Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Après l'Aquarius, le Sea Watch 3 également interdit d'accoster en Italie




L'équipe du Sea Watch 3 attend la désignation d'un port où elle pourrait débarquer ses rescapés (photo : Erik Marquardt / Sea-Watch)
L'équipe du Sea Watch 3 attend la désignation d'un port où elle pourrait débarquer ses rescapés (photo : Erik Marquardt / Sea-Watch)
MEDITERRANEE. L'Aquarius désormais hors zone, car obligé de rallier le port de Valence avec 630 rescapés, le seul autre bateau de sauvetage présent au large des côtes libyennes se trouve également interdit d'accoster en Italie depuis mercredi 13 juin 2018.

Ce bis repetita touche le Sea Watch 3 affrété par l'ONG allemande Sea-Watch. Le navire a répondu à l'appel d'un bâtiment de l'armée américaine, le Trenton, qui a secouru quarante-et-une personnes et récupéré douze corps. L'ONG attend avant de transférer les rescapés à bord du Sea Watch 3 de savoir où pouvoir les débarquer. A Rome, le Centre de coordination de sauvetage maritime (MRCC), normalement interlocuteur responsable en cas de naufrages, indique ne pas l'être. "C'est la même situation que ce qu'il s'est passé pour l'Aquarius", commente, au micro de France Info, Ruben Neugebauer, porte-parole de Sea-Watch.

"Il est inacceptable que des personnes qui ont été littéralement récupérés dans la mer, qui ont vu leurs amis se noyer, ne puissent pas encore avoir accès à un endroit sûr", poursuit Joahnnes Bayer, président de Sea- Watch et chef de mission à bord du Sea-Watch 3. Dans un communiqué publié par l'ONG allemande, il demande "d'urgence aux gouvernements européens de trouver une solution rapide à cette humiliante tragédie (...) Nous exhortons les Etats européens à prendre leur responsabilité et à arrêter de jouer avec des vies en mer."

Mercredi 13 juin 2018 dans les locaux de l'ONG européenne à Marseille, Sophie Beau, cofondatrice et directrice de SOS Méditerranée, soulignait l'ambigüité de la position des autorités italiennes qui autorisait ses navires à débarquer. Mercredi 13 juin 2018 au matin, les gardes-côtes italiens ont pu ainsi déposer à terre 932 migrants (plus deux corps) dans le port sicilien de Catane.




Jeudi 14 Juin 2018



Lu 1348 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

La corruption, l’autre grand fléau oublié du monde arabo-musulman…


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA