Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Alexis Tsipras en visite à Ankara pour régler ses problèmes de voisinage avec la Turquie


En visite pour deux jours en Turquie, Alexis Tsipras, premier ministre grec, propose de signer des contrats bilatéraux dans tous les domaines pour régler les conflits avec son puissant voisin.


            Partager Partager

Alexis Tsipras et Recep Tayyip Erdogan ont un menu de discussion copieux (photo : Présidence turque)
Alexis Tsipras et Recep Tayyip Erdogan ont un menu de discussion copieux (photo : Présidence turque)
GRÈCE / TURQUIE. Après avoir bouclé le dossier avec la désormais République de Macedoine du Nord, après avoir posé les jalons de la normalisation avec l’Albanie voisine qui conteste la frontière maritime de la Grèce, Alexis Tsipras s’attaque maintenant au cœur du problème des relations de la Grèce avec ses voisins : La Turquie. Depuis le coup d'État manqué de 2016, les relations se sont refroidies entre les deux pays.

Le premier ministre grec se trouve, depuis mardi 5 février 2019 et pour deux jours, en visite officielle en Turquie. Au menu des discussions figure la question migratoire et les différends bilatéraux qui vont crescendo depuis quelques mois.

La visite de cette semaine est la quatrième d’Alexis Tsipras en Turquie en tant que premier ministre. Mais, c’est la première depuis celle du président turc en Grèce, fin 2017, qui avait faillit finir en incident diplomatique lorsque Recep Tayyip Erdogan avait remis en cause publiquement le traité de Lausanne régissant depuis 1923 les relations entre les deux pays.

Pas de surenchère dans le nationalisme

Athènes a remis tout aussi publiquement les pendules à l’heure. Mais, depuis, les violations de l’espace aérien grec par la Turquie, qui ne reconnaît pas la souveraineté grecque sur la mer Égée telle qu’elle est établie et reconnue internationalement, ont augmenté de 10% et celles des vols rapprochés au dessus des iles grecques de 20 %. 

Devant une telle augmentation des risque d’accident mortels au-dessus de la mer Égée, Alexis Tsipras veut "convaincre" le président turc avec ce voyage que les problèmes entre Athènes et Ankara sont en fait des problèmes turco-européens dressés sur la route européenne de la Turquie.

Idem pour les recherches gazières au large de l’ile de Chypre, qu’Ankara empêche en déployant ses navires militaires. La Turquie estime qu’elle a aussi droit à une part du gâteau. Pour l’instant, la force l’emporte puisque les bateaux italiens effectuant les recherches ont du faire marche arrière. L’Union Européenne a mollement protesté. Mais les faits sont là. Les forages restent au point mort et l’armée turque monte la garde et empêche tout bateau d’approcher.

De son côté, la Grèce redoute que la crise économique qui pointe chez son voisin ne pousse les autorités turques à une surenchère nationaliste pouvant très vite basculer. Comme en 1996, quand les deux pays, pourtant membres de l’Otan, ont frôlé l’affrontement militaire.

Un conflit évité de justesse grâce à l’intervention du président américain Bill Clinton, l’Europe une fois de plus n’ayant rien vu venir. Aussi, plutôt que surenchérir dans le nationalisme, Athènes propose de signer des contrats bilatéraux dans tous les domaines :  touristiques , économiques, énergétiques, culturels, éducatifs, et même religieux. Ce message semble atteindre les oreilles du président turc qui a souligné dans la conférence de presse commune "que tous les différents entre les deux pays peuvent être réglés par le dialogue." La veille, son porte parole déclarait que, dans les discussions bilatérales, devaient être abordées la question "des îles", autrement dit des îles grecques en mer Égée, provoquant un très un vif émoi dans la population et mettant dans l’embarras la délégation grecque.


Mercredi 6 Février 2019

Lu 966 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE