Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

400 prisonniers profitent de combats pour s'évader d'une prison de Tripoli


Rédigé le Lundi 3 Septembre 2018 à 09:38 | Lu 1485 commentaire(s)


Face aux combats à Tripoli, plusieurs personnes choisissent de fuir (photo : HCR/Tarik Argaz)
Face aux combats à Tripoli, plusieurs personnes choisissent de fuir (photo : HCR/Tarik Argaz)
LIBYE. Alors que la guerre civile repart de plus belle à Tripoli, la capitale libyenne a été le théâtre d'une évasion spectaculaire, dimanche 2 septembre 2018.

Quelque 400 prisonniers de la prison d'Aïne Zara, banlieue Sud, ont profité de combats à proximité pour fuir et se trouvent dans la nature comme le confirme la police locale. "Les détenus ont pu forcer les portes et sortir", précisent les forces de l'ordre, indiquant que les gardes ne sont pas intervenus pour "épargner la vie" des prisonniers. Parmi les évadés figurent des anciens partisans de Mouammar Kadhafi arrêtés pour meurtre au moment de la révolution de 2011.

Les émeutes à Tripoli, où s'opposent deux milices rivales depuis une semaine pour le contrôle de la ville, ont causé au moins quarante morts et plus de cent blessés selon un bilan établit vendredi 31 août 2018 par le ministère libyen de la Santé.

La veille de cette évasion, Antonio Guterres appelait, par la voix de Stéphane Dujarric son porte-parole, "toutes les parties à immédiatement cesser les hostilités et à respecter l'accord de cessez-le-feu négocié par l'Onu et les comités de réconciliation". Le secrétaire général des Nations Unies "condamne la poursuite des violences dans et autour de la capitale de la Libye, et notamment les bombardements à l'aveugle auxquels ont recours des groupes armés, qui tuent et blessent des civils, dont des enfants", précise-t-il dans un communiqué.




Lire aussi :
< >

Mercredi 1 Décembre 2021 - 12:35 La Méditerranée confrontée à l'inflation