Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Alors que le Parlement veut le remplacer, le Premier ministre libyen échappe à un attentat


Rédigé par , le Jeudi 10 Février 2022 - Lu 1267 fois


La Chambre des Représentants libyenne va élire un nouveau Premier ministre provisoire (photo: HoR Libye)
La Chambre des Représentants libyenne va élire un nouveau Premier ministre provisoire (photo: HoR Libye)
LIBYE. Le Premier ministre libyen, Abdel Hamid Dbeibeh, a survécu, miraculeusement et sans aucune blessure selon la presse locale, à une tentative d'attentat. A Tripoli, jeudi 9 février 2022, des inconnus ont criblé de balle la voiture dans laquelle il se trouvait.

Après l'espoir d'une élection présidentielle - qui serait la première de l'histoire du pays - déjà deux fois repoussée, la Libye démontre une nouvelle fois sa difficulté à se convertir à la démocratie. Si les deux guerres civiles, la première (révolution du 15 février 2011 au 23 octobre 2011) pour chasser Mouammar Kadhafi du pouvoir, et la seconde (16 mai 2014 au 23 octobre 2020) d'abord pour combattre l'État islamique puis pour s'accaparer le pouvoir, sont terminées depuis deux ans, les stigmates demeurent. Les blessures internes, la division, empêchent toute résorption de la fracture née en 2014 entre les factions de l'Est et de l'Ouest. Malgré les efforts de la communauté internationale, Onu en tête, qui tente d'accélérer, en vain jusqu'à présent, l'unité du pays, l'Est et l'Ouest du pays demeurent irréconciliables.

Reconnu du bout des lèvres par la Chambre des Représentants (HoR), élue en juin 2014 et située à Tobrouk (Est du pays), Abdel Hamid Dbeibeh désigné en mars 2021 n'aura eu qu'une courte période d'état de grâce. Son rôle était de préparer les élections législatives et présidentielle, puis de s'effacer. Avant même la campagne électorale, il a été contesté. La HoR a proclamé, sans vote, des lois électorales pour favoriser les candidatures de ses hommes forts, notamment celle de Khalifa Haftar. Le maréchal avait tenté de s'emparer militairement de Tripoli, où siégeait un Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'Onu. Seule l'arrivée de l'armée turque aux côtés du Premier ministre et président du conseil présidentiel de l'époque Fayez el-Sarraj, avait empêché cette réunification par les armes.

Retour à la case départ

Malgré le cessez-le-feu national et permanent prononcé le 23 octobre 2020 et le long travail effectué par le Forum du dialogue politique libyen - qui avait débouché sur une feuille de route assurant une transition avant des élections -, la Libye revient à la case départ. Elle retrouve une situation antérieure où l'antagonisme entre les forces politiques de l'Ouest et de l'Est du pays règne en maître et empêche toute réconciliation. Plus grave, les deux parties ne semblent plus vouloir aller dans cette direction. En se présentant à la présidentielle, alors qu'il avait promis de ne pas être candidat, Abdel Hamid Dbeibeh porte aussi sa part de responsabilité dans cette impasse.

Affirmant qu'il devait cesser ses fonctions après le 24 décembre 2021 - date de l'élection présidentielle qui n'a finalement pas eu lieu - les députés de l'Est estiment qu'Abdel Hamid Dbeibeh n'est plus légitime à ce poste. Ce dernier entend, lui, rester en place jusqu'à ce que les urnes désignent un Président. C'est le sens d'ailleurs de son mandat fixé par le Forum du dialogue politique et la mission des Nations unies en Libye ainsi que de la décision de lancer un nouveau processus électoral en juin 2022. Le flou d'interprétation alimente les dissensions et fait craindre, à très court terme, l'installation de deux administrations parallèles qui ne discuteraient plus. Avec le spectre d'une nouvelle guerre civile planant au-dessus de tous ces évènements.

Élection imminente d'un Premier ministre rival

Aguila Saleh, président du Parlement de Tobrouk, ne veut pas attendre un hypothétique scrutin. Il refuse d'ailleurs qu'il se tienne en 2022. Il prépare donc, depuis le 31 janvier 2022, la succession du Premier ministre provisoire. Les députés avaient ainsi sélectionné deux candidats, Fathi Bashagha et Khaled Bibas. Le premier est un ancien chef d'une milice à Misrata. Il a été ministre de l'Intérieur dans le GNA et candidat à l'élection présidentielle du 24 décembre 2021. En revanche, il assure qu'il ne se présentera pas au prochain scrutin. Son adversaire, Khaled Bibas est originaire de Tripoli. Il a été chef de l'Autorité du registre civil (CRA).

Jeudi 10 février 2022, sans surprise, c'est le favori Fathi Bashagha qui a été élu Premier ministre par le Président du Parlement. Il l'a été par acclamation, alors que Khaled Bibas décidait finalement de s'effacer. A l'heure où nous bouclions, Fathi Bashagha devait, selon la presse libyenne, se rendre à Tripoli. Il a dix jours pour présenter son équipe gouvernementale et la présenter devant la Chambre des Représentants. Le nouveau Premier ministre désigné par l'Est, est soutenu par l'Armée nationale libyenne (ANL) commandée par le Maréchal Khalifa Haftar.

Une situation peu appréciée par Abdel Hamid Dbeibeh qui, la veille de l'attentat, indiquait "Je n'autoriserai pas de nouvelles périodes de transition. Nous ne nous retirerons pas du rôle de gouvernement que nous avons promis au peuple tant que les élections n'auront pas eu lieu." Le Premier ministre a également pointé du doigt les tentatives de déstabilisation envers sa personne en lançant qu'il ne permettrait pas à la "classe politique dominante de ces dernières années de prolonger son exercice plus longtemps."
Le Parlement devrait passer au vote jeudi 10 février 2022. Abdel Hamid Dbeibeh avait déjà précisé qu'il ne reconnaitrait pas son résultat. Il est soutenu dans cette position par l'Onu et les pays occidentaux. Et entend donc rester en place.




Lire aussi :
< >

Mardi 5 Juillet 2022 - 16:10 Nouveau record d'inflation en Turquie

Lundi 4 Juillet 2022 - 14:20 L'Iremmo crée une antenne à Marseille €


   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info