Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Athènes réclame près de 300 mrds€ à Berlin



            Partager Partager

GRECE / ALLEMAGNE. Le bras de fer financier entre la Grèce et l'Allemagne se poursuit tandis qu'Athènes affine ses demandes.

L'Europe, et particulièrement Berlin, attendent avec impatience que le gouvernement d'Alexis Tsipras tienne ses engagements financiers, et notamment le remboursement, cette semaine, d'une tranche d'aide versée par le Fonds monétaire international (FMI). De son côté, la Grèce ne lâche pas le morceau sur les réparations de guerre que lui devrait l'Allemagne. Afin de créer un nouveau rapport de forces.

Lundi 6 avril 2015, Dimitris Mardas, secrétaire d'Etat grec au budget, a livré face au Parlement grec les résultats des évaluations réalisées par la Commission parlementaire sur l'origine de la dette du pays. Le calcul laisse apparaître une dette de l'Allemagne envers la Grèce de précisément 278,7 mrds€. Cette somme représente le remboursement de l'emprunt forcé (et non remboursé) que la Banque centrale grecque a dû accorder au Troisième Reich en mars 1942 (476 millions de Reichsmark) et ses intérêts courants (3%) soit 10,3 mrds€ ainsi que les dédommagements dus aux victimes et au coût des infrastructures détruites par l'occupant allemand entre 1942 et 1944 évalués à 268,4 mrds€. Le pays réclame également la restitution de trésors archéologiques.

Depuis l'arrivée d'Alexis Tsipras aux commandes de la Grèce et sa demande de remboursement des réparations de guerre, l'Allemagne tient la même ligne : elle brandit deux traités (1953 et 1990) qui rendraient tout recours impossible.

L'accord de Londres sur les dettes de février 1953 prévoyait un allégement de dette entre la République fédérale d'Allemagne (RFA) et ses créanciers. Il couvrait notamment les dettes allemandes pour financer les réparations mais il était bien noté que ces dettes dues par le Reich ne seraient exigibles qu'après la réunification de l'Allemagne.
En septembre 1990, le traité, dit 2+4 (réunification de l'Allemagne) ou Traité de Moscou, n'évoquait pas ces réparations alors que son nom officiel était : "Traité portant règlement définitif concernant l'Allemagne". Paraphé par les deux Allemagne et les quatre alliés de la Seconde guerre mondiale (Union soviétique, France, Grande-Bretagne et États-Unis), il a été reconnu par d'autres pays, dont la Grèce.

La Grèce a été occupée par l'Allemagne d'avril 1941 à octobre 1944 (mai 1945 pour certaines régions de la Crète). Des massacres se sont déroulés dans près de 900 villages causant près de 70 000 victimes. Selon les historiens, ces assassinats mais aussi les privations durant la guerre auraient causé la mort de 600 000 Grecs pendant l'occupation soit 8% de la population de 1940.

Mardi 7 Avril 2015

Lu 1380 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.