Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


2009, annus horribilis pour le port de Marseille


Grèves, accidents industriels, nouvelle réglementation en Algérie et crise économique ont fait perdre au port de Marseille-Fos 13 millions de tonnes, soit l’équivalent annuel des ports de Lorient et La Rochelle. L’année 2009 s'achève sur un trafic total en repli de 13%, à 83 millions de tonnes.


            Partager Partager

Le trafic conteneurisé progresse dans un contexte de chute du tonnage global (photo NBC)
Le trafic conteneurisé progresse dans un contexte de chute du tonnage global (photo NBC)
FRANCE. « 2009 a été une année catastrophe, en raison à la fois des incidents industriels et des problèmes économiques. C’est une année très difficile, mais cela devrait se résorber en 2010 avec la remise en service du pipeline sud européen et du haut fourneau d’ArcelorMittal. Si le port  ne reconquiert pas ses parts de marché, il va se retrouver relégué en port de deuxième catégorie », prévient Patrick Daher, président du conseil de surveillance du Grand port maritime de Marseille (GPMM), lundi 25 janvier 2010, en commentant le bilan annuel du port.

Avec un tonnage global en chute de 13%, 278 escales de navires en moins comparé à 2008 et un chiffre d’affaires de 178 M€, en repli de 8% par rapport à l'année précédente, 2009 sera une année à oublier.

Une année où beaucoup de secteurs sont dans le rouge, à commencer par les vracs solides qui dégringolent  de 40% sur l’année à 8,6 millions de tonnes, notamment à cause de l’arrêt d’un des haut-fourneaux d'ArcelorMittal.

Du côté des vracs liquides, Marseille-Fos a été amputé de 6 millions de tonnes (-10%)  en raison de la baisse de la demande énergétique (-2 millions de tonnes) et de la rupture d’un pipeline (-4 millions de tonnes).

Trafic conteneur : mieux que Barcelone et Gênes

Jean-Claude Terrier et Patrick Daher (Photo NBC)
Jean-Claude Terrier et Patrick Daher (Photo NBC)
Le repli de 4% des marchandises diverses (14,5 millions de tonnes) résulte lui aussi de la fermeture d’un des hauts fourneaux d'ArcelorMittal (-25%), mais aussi de la forte chute des trafics rouliers due aux restrictions d’exportation en Algérie. C’est la bonne tenue du trafic conteneurisé, en hausse de 4% à 882 500 Evp, qui a permis d’enrayer la baisse des marchandises diverses en 2009.

« Avec Valence, nous sommes le seul port en Europe à progresser dans le segment du conteneurs », commente le président du directoire du GPMM, Jean-Claude Terrier. En comparaison avec les ports voisins de Méditerranée, « Marseille fait mieux dans le trafic conteneur que Barcelone (-30 %) et Gênes  (-10% ) », selon Chantal Helmann, membre du directoire chargée de l’administration des finances du GPMM.

Le trafic conteneurisé entre Marseille et les ports chinois, premier client, a fait un bond de 40% sur l’année 2009, alors que les échanges avec l’Algérie sont en recul de 9%, conséquence directe des nouvelles mesures réglementaires algériennes. 

La croisière fait un bond

Dans ce tableau sombre, quelques filières ont enregistré des croissances significatives, à l’image du trafic céréalier et du sucre, en hausse de 36 %, des biocarburants (+50%) et du GNL (+27%) avec les premières escales sur le nouveau terminal méthanier du Cavaou à partir de juillet 2009.

Beau temps également pour les trafics passagers (+2%, à plus de 2 millions) et surtout pour la croisière. Le nombre de passagers a fait un bond de 15%, avec 461 000 croisiéristes en transit et 178 000 en tête de ligne. Pour Jacques Truau, vice-président du conseil du développement portuaire, cette croissance s’explique par « l’ancrage des principales compagnies de croisières : Costa Croisières , MSC et Louis Cruises sur le terminal MPCC » qui leur a été concédé pour une durée de 25 ans.

Malgré ce mauvais score, le port de Marseille-Fos attend un redressement des trafics en 2010, de l'ordre de +10%, avec un trafic proche de 92 millions de tonnes, grâce notamment à la remise en service du pipeline sud-européen, et va poursuivre son programme d’investissements. En 2009, 76 M€ ont été engagés par le GPMM, dont 62 M€ dédiés au terminal Fos 2XL.

Lire aussi :
Deux projets de terminaux méthaniers du port de Marseille soumis au débat public
Les grands ports français à nouveau bloqués par la CGT
Dockers et agents portuaires dénoncent les retombées néfastes de la réforme sur l’emploi
Port de Marseille : accord avec les sociétés de manutention
L’Algérie éternue, le port de Marseille s’enrhume
Un second terminal croisières pour Marseille
Affluence de bateaux de croisières à Marseille
Costa, Msc et Louis Cruises gérants du terminal croisières de Marseille
Effondrement des trafics au port de Marseille Fos
Recul de 8,5% des tonnages au port du Havre en 2009

Lundi 25 Janvier 2010

Lu 3623 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.