Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

Antoine Viallet : "Il faut baser nos relations avec le continent africain sur la réciprocité"


Past-président du Club de l'Immobilier Marseille-Provence, vice-président des Marseillais de l'Immobilier en Afrique (MIA'S) et membre du réseau Africalink, Antoine Viallet animait, jeudi 30 septembre 2021 à Marseille, avec Fabrice Alimi, président de la Fédération Française des clubs de l'Immobilier (FFCI), la 14e Journée de l'Immobilier sous le thème 'Marseille Hub de l'Afrique". Il rappelle, pour econostrum.info, l'importance de tisser des liens forts avec ce continent.

English version



Antoine Viallet milite pour un rapprochement entre les professionnels de l'immobilier provençaux et leurs homologues africains (photo : F.Dubessy)
Antoine Viallet milite pour un rapprochement entre les professionnels de l'immobilier provençaux et leurs homologues africains (photo : F.Dubessy)
econostrum.info : Pourquoi le Club de l'Immobilier Marseille-Provence a-t-il choisi comme thème "Marseille Hub de l'Afrique" pour sa rencontre annuelle ?

Antoine Viallet : Au Club de l'Immobilier, l'Afrique a toujours été un sujet et c'est un potentiel pour notre territoire. Tout le monde sait que le continent d'aujourd'hui et de demain c'est l'Afrique. Marseille, de manière historique et géographique, a des liens et nous serions irresponsables si nous nous posions pas la question de savoir comment trouver notre place dans ce marché et le développer. Et surtout, le développer sur une autre base que celle que nous avons pu avoir avec l'Afrique durant le dernier siècle. Il faut baser ces relations sur la réciprocité, le partenariat et l'échange.

Une opération comme celle d'aujourd'hui contribue aussi à faire prendre conscience aux acteurs de notre territoire de tous les atouts qu'il possède. Finalement, ce territoire a une propension à se flageller, au lieu de regarder ses points forts. Comme le dit un proverbe africain : "Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin".

Imaginer une ville durable avec le respect des traditions africaines

Le Club de l'Immobilier Marseille-Provence a abordé onze thématiques en rapport avec l'Afrique avec trente-trois intervenants des deux continents (photo : F.Dubessy)
Le Club de l'Immobilier Marseille-Provence a abordé onze thématiques en rapport avec l'Afrique avec trente-trois intervenants des deux continents (photo : F.Dubessy)
Quels sont justement les points forts décelés parmi les onze thématiques* retenues lors de cette journée ? Qu'est ce que Marseille peut apporter à l'Afrique, et qu'est ce que l'Afrique peut apporter à Marseille ?

A.V. : Marseille a tout à faire ! Près de 14% des exportations du département des Bouches-du-Rhône s'effectuent vers l'Afrique. Posons-nous la question de savoir quelles sont nos compétences pour accompagner un continent qui aura 2,4 milliards d'habitants en 2050 ? Nous avons aussi donné l'exemple des capacités de l'Afrique à venir se développer ici en Provence. Une société comme Alteo (NDLR : usine d'alumine à Gardanne, près d'Aix-en-Provence) a été rachetée par un groupe guinéen (NDLR : en janvier 2021 par United Mining Supply - UMS) et il s'agit de 500 emplois, pas d'une petite Pme. Les Africains sont des entrepreneurs et sautent des étapes technologiques, passant du tam-tam à la 4G. Il existe une demande exponentielle et nous sommes bien dans un partenariat, une réciprocité et pas dans un esprit d'arriver en Afrique avec la science infuse. A nous de déterminer, comment nous pouvons nous adapter à ce marché.
Nous nous trouvons vraiment au début de ce process, mais à un point de bascule.

Comment se porte l'immobilier sur ce continent ?

A.V. : A Dakar, 40 000 logements sont construits par an à un prix allant jusqu'à 14 000 € du m². 100 000 étrangers, venant du monde entier, habitent dans la capitale du Sénégal. Il est facile de se focaliser sur les métropoles. Il existe aussi un marché secondaire avec des villes de centaines ou de millions d'habitants avec de vrais besoins. C'est un marché de relai de croissance.
Si c'est pour faire de l'immobilier comme nous le faisons ici, ça n'a pas vraiment du sens. Par contre, imaginer de nouveaux concepts de ville ou village durables, avec le respect des traditions africaines du vivre ensemble, là nous disposons d'une ingénierie française à mixer avec du vécu africain.

Attaquer les marchés subsahariens à partir du Maghreb

Le club de l'Immobilier Marseille-Provence a mis le focus sur l'Afrique pour sa rencontre annuelle (photo : F.Dubessy)
Le club de l'Immobilier Marseille-Provence a mis le focus sur l'Afrique pour sa rencontre annuelle (photo : F.Dubessy)
Quels sont les liens dans ce domaine de l'immobilier entre Marseille et sa région et l'Afrique ?

A.V. : Avec les MIA'S, que j'ai créé avec des associés, (NDLR : l'entreprise regroupe des acteurs de l'immobilier et des professionnels de la construction française) nous avons la volonté d'établir des relations durables entre les écosystèmes de l'immobilier africain et européen. Nous avons aujourd'hui trois dossiers. Un pour concevoir à Abidjan un ensemble immobilier de 20 000 m² en résidence-services, bureaux et commerce. Un autre pour accompagner, au Sénégal, des structures françaises qui ont décidé de vendre un gros actif immobilier, comment on le valorise . Et comment on lui donne du sens demain? Enfin, nous soutenons la mise en place de la plus grosse copropriété du Cameroun, car ce pays découvrent ce système. Nous sommes là aussi dans la transmission.

Quid de l'Afrique du Nord ?

A.V. : C'est le lien naturel. En dehors des problèmes politiques que nous pouvons rencontrer, et économiques comme en Algérie où il est difficile de créer une co-entreprise, le souci est de savoir comment nous, entrepreneurs marseillais, nous pouvons disposer de collaborateurs sur place - Au Maghreb, ils sont parmi les mieux formés - pour ensemble attaquer les marchés subsahariens. Nous avons l'exemple du Maroc qui représente le développement le plus stratégique et et le plus organisé.

Quelles sont les actualités du Club de l'Immobilier Marseille-Provence et des MIA's ?

A.V.: Nous allons accompagner la naissance du Club de l'Immobilier de Dakar qui s'est créé après notre voyage de l'an dernier (NDLR : février 2020). Il s'appellera le CIDAO : le Club Immobilier Dakar Afrique de l'Ouest, Quant aux MIA'S, nous recrutons actuellement un délégué général pour l'Afrique. Il sera basé sur place, à Abidjan. Nous développons aussi un concept "Baobab Village", pour étudier comment vivre différemment en ville en Afrique.

*Agroalimentaire, culture, diaspora, eau, éducation, énergie, financement, innovation, sport, transport, ville durable

Propos recueillis par Frédéric Dubessy
Lundi 4 Octobre 2021

Lu 1546 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.