Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

2015 a marqué une avancée mesurée des énergies renouvelables au sud de l’Europe




EUROPE. De l’Espagne, avant-garde sud-européenne des énergies renouvelables (ENR), qui pourtant se plaint de ses reculs, à la Grèce, dépendante de son charbon, la Méditerranée européenne évalue ses avancées en matière d'ENR à l’aune de ses objectifs. Et globalement le midi du continent a augmenté en 2015 la part du soleil et sur le vent dans sa production d'électricité.


            Partager Partager

Situations régionales contrastées en Italie (Terna DR)
Situations régionales contrastées en Italie (Terna DR)
Signe de sortie de crise ou simple regain ? L’Italie a vu sa demande d’électricité augmenter d’un frémissement en 2015. Mais, durant les six premiers mois de l’année, ses barrages hydroélectriques n’ont pu faire face car leur  production a baissé de 23%. Néanmoins, la part du photovoltaïque ayant augmenté, les énergies renouvelables   génèrent un gros tiers de la production électrique de la botte en 2015, selon l’agence Terna, équivalente à la RTE (Réseau de Transport Electrique) française.
 
Mais la situation a été très contrastée en Italie. La Lombardie et la Sicile ont moins produit qu’en 2014. L’Emilie-Romagne, les Pouilles et la Calabre, elles, ont vu bondir leur production électrique d’origine renouvelable.
 
L’Espagne est dans une situation comparable, et enviable. Mais ses acteurs énergétiques  se plaignent de faire, désormais, du surplace. 37% de l’énergie produite y est d’origine renouvelable. Et 43% de la production électrique, une pole position en Europe du Sud ! 

En pointe en Europe méridionale, les Espagnols ont pourtant le sentiment qu'ils ont mangé leur pain blanc en matière de développement des renouvelables (photo MN)
En pointe en Europe méridionale, les Espagnols ont pourtant le sentiment qu'ils ont mangé leur pain blanc en matière de développement des renouvelables (photo MN)
Et pourtant les commentateurs rappellent dans la presse espagnole que seuls 800 MW ont été installés durant les années Rajoy (2012-2015). Une peccadille, en regard des 6800 MW de panneaux photovoltaïques, éoliennes et autres unités biomasse raccordées au réseau entre 2008 et 2012. Le secteur bénéficiait alors d'un prix d’achat électrique avantageux.  Aujourd’hui, le gouvernement espagnol privilégie le gaz, et envisage  de taxer l’énergie. « Les investisseurs fuient désormais l’Espagne », commente Reuters.
 
Le Portugal voisin compte désormais, 25,7% d’énergies renouvelables dans son mix énergétique. La progression, pour réelle qu’elle soit, reste mesurée. La part des ENR ne dépassait pas 25% en 2014. Le pays prévoit d'arriver à 31% en 2020.
 

Il ferait toujours immensément mieux que la Grèce. Empêtré dans la récession et la crise de longue durée, le pays ne parvient ni à attirer les investisseurs, ni à investir lui-même dans le changement de ses sources d’énergie, terriblement polluantes.  Le charbon, première source d’énergie électrique, représente plus de la moitié du mix énergétique en 2015. Et le gaz, plus propre mais tout autant fossile, 28%.  Les ENR dépassent peu les 15%, qu’ils ont atteints en 2013.
 
Enfin la France s’est fixée comme objectif en juillet 2015 -Loi sur la Transition Energétique – de produire 40% de son électricité avec des ENR à horizon 2030. Elle  réalise en 2015 près de 20%. « L’objectif de 40% devrait être atteint sans modification majeure des caractéristiques du système électrique », qui mêle ENR et nucléaire, estime l’Ademe, dans un récent rapport.
Les ENR en France font appel au vent au Nord, au Soleil au Sud (ADEME DR)
Les ENR en France font appel au vent au Nord, au Soleil au Sud (ADEME DR)


Mercredi 10 Février 2016


Lu 1105 fois











RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss