Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

Albanie, Macédoine du Nord et Serbie s'unissent dans "Open Balkans"




Les Premiers ministres de Macédoine du Nord et d'Albanie, ainsi que le président serbe ont signé un accord de libre-échange (photo : Gouvernement de Macédoine du Nord)
Les Premiers ministres de Macédoine du Nord et d'Albanie, ainsi que le président serbe ont signé un accord de libre-échange (photo : Gouvernement de Macédoine du Nord)
BALKANS OCCIDENTAUX. Lassés de stagner dans la file d'attente pour entrer dans l'Union européenne, trois pays des Balkans occidentaux décident d'avancer ensemble par leurs propres moyens. Fin juillet 2021à Skopje, lors du Forum économique sur la coopération régionale, l'Albanie, la Macédoine du Nord et la Serbie ont signé un accord de libre-échange baptisé "Open Balkans".

L'idée avait été évoquée dès le début des années 1990 dans cette péninsule méditerranéenne, avant de tomber aux oubliettes à cause de la guerre de Yougoslavie (1991-2001). Elle avait été relancée en 2018 par l'Albanie. Puis, les négociations ont officiellement débuté à partir d'octobre 2019 à Novi Sad (Serbie) lors d'un forum économique de coopération régionale organisé par les chambres de commerce et d'industrie des trois pays et présidé par Edi Rama, premier ministre albanais, Zoran Zaev, son homologue pour la Macédoine du Nord, et Alexandar Vucic, président serbe.

En passant du projet à la réalité, l'initiative a troqué son nom initial de "Mini-Schengen" pour prendre celui d'"Open Balkans", afin de mieux lisser la référence à la convention de Schengen - le modèle pourtant - encadrant l'ouverture des frontières entre vingt-six pays pays d'Europe (22 de l'UE + la Norvège, le Liechtenstein, la Suisse et l'Islande).

Libre circulation des biens et des personnes

Ayant nécessité huit sommets intergouvernementaux avant d'être formalisé, ce texte va simplifier la circulation des biens et des personnes. Des voies rapides de passage prioritaire aux postes frontières seront, par exemple, réservées aux habitants des signataires.

Outre le fait qu"Open Balkans" favorisera le commerce trilatéral, le marché du travail bénéficiera également de ce rapprochement avec une facilitation de la délivrance des permis de travail aux citoyens d'un pays dans les deux autres, ainsi que la reconnaissance mutuelle de leurs diplômes et qualifications professionnelles. Il inclut également un accord de prévention et de coordination face aux catastrophes naturelles.
 
 
D'une surface de 131 935 km², le nouvel espace de libre-échange "Open Balkans" regroupe 13,8 millions d'habitants pour un Produit intérieur brut cumulé (PIB en prix courants) de 80,39 mrds$ en 2020.
 
 

"Open Balkans" sera opérationnel d'ici le 1er janvier 2023, avec l'ouverture effective des frontières. L'initiative s'assume comme une première marche, une antichambre, avant l'adhésion de ses membres à l'Union européenne et les préparera à l'intégrer. "Nous commençons aujourd'hui à faire dans la région ce que nous ferons demain dans l'UE", commentait Edi Rama, Premier ministre albanais lors de la signature de cet accord. Tous restent cependant amers du manque manifeste de volonté de l'UE de les intégrer. Edi Rama est même allé jusqu'à comparer la coopération avec Bruxelles à la pièce de théâtre "En attendant Godot" de Samuel Becket.
Zoran Zaev s'est lui plaint de rester au seuil de l'UE alors que son pays, la Macédoine du Nord, comme l'Albanie, aurait rempli tous les critères d'entrée. Aleksandar Vucic évoque lui "une fatigue de l'élargissement dans l'UE. Nous devons voir ce que nous pouvons faire pour nous-mêmes à la place, ce que nous pouvons faire pour nos citoyens, comment nous pouvons étendre nos marchés."

Sur les cinq candidats actuels à l'adhésion (Albanie, Macédoine du Nord, Monténégro, Serbie, Turquie), quatre se situent dans les Balkans occidentaux. Mais, à ce jour, la Serbie demeure la seul d'entre eux à avoir démarré, en 2014, le processus des négociations préalable à son adhésion. La Croatie est non seulement le dernier pays de la région à avoir pu bénéficier de ce statut à compter du 1er juillet 2013, mais elle demeure aussi le dernier en date à être devenu État membre.

Le Kosovo très critique sur l'initiative

Depuis le début des discussions, cet accord a vocation à accueillir d'autres pays des Balkans occidentaux, et idéalement les six qui les constituent. Mais, pour l'instant,  la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro réservent leur réponse, alors que le Kosovo a clairement rejeté toute participation à cette zone de libre-échange. Prêt à intégrer cette initiative, le Kosovo y a finalement renoncé à la faveur d'une alternance politique lors des législatives de février 2021. En arrivant au pouvoir, la gauche souverainiste a cessé les discussions. Depuis 2020, Albin Kurti, devenu depuis Premier ministre, fait part de ses craintes de voir la Serbie s'appuyer sur ce projet pour recréer "une quatrième Yougoslavie".

Qualifiant récemment "Open Balkans" d'initiative "sans vision" pour la région, il dénonce aussi une tentative, grâce à cette entente, du président serbe Aleksandar Vucic d'ouverture des Balkans à la Chine, au détriment de l'UE. Il est vrai que Belgrade travaille simultanément à sa candidature à l'UE, à un accord de libre-échange avec l'Union économique eurasienne (UEEA) et développe des relations étroites avec la Chine.

"Ceci laisse croire qu'il existe une autre alternative que la voie commune de la région vers l'UE. Transmettre ce message est aussi dangereux que les retards pris dans l'intégration européenne", analyse Donika Gërvalla, ministre kosovare des Affaires étrangères. Albin Kurti appelle plutôt la région à conclure un accord commercial avec l'Union européenne.

Reste que la non-reconnaissance par Belgrade du Kosovo - qui a proclamé unilatéralement son indépendance de la Serbie en février 2008 -, n'aurait pas manqué de poser des problèmes dans ce nouveau regroupement.

L'UE préfère un processus impliquant tous les pays de la région

L'Union européenne demeure plutôt silencieuse sur cet évènement. La porte-parole de la Commission européenne, Ana Pisonero, a regretté que les six pays de la région ne soient pas tous partie prenante. "Nous nous félicitons des engagements pris par les dirigeants en faveur de la coopération régionale, élément essentiel de la perspective européenne des Balkans occidentaux et partie intégrante du processus de stabilisation et d'association. Nous comprenons le souhait d'aller de l'avant. Dans le même temps, un processus impliquant l'ensemble de la région des Balkans occidentaux est essentiel. Dans ce contexte, il est important que la région avance dans la mise en place d'un marché régional commun, un engagement politique pris par les six dirigeants de la région lors du sommet de Sofia à l'automne dernier", indique-t-elle dans un entretien avec le journal kosovar Gazeta Express.

L'Union européenne préfère s'inscrire dans le processus de Berlin initié en 2014 dans la capitale allemande pour renforcer la coopération régionale. Il se base sur un soutien économique, adopté en octobre 2020, pouvant mobiliser jusqu'à 9 mrds€ de subventions européennes pour les Balkans occidentaux. Ainsi qu'un nouveau mécanisme de garantie permettant de générer des investissements allant jusqu'à 20 mrds€. Un mois plus tard, à Sofia lors du septième sommet consacré aux relations entre l'UE et les Balkans occidentaux, Emmanuel Macron insistait : "il est essentiel que nous maintenions et renforcions ce dialogue très important avec les Balkans occidentaux : ils appartiennent à l'Europe, géographiquement, historiquement et culturellement. Et permettez-moi de réaffirmer très clairement que la France soutient la perspective européenne des Balkans occidentaux." Le chef de l'Etat français emboitait le pas d'Ursula von der Leyen qui voit dans cette région "une priorité absolue (...) L'avenir de la région est dans l'Union européenne."

Lors du huitième sommet, en juillet 2021, la présidente de la Commission européenne tenait le même discours : "notre première priorité est d'accélérer le programme d'élargissement dans la région et de soutenir nos partenaires des Balkans occidentaux dans leur travail pour mettre en œuvre les réformes nécessaires pour avancer sur leur voie européenne. Mais notre engagement avec les Balkans occidentaux va au-delà, et le processus de Berlin a servi d'incubateur à de nombreuses initiatives qui font désormais partie intégrante de la politique de l'UE vis-à-vis de la région. Ensemble, nous avons posé les jalons d'une Europe plus durable, plus numérique et plus résiliente."

 
Interconnexion électrique entre l'Albanie et la Macédoine du Nord
Pouvant être considéré comme le premier acte préliminaire de cet accord "Open Balkans", une interconnexion électrique va être mise en place entre l'Albanie et la Macédoine du Nord. Le début des travaux de construction d'une nouvelle sous-station électrique à Ohrid (Macédoine du Nord), le 31 août 2021, symbolisent le rapprochement entre les deux pays.

Le nouveau réseau s'étendra de la frontière albanaise à Bitola en Macédoine du Nord et viendra compléter l'anneau électrique de 400 kV déjà existant entre l'Albanie, la Macédoine du Nord et la Grèce. Une nouvelle ligne de 400 kV entre l'Albanie et le Monténégro ainsi qu'un câble sous-marin entre l'Italie et le Monténégro sont également achevés et opérationnels.

Le projet entre l'Albanie et la Macédoine du Nord est financé par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), à hauteur de 37 M€ (prêt à MEPSO, exploitant du réseau de transport d'électricité de Macédoine du Nord), et l'Union européenne (subvention de 12 M€) dans le cadre de l'initiative de l'UE. Il vise à établir un corridor de transmission électrique est-ouest entre la Bulgarie, la Macédoine du Nord, l'Albanie, le Monténégro et l'Italie.

Cette interconnexion améliorera l'approvisionnement en énergie et le rendra plus abordable, tant pour les particuliers que pour les entreprises de Macédoine du Nord. Il normalisera également les niveaux de tension en stabilisant le flux de charge et les fluctuations de fréquence et en diminuant les pertes techniques dans l'ensemble du système de transmission.

"Le soutien à des infrastructures transfrontalières régionales cruciales est essentiel pour créer des marchés énergétiques intégrés plus vastes et accroître la sécurité énergétique dans la région", souligne Andi Aranitasi, responsable de la Berd pour la Macédoine du Nord. "La construction de cette nouvelle ligne contribuera à accroître la capacité d'énergie renouvelable en Macédoine du Nord, ce qui permettra au pays de décarboner plus rapidement son secteur de l'électricité et d'améliorer l'équilibre des systèmes électriques en reliant le marché de l'électricité de la Macédoine du Nord, dominé par l'énergie thermique, au marché albanais de l'électricité, où l'énergie hydraulique prédomine."
 
 


Mercredi 1 Septembre 2021

Lu 1264 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXION

Où en est le Partenariat Euro-Méditerranéen ?

Henry Marty-Gauquié, membre du Conseil scientifique d’Euromed IHEDN
avis d'expert


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.