Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

84% des entreprises françaises veulent augmenter leurs exportations en 2018




FRANCE. Selon le dernier baromètre export publié par Euler Hermes, mercredi 16 mai 2018, 21,5 mrds€ d'exportations supplémentaires seraient à saisir d'ici fin 2018 pour les entreprises françaises et 18,2 mrds€ en 2019 (20,3 mrds€ en 2017).

Le numéro un mondial de l'assurance crédit estime que plus de huit entreprises sur dix (84% contre 79% en 2016) veulent augmenter leur chiffre d'affaires à l'export en 2018 avec comme principales destinations visées, et dans l'ordre, les États-Unis, la Chine, le Maroc, l'Allemagne et l'Espagne. Mais, seulement 39% affirment "vouloir conquérir de nouveaux marchés en 2018". Ils étaient 50% en 2016.

"En 2018, les débouchés supplémentaires à capter à l’export pour les entreprises françaises proviendront en grande partie de l’Union Européenne, avec +4 mrds€ à saisir en Allemagne, +2,2 mrds€ en Italie, +1,7 mrd€ en Espagne et +1,6 mrd€ en Belgique. La Chine (+2,2 mrds€) et les États-Unis (+1,6 mrd€) feront également partie des destinations à privilégier pour les entreprises tricolores. Certains secteurs bénéficieront plus directement de cette nouvelle demande, dont les machines et équipements (+5,4 mrds€ à saisir), l’agroalimentaire (+2,8 mrds€) et la chimie (+2,3 mrds€). Pour les deux premiers cités, un tiers de la demande additionnelle proviendra d’Asie", détaille l'étude.

Les exportations préférées à l'implantation locale

Les risques d'impayés constituent les prinicpaux freins à l'exportation (graphique Euler Hermes)
Les risques d'impayés constituent les prinicpaux freins à l'exportation (graphique Euler Hermes)
Les freins à l'exportation résident dans le risque d'impayé soulevé par 58% des entreprises interrogées (800 au total) ainsi que le risque de change (52%), ceux liés aux transports (42%) et le risque politique (41%). « Les entreprises françaises sont de plus en plus volontaires à l’export, et elles veulent se développer par leurs propres moyens. Mais elles doivent garder en mémoire que l’aventure internationale est mouvementée, et qu’elle ne se joue pas en solo. A l’heure où le risque d’impayé s’accroît dans le monde, protéger sa trésorerie est un impératif pour réussir son développement à l’export sereinement », commente Hubert Leman, directeur des engagements d’Euler Hermes France.

Pour se développer à l'international, selon cette étude, les entreprises françaises favorisent les exportations (72% contre 64% en 2016) à l'implantation locale (28%). Elles financent leur internationalisation par leur trésorerie à 48% (36% en 2016), l'endettement bancaire (28%) et utilisent les dispositifs d'aides publiques à 17%.




Jeudi 17 Mai 2018



Lu 2746 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

La corruption, l’autre grand fléau oublié du monde arabo-musulman…


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA