Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Les rapports du PLAN BLEU

            partager partager

Améliorer la gouvernance des espaces boisés méditerranéens à travers la mise en oeuvre de démarches participatives - Algérie

Parc National de Chréa - Algérie


Rédigé par Zoubir Sahli



Ce rapport a été rédigé dans le cadre du projet « Optimiser la production de biens et services par les écosystèmes boisés méditerranéens dans un contexte de changements globaux ».

CONTEXTE DE L’ETUDE :

La gestion des territoires boisés s’inscrit dans le contexte de la multifonctionnalité (fonctions écologiques, production de produits ligneux et non ligneux, paysages, espaces récréatifs, etc., dont les usages peuvent être concurrents et à l’origine de situations conflictuelles), de problématiques de préservation de l’environnement et de développement socio-économique qui dépassent le secteur forestier.

La dépendance des populations locales vis-à-vis des services fournis par les écosystèmes boisés, qu’ils contribuent parfois à dégrader est un facteur important qu’il convient également de considérer. Ce type de gestion qui ne peut être seulement administratif et technique se doit d’être largement de type participatif.

Les démarches participatives qui seront développées et diffusées à travers des projets qui visent la réhabilitation et le développement des espaces boisés comme le site du Parc national de Chréa en Algérie ont ainsi pour objectif de répondre à d’importants défis, parmi lesquels la lutte contre toutes les formes de dégradation ainsi que le développement durable et local de toutes les potentialités naturelles et humaines et ce, en encourageant les approches systémiques.

Pour ce faire, il est nécessaire de faciliter la concertation et la participation de l’ensemble des acteurs vivant au sein et à la périphérie de ces territoires aux décisions de gestion de ces espaces et à leur mise en œuvre. Impliquer les multiples usagers d’un territoire dans sa gestion et son aménagement permettra à la fois de prendre en compte les besoins de ces usagers en termes de biens et de services fournis par les écosystèmes, et de sensibiliser les usagers à la vulnérabilité de l’écosystème dont ils peuvent dépendre.

Ces démarches participatives permettront également de renforcer le dialogue et la collaboration entre le secteur de la conservation des espaces boisées et les autres secteurs (eau, agriculture, énergie, tourisme, environnement, aménagement du territoire, etc.). 






Jeudi 14 Avril 2016
Lu 2405 fois