Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

« Les réformes commencent à porter leurs fruits en Espagne »


Il n'est pas évident de percevoir clairement l'évolution de l'Espagne, entre des indicateurs macro-économiques optimistes, et la réalité d'un marché du travail plombé par un taux de chômage toujours au dessus de 25% de la population active (plus de 50% chez les jeunes!). Décryptage avec Philippe Saman, directeur de la Chambre de Commerce Française de Barcelone.



« La croissance est de retour », estime Philippe Saman (photo CCI Française de Barcelone)
« La croissance est de retour », estime Philippe Saman (photo CCI Française de Barcelone)
econostrum.info : Peut-on parler de reprise après ces longues années de crise en Espagne ?

Philippe Saman : Il me semble important, dans un premier temps, de rappeler les programmes d´austérité appliqués dans le pays, d´abord par le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero, puis par la droite de Mariano Rajoy : relèvement de l’âge de la retraite à 67 ans, durcissement du système d´assurance-chômage, hausse de la TVA, baisse, puis gel du salaire des fonctionnaires, etc... Les réformes commencent à porter leurs fruits : amélioration de la productivité, augmentation des exportations et plus d´investissements en biens d´équipement. Les indicateurs économiques sont meilleurs. On peut dire que l´Espagne est sortie de la crise. La croissance est de retour, elle est désormais estimée à 1,2% pour cette année et pourrait dépasser 1,5 % en 2015. Cependant, elle n'est malheureusement pas assez forte pour réduire le taux de chômage d´une manière significative.    

Sur le plan extérieur, cela a-t-il une répercussion ?

Le pays regagne la confiance des marchés. Comment interpréter, sinon, que certaines agences de notation aient remonté récemment la note de l´Espagne.    
Quels sont les secteurs d'activité qui en profitent le plus?

Pour ce qui est des secteurs dynamiques, nous pouvons dire qu’ils sont actuellement de deux ordres : ceux dans lesquels l’Espagne positionne des leaders mondiaux comme l'énergie éolienne, la gestion des infrastructures, le traitement des eaux, le textile... en un mot : les secteurs qui s’exportent. Et par ailleurs des secteurs plus « transversaux », comme l’e-commerce qui connaîtra une croissance de 18% par an en Espagne jusqu’en 2017. 

Dynamisme touristique

35 millions de passagers à l'aéroport de Barcelone l'an dernier (photo F. Matéo)
35 millions de passagers à l'aéroport de Barcelone l'an dernier (photo F. Matéo)
Comment évolue la Catalogne dans ce contexte ?

N´oublions pas le rôle moteur que la région occupe sur cette partie de l'Europe et sur l´ensemble de l´Espagne. L'amélioration de la productivité des entreprises catalanes a permis une augmentation sensible des exportations depuis deux à trois années, comme je le disais précédemment. Par ailleurs, la marque « Barcelone » est aujourd’hui l'un des actifs les plus importants de la région. Il faut signaler à ce titre que l’Espagne a enregistré un record historique en matière touristique en 2013, avec plus de 60 millions de visiteurs dont 25% en Catalogne. L'évolution du nombre de passagers de l'aéroport de Barcelone est tout aussi spectaculaire. Plus de 35 millions de personnes y sont passées l'an dernier, soit un chiffre équivalent au total cumulé des aéroports de Lyon, Marseille, Nice et Toulouse !  

Quels sont les principaux indicateurs de l'évolution « qualitative » de l'économie en Catalogne?

Parmi les indicateurs qualitatifs, il faut retenir le volume de l’investissement productif qui, en 2013, a progressé de 31,5% pour atteindre 3,511 mrds €, soit 22% du total espagnol. La Catalogne reste l'une des régions les plus diversifiées de l’Espagne.  

Comment évolue la présence des entreprises françaises en Catalogne, en nombre de sociétés?

La Catalogne est la première région exportatrice d'Espagne, et a toujours été très ouverte sur la France. Elle représente plus de 25% du commerce extérieur de l’Espagne. Cette configuration est à la fois cause et conséquence de la forte implantation française, tant en nombre entreprises (650 sur 1.500 implantations en Espagne) que de personnes. La proximité avec la France fait par ailleurs du « Grand sud » l’espace naturel de développement des entreprises catalanes qui veulent s’implanter en France. Près d'une entreprise catalane sur quatre implantée en France l'est en Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, ce qui témoigne de l’interpénétration de proximité. Par ailleurs, l’amélioration des infrastructures, avec la mise en service fin 2013 du TGV entre Barcelone et Paris, via le sud de la France, le développement du port et de l’aéroport de Barcelone, deux plates-formes incontournables de logistique pour le sud de l’Europe, font de Barcelone et de la Catalogne un moteur d'échanges dans le bassin méditerranéen.

Des opportunités de développement

« Les grands groupes continuent de miser sur la Catalogne » (photo CCI Française de Barcelone)
« Les grands groupes continuent de miser sur la Catalogne » (photo CCI Française de Barcelone)
Comment les entreprises françaises implantées en Espagne, et plus particulièrement en Catalogne, se sont-elles adaptées aux difficultés ces dernières années?

En continuant à investir ! Les exemples d’entreprises françaises implantées en Catalogne qui ont entrepris d’étendre leur activité au cours des cinq dernières années ne sont pas rares, au contraire. Que ce soit dans la logistique, l’industrie du luxe, l’automobile, les grands groupes continuent de miser sur la Catalogne.  

Existe-t-il des opportunités de développement aujourd'hui pour les entreprises françaises?

Les opportunités sont souvent croisées. La France dispose de nombreux secteurs d’excellence : l’industrie (nucléaire, aéronautique, agroalimentaire…), les métiers d’art (design, décoration…), le luxe, les services (banques, assurances…), les applications technologiques à forte valeur ajoutée (ingénierie, solutions IT, télécommunications et image, e-commerce). L’idée est ici de montrer que nous avons des capacités « métiers » dont l’Espagne peut avoir besoin. La demande du marché espagnol réside aujourd’hui dans les solutions et les produits qui lui permettront de se diversifier et de gagner en productivité.

A l’inverse, dans le domaine des services, c’est l’Espagne qui offrira l’opportunité au moment d’implanter des plates-formes (recherche, service clients, développement marketing…) ou des équipes projets. La CCI de Paris-Île de France a publié, fin février 2014, un rapport sur l´économie parisienne. Dans sa conclusion, il est dit textuellement que « le dynamisme économique parisien est en retrait, comparé à celui de certaines autres métropoles concurrentes comme Barcelone ou Londres ». C´est assez révélateur de la tendance.

2014 est marquée par le débat sur l'auto-détermination de la Catalogne, avec l'échéance de la consultation du 9 novembre 2014 en ligne de mire. Cette question politique affecte-t-elle le secteur économique, et particulièrement les entreprises françaises ?

Le processus d’indépendance reste un sujet politique, d’abord interne au pays, devenu public depuis que les autorités d’autres pays européens se sont exprimées sur le sujet. Quoi qu’il en soit, le débat concerne prioritairement les gouvernements espagnol et catalan. Pour ce qui nous concerne, nous n´avons pas à ce jour noté de changement stratégique au sein des entreprises françaises dans la région pour ce motif. 

À titre personnel, ce qui me paraît évident, c’est que le modèle territorial espagnol actuel doit évoluer. Du reste, pratiquement tous les avis convergent à ce sujet. Espérons que toutes les parties concernées, les politiques, la société civile et les pouvoirs économiques puissent reprendre un vrai dialogue pour aboutir à une situation pérenne.




Mercredi 28 Mai 2014



Lu 2151 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

La corruption, l’autre grand fléau oublié du monde arabo-musulman…


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA