Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






Aigle Azur se renforce et se donne les moyens de progresser sur Marseille


Après 2018, année de la réinvention, la compagnie aérienne française Aigle Azur entend, en 2019, renforcer son long courrier, consolider son moyen-courrier depuis ses cinq aéroports français et se développer davantage sur Marseille où elle ouvre un vol vers Moscou.


            Partager Partager

Tiago Martins et Frantz Yvelin poursuivent leurs accords de partage de codes pour développer l'entreprise (photo : F.Dubessy)
Tiago Martins et Frantz Yvelin poursuivent leurs accords de partage de codes pour développer l'entreprise (photo : F.Dubessy)
FRANCE. Appelé à la tête d'Aigle Azur en août 2017, Frantz Yvelin parle désormais de cette première saison comme d'"une année de défi intervenant après une dizaine d'années de stagnation du chiffre d'affaires entre 230 et 235 M€." 2018 aura été celle de "la réinvention", selon ses propres termes. A son crédit figure une politique de codes partagés avec les compagnies Air Caraïbes, Corsair, S7 Airlines et TAP Portugal qui ont notamment permis le lancement du long courrier, depuis Paris Orly, vers Beyrouth (été 2017) et Moscou (hiver 2017-2018). Puis l'ouverture, toujours depuis l'aéroport parisien, de Pékin, Sao Paulo-Viracopos et la consolidation de la ligne Orly-Bamako avec Corsair.

Depuis la prise du manche d'Aigle Azur, ce pilote de formation qui "ne voulait plus diriger de compagnie aérienne" (après L'Avion en 2006 et La Compagnie Boutique Airline en 2013), dresse donc un nouveau cap pour la première compagnie en France du point de vue historique (naissance en 1946) et la seconde française en terme de trafic, très loin derrière Air France. Une compagnie détenue par DGN Corp (holding de David G.Neeleman), LU Azur S.A. et HNA (acteur majeur du tourisme et du transport en Chine).

L'échec du Nantes-Lyon

Frantz Yvelin a lancé Aigle Azur dans le long courrier (photo : F.Dubessy)
Frantz Yvelin a lancé Aigle Azur dans le long courrier (photo : F.Dubessy)
Le bavard patron des avions bleus a cependant déjà connu au moins un échec. Et ses deux principaux concurrents dans le ciel français, Air France, qu'il préfère baptiser "la compagnie au code-barre sur la dérive", et easyJet qu'il ne nomme que par la formule "les avions oranges" ont eu encore récemment l'occasion de lui montrer qu'il ne peut pas venir chasser sur ses tarmacs avec impunité. Fin octobre 2018, Frantz Yvelin annonçait ainsi l'ouverture d'un Nantes-Lyon.

Cette première ligne domestique de la compagnie devait servir de test et être reproduite en cas de succès. Oui mais voilà, le Nantes-Lyon se trouvait déjà exploité par Air France (via Hop!) et easyJet. Face à l'ajout de fréquences de la concurrence, Aigle Azur a du bien vite baisser le pavillon. Le Nantes-Lyon paré de bleu n'aura duré que deux mois et demi... "Nous disposions d'un appareil qu'il fallait utiliser sur un court créneau. Nous n'avions pas le temps de le mettre sur une destination trop longue donc nous nous sommes portés sur cette ligne dotée d'un potentiel de 700 000 passagers", répond à econostrum.info le président d'Aigle Azur.

"Nous y avons finalement vite renoncé pour deux raisons. D'abord parce que nos revenus ne payaient même pas le fuel et à cause d'un projet de taxation du kérosène sur les vols domestiques étudié par le gouvernement français", précise-t-il. Cependant, il affirme "ne pas fermer la porte au marché domestique. Il y a de la place, mais les investissements restent très importants, plusieurs millions d'euros, avec un risque de taxation qui plane. Dommage que les politiques français ne soutienne pas notre activité. Encore une fois, oui, il existe un avenir pour ces vols, car il n'est pas possible d'être à l'ère du tout TGV. Des transversales restent encore à exploiter", insiste Frantz Yvelin. Avant d'enfoncer le clou : "Si nous ouvrions un Paris-Marseille je pourrais me faire une place. Mais, Air France a certaines garanties de l'Etat que je n'ai pas..."

Reste qu'il affirme, avec le vif acquiescement de Philippe Bernand, président du directoire de l'aéroport Marseille Provence (9 millions de passagers), qu' "ouvrir des vols domestiques depuis Marseille aurait de l'intérêt." La question ne semble toutefois pas à l'ordre du jour.

Un Marseille - Moscou

Philippe Bernand, président du directoire de l'Aéroport Marseille Provence, et Frantz Yvelin, président d'Aigle Azur, bénéficient désormais d'un Marseille-Moscou pour renforcer le trafic sur la plate-forme phocéenne (photo: F.Dubessy)
Philippe Bernand, président du directoire de l'Aéroport Marseille Provence, et Frantz Yvelin, président d'Aigle Azur, bénéficient désormais d'un Marseille-Moscou pour renforcer le trafic sur la plate-forme phocéenne (photo: F.Dubessy)
2019 doit être l'année du renforcement du long courrier, de la consolidation du moyen-courrier, et particulièrement son développement sur Marseille. Aujourd'hui, Aigle Azur dessert six pays depuis cinq aéroports français. L'Algérie (où elle dispose de 300 salariés sur les 1 200 qu'elle emploie) représente entre 55 et 60% de ses revenus (315 M€ en 2018 et 400 M€ attendus en 2019).

Présente à l'aéroport Marseille Provence depuis 2003, la compagnie a implanté, en octobre 2018, une base dans la cité phocéenne en lui dédiant un puis deux avions. Ce qui lui permet d'augmenter de 48% son offre durant l'été 2019. Elle possède également une base à Paris Orly et à Lyon Saint Exupéry.

Aigle Azur emploie à Marseille quelque quatre-vingt salariés - dont cinquante membres d'équipages (huit devraient s'y ajouter pour la saison estivale et pourraient même être pérennisés) - et a transporté 283 200 passagers en 2018. Ce qui n'en fait que la onzième compagnie de la plate-forme malgré les 13% de progression par rapport à l'an dernier et les trente vols par semaine qu'elle y propose vers l'Algérie, le Sénégal et le Liban. Comme il le découvrait de la bouche contradictoire même de Philippe Bernand, lors d'une conférence de presse jeudi 21 mars 2019. "Je pensais que l'on était cinquième ou sixième...Il faut que l'on soit dans le Top 5", se rattrapait Frantz Yvelin dans un sourire.
En 2019, il desservira quatre pays depuis la cité phocéenne : L'Algérie, le Sénégal, le Liban et... la Russie.

Après un long courrier vers Beyrouth ouvert en juin 2018, Aigle Azur se prépare ainsi à lancer, le 27 mars 2019, un Marseille - Moscou, grâce à un accord de partage de code signé avec son homologue russe S7 Airlines.
Le vol sera opéré deux fois par semaine (jeudi et dimanche avec retour le lundi et le vendredi) par un Airbus A320 de 180 sièges bi-classe. "Nous vendons en fait la Russie au départ de Marseille", explique Tiago Martins, directeur commercial et marketing d'Aigle Azur. Situé à quarante-deux kilomètres du centre de la capitale russe, l'aéroport de Domodedovo (30,29 millions de passagers en 2018), le second du pays en terme de trafic, accueille déjà son Paris-Orly.

A Marseille, Frantz Yvelin veut faire mieux qu'Air France. Son concurrent présent sur cette destination moscovite de fin 2011 à septembre 2014 aura transporté 45 000 passagers avant de tirer le rideau pour cause de problèmes financiers de la compagnie. Julien Boullay, directeur communication et marketing de l'aéroport Marseille Provence, demeure persuadé du futur succès. "Avec l'ouverture du vol d'Air France, nous avons connu une explosion du nombre de touristes russes en Provence alors même qu'il ne disposait pas de code partagé. Dès que la ligne a fermé, le nombre de visiteurs de ce pays s'est effondré du jour au lendemain."

"Les liaisons vers l'Algérie seront aussi renforcées au départ de Marseille", indique Tiago Martins. Aigle Azur propose des vols en direction d'Alger, Oran, Tlemcen, Sétif, Béjaïa et Constantine.


Jeudi 21 Mars 2019

Lu 1282 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.