Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


36 eurodéputés se prononcent officiellement pour un allégement de la dette de la Grèce



            Partager Partager

Pierre Moscovici a reçu les plaintes de plusieurs eurodéputés (photo Union européenne)
Pierre Moscovici a reçu les plaintes de plusieurs eurodéputés (photo Union européenne)
GRECE. Trente-six députés européens réclament, dans une lettre ouverte remise jeudi 13 octobre 2016, à Pierre Moscovici, un allégement rapide de la dette de la Grèce. Le commissaire européen aux Affaires économiques a répondu qu'il "restait dans l'idée qu'un accord global sur les réformes, mais aussi sur l'allégement de la dette d'ici la fin de l'année, est possible et souhaitable", tout en rappelant que la Commission n'était "pas créancière" de la Grèce.

Les eurodéputés, verts et gauche de dix pays de l'Union européenne principalement de l'Europe du Sud, même si le groupe compte symboliquement deux Allemands, plaident pour que la Grèce sorte "du cercle vicieux de la récession et de la déflation... Tout retard supplémentaire en ce qui concerne l'ouverture de discussions concrètes et concluantes sur l'allégement de la dette pourrait avoir des résultats dévastateurs sur l'économie grecque." Ils demandent une "feuille de route claire pour l'allégement de la dette grecque."

Athènes voit ses comptes et son économie plombée depuis six ans et son appel à l'aide en échange d'ajustements structurels et d'une politique d'austérité. Sa dette atteint aujourd'hui les 176%. Elle est principalement détenue par le Fonds européen de stabilité financière (FESF dépendant de la Banque centrale européenne) et les pays européens par des crédits en direct. Le FMI n'a prêté que 32 mrds à la Grèce et des fonds privés 54 mrds€ sur les 321 mrds€ consentis à travers les différents plans d'aide.

Les deux bailleurs de fonds du pays diffèrent dans leurs stratégies sur le traitement de la dette grecque à leur égard. Le FMI - qui ne devrait pas souscrire  au troisième programme d'aide signé en août 2015 et dont les modalités demeurent en discussion - envisage un allégement rapide et conséquent pour permettre à la Grèce de repartir sur de bonnes bases. L'Eurogroupe, très influencé par Berlin qui refuse toute restructuration de la dette grecque, se situe plutôt sur une position d'attente concernant cette décision.

Eric Apim
Jeudi 13 Octobre 2016

Lu 898 fois




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Décembre 2019 - 14:38 La dette publique de la France dépasse les 100% du PIB


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

réflexion


Industrie de défense : une filière navale française en ordre dispersé ?

Hervé Lemaitre, Expert-Conseil en stratégie de développement international-export
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.