Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



Abdel Fattah al-Sissi finalement réélu avec 97% des voix



            Partager Partager

Comme attendu, Al Sissi est le grand vainqueur de l'élection présidentielle où il n'était opposé, pour la forme, qu'à un seul candidat (document : National Election Authority)
Comme attendu, Al Sissi est le grand vainqueur de l'élection présidentielle où il n'était opposé, pour la forme, qu'à un seul candidat (document : National Election Authority)
ÉGYPTE. L'autorité nationale égyptienne des élections a livré, lundi 2 avril 2018, le résultat définitif de l'élection présidentielle. Alors que les premières estimations donnaient la victoire au sortant Abdel Fattah al-Sissi avec 92% des voix, ce sont finalement 97,08% des bulletins de vote qui se sont portés sur lui. Le taux de participation avait par contre été bien évalué et s'élève à 41,05%.

24,25 millions d'électeurs se sont rendus aux urnes sur 59,07 millions d'inscrits sur les listes.

Dans cette élection sans suspense, Abdel Fattah al-Sissi n'affrontait qu'un seul autre candidat, un de ses partisans, chef du parti libéral Al-Ghad, Moussa Mostafa Moussa.

En juin 2014, lors de son premier scrutin, Abdel Fattah al-Sissi avait obtenu 96,9% des voix.


Mardi 3 Avril 2018

Lu 1525 fois





1.Posté par ELAÏDI Rachid le 03/04/2018 16:08
Avec plus de 97% , un plébiscite !! il manque juste les voix de quelques présentatrices de TV !!,pour faire le plein à 100% des voix Non, il s'agit d'une non démocratie et ceci est connue par tous les égyptiennes et les égyptiens. Avec un simple micro trottoir , la réponse est sans équivoque . La question qui s'impose est le pourquoi car,tous les dictatures du monde et en particulier en Égypte qui se croient tout permis, y compris de prendre les décideurs politiques, occidentaux comme des idiots potentiels ?! À vrai dire, ces choses politiques n'ont pas besoin de dessin ou de croquis ,car les choses sont claires et peuvent se résumer de la manière suivante : Sissi a fait un coup de poker et sur Mubarak et sur Morsi et de mettre à la retraite les hauts gradés de l’État major égyptien ,afin que la voie soit plus claire et sans épines. Ensuite , il s'est fait décoré de grade de maréchal d’Égypte,on dirait l'ex-empereur Bokassa,ou Moubuto et ensuite de courir les élections présidentielles avec des outsiders pour que le résultat soit sans équivoque; j'aurai aimé voir les opposants à Morsi, dans l'ancien parlement se dresser contre cette dictature naissante de Sissi ,mais en vain ! Et pourtant ,il y a une opposition farouche en Égypte avec un bémol de taille qui est la peur ,la crainte sur leur vie et sur quoi l'équipe de Sissi ne recule devant rien...et donc cette équipe utilise toute sorte de propagande d’État. L'abstention fait état de ce qui est réellement ces élections présidentielle ,mais il y a aussi les faux inscrits ,les urnes qui sont pleins à craquer qui émanent des services secrets égyptien et qui remplacent les vraies urnes qui sont pratiquement vide car ceux qui se sont déplacés sont les services de police dits ''les bergagues'', les familles des forces d'ordres ,les pauvres et misérables qui ont touché quelque dollars ou des simples cigarettes...car les programmes politiques , n'y sont pas ,les gens sont moins instruits et le nombre des illettrés est très fort et donc pour qui voter ?!!

Maintenant, pourquoi toute cette propagande ?! Et pourquoi Sissi se maintient bec et ongle ,alors que les militaires égyptiens ne voient pas d'un bon œil la réélection de Sissi. Et pourtant ,Sissi ne peut rien apporter de plus et donc les égyptiens qui se reconnaissent comme un peuple démuni et soumis de force ne peut que refaire une autre révolution d'un 25 Janvier 2011 ; car malheureusement ,ici en Égypte comme dans les 23 pays arabes ,les partis politiques ne peuvent rien faire car ,il faut dire qu'ils sont infiltrés de l’intérieur. Les occidentaux et surtout les européens sont divisés en deux catégories:ceux qui voient en Sissi un petit dictateur qui grandit et ceux qui acceptent et endossent les résultats du scrutin ,afin de manipuler ,par la suite l’exécutif égyptien car ils possèdent cette carte sensible de la non démocratie en Égypte et qui sont en mesure de troubler l'ordre publique égyptien quand ils le veulent et ou il le veulent.

Et le peuple d’Égypte dans tout cela!!il est sans voix et soumis comme depuis toujours et pourtant, l'armée égyptienne est connue depuis l'aube des temps ,une armée forte. Et donc par voie de conséquence, c'est cette armée qui devrait rétablir l'ordre et les officiers libres ne manquent pas, comme dans les 23 pays arabes . Et c'est sur cette armée que les égyptiennes et les égyptiens s'appuient et demandent de l'aide par un coup d’État militaire et cette fois-ci, l'armée pourrait transformer le coup d’État militaire en une vraie démocratie et dont la société civile pourrait faire le nécessaire pour instaurer une démocratie. Il est certain, l'armée devrait être là pour contrôler l’État de toute dérive mais l'armée ne devrait pas tout transformer en caserne . La présence des militaires est limitée au contrôle et dans tous les rouages de l’État , une présence discrète car la démocratie devrait faire fonctionner et les civils et les militaires. Et donc une éducation civique s'impose …

Sissi qui croit que la peur n'existe pas et tout le monde peut s'exprimer et peut tous les degrés de liberté , non !! c'est un faux débat, car cette cellule de police existe et dans les 23 pays arabes et avec tous les régimes en place et peut être Sissi n'est pas mis au parfum de ce que font tous les services secrets de la police.... Il faut s'y rendre à la vérité pour savoir qu'un peuple arabe qui se révolte est d'abord pour ses degrés de liberté qui sont réduits voire anéantis. Au Maroc, comme en Égypte, la justice ne fonctionne pas et donc n'est pas souveraine et c'est le pouvoir en place qui juge avant que le juge ne lit la sentence écrite et jugée par le pouvoir en place. Ce qui est contraire à un système démocratique. Le peuple d’Égypte comme le peuple marocain et les autres peuples arabes méritent mieux et ce peuple n'en peut plus !!! mais que peut faire ? Si ce n'est de se révolter et de s'inviter à devenir des prisonniers malgré les réticences du pouvoir en place . Dit autrement , il faut emprisonner tout le monde ou libérer tout le monde. Une rectification du code pénale ou de la constitution ne peut rien résoudre car ce qu'il faut changer le système et rien d'autre : une première république marocaine ou à la limite une monarchie parlementaire, une deuxième république en Algérie, une quatrième république en Égypte...et donc une constitution approuvée ,réellement par tout un peuple. Je mets en exergue la nécessite de faire fonctionner le vote électronique '' ce citoyen a voté pour tel ou tel programme politique ,pour cette constitution...'' avec cette méthode , la chose politique devient une évidence et transparente. Et de telle sorte ,éviter tout recours à la justice et toute ignorance ,car en ce moment là qu'on pourrait dire, avec fierté ''personne n'est censée ignorer la loi''. Car cette loi émane de vous !..


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXION

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss