Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Abdelaziz Bouteflika poussé vers un 5e mandat




Le FLN réclame un cinquième mandat du président Bouteflika (photo : F.Dubessy)
Le FLN réclame un cinquième mandat du président Bouteflika (photo : F.Dubessy)
ALGÉRIE. Et si Abdelaziz Bouteflika rempilait ? C'est en tout cas le souhait de plusieurs dignitaires algériens qui ne cachent pas depuis plusieurs jours leur intention de voir le président algérien briguer un cinquième mandat.

Dimanche 15 avril 2018, Ahmed Ouyahia est venu clore, provisoirement, le ban des appels. "Nous ne pourrions être que ravis que le président poursuive ses fonctions à la tête de l'Etat", indiquait le premier ministre algérien. Avant lui, plusieurs personnalités s'étaient succédé en ce mois d'avril 2018 à commencer par le secrétaire général du Front de la libération nationale (FLN), parti du président (700 000 militants revendiqués), Djamel Ould Abbès évoquant "le désir des militants de le voir poursuivre son oeuvre" et annonçant soutenir sa candidature. Pour le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, "le président dirige le pays." Dans un entretien au journal français Le Monde il stipulait d'ailleurs que "depuis son arrivée, il s'est engagé dans une oeuvre grandiose. En 1997, nous étions pratiquement en rupture. Vingt ans après, nous sommes un pays stable et sûr. Mais c'est lui qui décidera s'il souhaite être candidat, et c'est le peuple qui tranchera."

Des bémols dans le concert de louanges

Et si tout le monde y va de sa petite déclaration sur la question c'est qu'Abdelaziz Bouteflika se trouve à un an de la fin de son mandat prévue en avril 2019. Mais surtout que la succession apparaît comme problématique. L'homme âgé de quatre-vingt-un ans dirige le pays depuis avril 1999 et souffre des séquelles d'un AVC (accident vasculaire cérébral) intervenu en 2013. Alors que ses apparitions en public se font de plus en plus en rares, il a tenu cependant à être présent, lundi 9 avril 2018 en fauteuil roulant, lors de l'inauguration de la restauration de la mosquée Ketchaoua en centre-ville d'Alger et de deux extensions du métro de la capitale.

Ce concert de louanges comporte toutefois quelques bémols. En novembre 2017, un communiqué signé par deux anciens ministres (Ahmed Taleb Ibrahimi et Ali Yahia Abdennour) et un général à la retraite (Rachid Benyelles) demandait au président de ne pas se représenter. "Le chef de l'Etat actuel, très lourdement handicapé, n'est manifestement plus en mesure de continuer à diriger le pays", précisait le texte. Et prédisait même que l"entourage familial du président et un groupe de puissant oligarques (...) préparaient la candidature pour un cinquième mandat présidentiel d'un vieil homme impotent et incapable de s'exprimer."
Un mois avant, six personnalités des médias et de l'université appelaient eux, plus directement, au départ d'Abdelaziz Bouteflika à cause de son état de santé.




Mardi 17 Avril 2018



Lu 1877 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA