Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Amnesty international considère comme "crime de guerre" le tourisme dans les territoires occupés



            Partager Partager

Les bédouins de Khan al Amar risquent une expulsion forcée pour "faire de la place pour l'extension illégale de Kfar Adumim" affirme Amesty international (photo : DR)
Les bédouins de Khan al Amar risquent une expulsion forcée pour "faire de la place pour l'extension illégale de Kfar Adumim" affirme Amesty international (photo : DR)
ISRAËL / PALESTINE. Amnesty international dénonce Tripadvisor, Airbnb, Booking.com et Expedia qui proposent sur leurs sites des centaines d'hébergements et d'activités dans les colonies israéliennes en territoire palestinien occupé. L'ONG les accuse de "mener des activités dans les colonies, y compris Jérusalem-Est et de tirer profit de cette situation illégale" et parle de "viol du droit international humanitaire" et utilise même le terme de "crimes de guerre".

Selon l'enquête d'Amnesty international, réalisée entre février et octobre 2018 puis publiée mardi 29 janvier 2019, ces géants de la réservation en ligne "contribuent dans une large mesure à attirer les touristes dans les colonies de peuplement illégales" et "induisent aussi en erreur leurs clients en s'abstenant d'indiquer systématiquement que les offres concernées sont situées dans des colonies israéliennes."

Deux villages palestiniens près de Shiloh ont ainsi perdu plus de 5 500 hectares de terres depuis la fin des années 1990 à cause des options "camping dans le désert en Israël" proposées dans les territoires occupés. Les bédouins de Khan al Amar risquent une expulsion forcée pour "faire de la place pour l'extension illégale de Kfar Adumim et d'autres colonies du secteur". Selon l'ONG, "ces dernières années, le gouvernement israélien a investi de grosses sommes d'argent dans le développement du tourisme dans les colonies. Il utilise le fait de désigner certains lieux touristiques pour justifier l'accaparement de terres et de maisons palestiniennes (...) Il permet aux colons d'exploiter des terres et des ressources naturelles appartenant à des Palestiniens et les y encourage."

Amnesty international en conclu donc qu'"alors qu'il s'agit de ressources naturelles palestiniennes accaparées illégalement, seuls les colons et les entreprises de tourisme en ligne qui ont des relations commerciales avec eux tirent un bénéfice de ces activités".

Notons qu'en novembre 2018, Airbnb s'est engagé à retirer toutes les offres situées dans les colonies en Cisjordanie après avoir été montré du doigt par Al Jazeera et Human Rights Watch. Mais l'opérateur californien vend toujours des séjours à Jérusalem-Est, considéré également comme un territoire occupé.

Selon Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, "Amnesty international est le chef de la société antisémite (NDLR : campagne de boycott d'Israël) et il s'agit d'une nouvelle tentative de déformer les faits, de rejeter l'héritage juif et de délégitimer Israël."


Voir l'enquête d'Amnesty international


Jeudi 31 Janvier 2019

Lu 1230 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXIONS

Israël/Russie : Des relations plus profondes qu'on ne le croit...

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE