Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

ArcelorMittal cède la majorité du complexe sidérurgique d’El Hadjar à l’Etat algérien


Le complexe sidérurgique d’El Hadjar à Annaba (600 km à l’est d’Alger) et les mines de l’Ouenza et de Bouhadjar repassent sous le contrôle de l’État algérien qui dispose désormais de 51% des parts.



L’accord passé risque  de ne pas éteindre les feux de la polémique (Lakshmi N. Mittal, photo ArcelorMittal)
L’accord passé risque de ne pas éteindre les feux de la polémique (Lakshmi N. Mittal, photo ArcelorMittal)

 

ALGÉRIE. Le groupe sidérurgique public algérien Sider et le numéro un mondial de la sidérurgie ArcelorMittal représenté par son PDG, Lakshmi Mittal, ont signé le 5 octobre 2013 à Alger un nouveau pacte d’actionnariat qui redonne la majorité des parts (51%) à la partie algérienne.

En 2001, l’État algérien avait privatisé le complexe sidérurgique d’El Hadjar ainsi que les deux mines de l’Ouenza et de Bouhadjar à Ispat, ancêtre indien d’ArcelorMittal. Ispat détenait alors 70% des parts alors que les 30% restant revenaient à deux groupes publics : Sider et Ferphos.
 
En dépit de son statut de partenaire désormais minoritaire, ArcelorMittal conserve le management du complexe et des mines. Sider présidera de son côté le conseil d’administration.
 
Ce nouvel accord a été célébré même si le bilan des onze premières années de partenariat n’est pas très reluisant. En 2012, soit plus d'une décennie après la privatisation du complexe, ArcelorMittal n’a produit que 580 000 tonnes d’acier alors qu’il prévoyait de dépasser 700 000 tonnes en 2011. Cet objectif jamais atteint s’avère d’ailleurs largement inférieur au million de tonnes produit avant 2001, lorsque le complexe était géré par le groupe Sider.


763 millions de dollars d’investissement

Le complexe sera modernisé aux frais de l'Etat algérien (photo ArcelorMittal)
Le complexe sera modernisé aux frais de l'Etat algérien (photo ArcelorMittal)

L’acquisition de la majorité des parts du complexe par l’État algérien a été assimilée par certains à une nationalisation, car elle s’est faite au dinar symbolique.

 
Mais d’autres observateurs se demandent pourquoi l’État algérien n’a pas pris le contrôle total du complexe et des mines en se basant sur le non-respect des engagements de production par le repreneur en 2001. Ils considèrent que le géant mondial de l’acier dont le site d’Annaba a perdu 33 M$ en 2012 réalise une bonne affaire, car les investissements prévus de modernisation du complexe seront à la charge de l’actionnaire principal, l’État algérien.
 
L’accord passé risque ainsi de ne pas éteindre les feux de la polémique. Il prévoit un plan d’investissement de 763 M$ honoré en proportion des parts de chaque actionnaire et par un recours à des emprunts auprès des banques publiques algériennes.
 
Il s’agit de porter la capacité de production du complexe à 2,2 millions de tonnes par an à compter de 2017. Les projections en matière de besoins de l’Algérie en acier sont estimées à 5 millions de tonnes en 2020 et à 8 millions de tonnes en 2030.
 
Il faudra pour que l'Algérie devienne autosuffisante relancer et augmenter les capacités de production du site d’El Hadjar, mais aussi créer de nouveaux complexes sidérurgiques dans d’autres régions du pays avec le concours de nouveaux partenaires étrangers.


Modernisation

Concernant El Hadjar, une série d’investissements d’un montant de 720M$s doivent être réalisés. «Il est prévu, selon un communiqué d’ArcelorMittal, de moderniser la filière fonte d’Annaba par la rénovation complète du Haut Fourneau ainsi que les installations de Préparation Matière, Aciéries et laminoirs existants. Il est aussi prévu la construction d’une nouvelle filière électrique (Four électrique et coulée continue billettes) ainsi que le renforcement des capacités avales avec l’implantation d’un nouveau laminoir de rond à béton et de fil machine d’une capacité de 1 million de tonnes.»
 
Les deux mines de l’Ouenza et de Boukhadra seront réhabilitées pour un montant de 43 M$.
 
L’accord détaille également un plan de développement des ressources humaines par le biais de formations intensives aux nouvelles technologies.
 
Sur le plan social, un pacte de stabilité signé entre le syndicat d’entreprise affilié à la centrale unique de l’Union générale des travailleurs algériens et la direction prévoit des augmentations de salaire étalées sur deux années au profit des 6 000 travailleurs du complexe.


A. Belkessam, à ALGER


Dimanche 6 Octobre 2013



Lu 16821 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 2 Mars 2018 - 11:02 Le Français Sotralu s'empare du Portugais GNS


Commentaires

1.Posté par malti le 08/10/2013 14:43
Excellent article mais il fallait aussi rappeler qu'un projet sidérurgique avec le Qatar est prévu à Djendjen et qu'un autre projet sidérurgique est prévu à Oran.
C'est vrai que cela ne suffit pas mais où sont les investisseurs dans ce domaine , publics ou privés ?
Voilà donc une opportunité de partenariat fort lucrative qui n'attend que le premier partenaire intelligent....

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

L'égalité dans le partage successoral, qu'est-ce qui gêne les musulmans ?


avis d'expert

Razika Adnani Philosophe et écrivaine. Associée au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA