastes maisons avec piscine, de type californien.

Les acheteurs ? Ils sont à 80% Marocains, originaires de Casablanca et de Rabat pour la plupart, motivés par l’acquisition d’une résidence secondaire en bord de mer, à une ou deux heures de trajet en voiture.

Dans les six premières stations balnéaires du plan Azur, la part du résidentiel de loisirs occupe 25 à 50%.

« Pour les autres stations du plan Azur extension, il y aura 40% d’hôtellerie, 40% de résidentiel et 20% de RIPP, des résidences immobilières de promotion touristique, souligne Omar Bennami, directeur de la Société marocaine d’ingénierie touristique (Smit). C’est un nouveau produit à cheval entre l’immobilier de loisirs et l’hôtellerie, du type appartement hôtel ».

Tandis que le décret portant création des RIPP est sorti en 2009 seulement, le groupe français Pierre & Vacances, associé à la Caisse Marocaine de Dépôts et de Gestion (CDG ), est déjà à la manœuvre à Marrakech.

Au sud-ouest de la ville ocre, la première phase d’investissement, dont l’achèvement est prévu fin 2012, portera sur la réalisation d’une Oasis Eco Resort de 480 appartements et maisons sur 50 hectares.

Reprise à Marrakech avec une clientèle plus aisée

A Marrakech, depuis quelques mois, les opérateurs constatent une reprise.

« La clientèle a changé, indique Bernard Charrière, de MC Groupe. Nous avons davantage de clients avec des budgets plus importants. On a le sentiment qu’une certaine clientèle inquiète de l’évolution de la fiscalité en Europe est en train de s’organiser pour avoir une base arrière. Avec la baisse des taux sur les marchés financiers, nous avons aussi de nombreux cadres bancaires qui investissent dans l’achat d’un ou deux appartements pour la location, avec un rendement garanti ».

Pour un appartement situé dans le centre ville, MC Groupe propose un rendement d’environ 6% net par an, une fois les charges courantes et de syndics réglés, contre 3-4% en moyenne en France.

Les particuliers ne sont pas les seuls intéressés. MC Groupe a récemment été mandaté par un fonds d’investissement londonien afin de dénicher un immeuble à rentabiliser via la location touristique.

Achat sentimental pour les retraités de retour

Pour les MRE, l’acte d’achat demeure largement sentimental. L’idée est de constituer un patrimoine dans la région d’origine, en profitant du bien un ou deux mois dans l’année.

Pour cette clientèle qui ne faiblit pas, le groupe immobilier Laforêt a même prévu une offre spéciale « Darkoum », qui permet de régler un acte d’achat en trois semaines.

« Durant la période estivale, moment de retour prolongé au pays, nous organisons des visites après avoir cerné au plus près la demande. A condition que l’on ait préparé le dossier auparavant, voire même bouclé le financement, les démarches peuvent aller très vite », selon Dounia Boukhari, directrice d’agence à Casablanca.

Christelle Marot, à CASABLANCA

Jeudi 8 Avril 2010

Lu 6395 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.








Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.