Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

« L’Europe ne doit pas rester inactive en Méditerranée »




Le ministre espagnol des affaires étrangères, José Manuel Garcia-Margallo, et le Secrétaire général de l'UpM, Fathallah Sijilmassi (photo : UpM)
Le ministre espagnol des affaires étrangères, José Manuel Garcia-Margallo, et le Secrétaire général de l'UpM, Fathallah Sijilmassi (photo : UpM)
ESPAGNE. Andreu Bassols, directeur général de l'IEMed (Institut Européen de la Méditerranée), avait endossé les habits de «Monsieur Loyal » lors de la rencontre tenue le 19 septembre 2012 au Palau de Pedralbes de Barcelone, siège de l'Union Pour la Méditerranée (UpM ). Une rencontre réunissant le ministre espagnol des affaires étrangères, José Manuel Garcia-Margallo, et le secrétaire général de l'UpM, Fathallah Sijilmassi.

Pour introduire les débats, Andreu Bassols a rappelé les deux missions de l'IEMed : faire comprendre d'une part que « la Méditerranée n'est pas une menace, mais une opportunité de développement » ; l'IEMed a par ailleurs pour vocation de contribuer à faire émerger « une action collective, pour travailler ensemble au niveau économique, politique et culturel ». Avec un objectif précis : « Faire progresser la démocratie et faire prospérer l’économie des pays du sud de la Méditerranée ».

Des intentions reprises par José Manuel Garcia-Margallo : « Si nous prenons uniquement en compte le développement économique, il apparaît clairement que la croissance en Asie et l'augmentation des échanges qui en découlent va alimenter toujours davantage le flux de marchandises qui passent par le canal de Suez, à destination des pays de la Méditerranée et de l'Europe. »

« Lignes rouges »

Andreu Bassols, directeur général de l'IEMed: La Méditerranée n'est pas une menace, mais une opportunité de développement (photo IEMed)
Andreu Bassols, directeur général de l'IEMed: La Méditerranée n'est pas une menace, mais une opportunité de développement (photo IEMed)
Mais au-delà des enjeux économiques, le ministre espagnol des affaires étrangères soulignait les grandes inquiétudes politiques, dont évidemment la guerre civile en Syrie, et les troubles liés aux difficiles transitions des « printemps arabes ». En des termes parfois très tranchés : « L'objectif, c'est que les nouveaux régimes soient représentatifs des populations dans leur ensemble, prenant en compte toutes les minorités. Attention à ne pas franchir les « lignes rouges », j’entends par là le respect des règles de bases occidentales de la démocratie, qui ne sont absolument pas incompatibles avec l'Islam

Le ministre plaide en ce sens pour une transposition des principes de la « démocratie chrétienne » pour permettre aux pays du sud de la Méditerranée d'évoluer vers des « démocraties islamiques ». Un discours également très tranchant sur l'évolution de la situation au nord Mali, où José Manuel Garcia-Margallo a clairement souhaité une intervention pour « éviter que ne se réalise le rêve d'Al-Qaïda, qui voulait faire de la Somalie son propre état, et qui tente aujourd'hui d'atteindre le même objectif au Sahel ».

« L'Europe ne doit pas rester inactive : il faut agir », déclarait le ministre, égratignant au passage la politique extérieure de la France, qui n'aurait pas su profiter de sa position au Conseil de Sécurité de l'ONU  pour impliquer dans cette stratégie, au mois d'août 2012, les pays de la CEDEAO.

L'UpM doit être un pivot en Méditerranée

Le Palau de Pedralbes à Barcelone, siège de l'Union pour la Méditerranée (Photo gencat)
Le Palau de Pedralbes à Barcelone, siège de l'Union pour la Méditerranée (Photo gencat)
La réunion au Palau de Pedralbes aura au moins permis de donner à nouveau un coup de projecteur sur l'Union Pour la Méditerranée. Fathallah Sijilmassi a évoqué à cette occasion, devant le ministre espagnol des affaires étrangères, les grands projets de développement en cours, promus par l'UpM : l'Université euro-méditerranéenne (Euromed-UM) à Fès (Maroc), l'Initiative méditerranéenne pour les emplois (Med4jobs), l'autoroute TransMaghreb et l'installation d’une unité de dessalement dans la bande de Gaza (Palestine).

Le secrétaire général soulignait également que «l’UpM est plus que jamais une plate-forme de coopération régionale pour le développement et la réalisation de projets concrets ... Notre objectif est de continuer à travailler étroitement avec l'Espagne pour aller de l'avant dans la mise en œuvre des programmes concrets qui disposent d'un impact significatif et important dans le domaine de la société civile et notamment en soutenant l’employabilité des jeunes entrepreneurs et des jeunes en général dans le sud du bassin méditerranéen ».

« L'Union Pour la Méditerranée doit être le pivot entre l'Union Européenne et les pays du sud et de l'est de la Méditerranée », approuvait José Manuel Garcia-Margallo. Mais il faut bien constater que les bonnes volontés pâtissent toujours aujourd'hui d'un manque de moyens.




Vendredi 21 Septembre 2012



Lu 1414 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Commentaires

1.Posté par EL KHETTAB le 24/09/2012 13:39
L'union pour la Méditerranée est la meilleure qu'avait faite l'ex président de la France Mr SARKOZY car il connaissait bien la problématique et les enjeux autour du bassin méditerranéen.
La Turquie, le Maroc, l'Espagne, la France, l'Italie , la Tunisie et le Portugal peuvent devenir des acteurs économiques, commerciaux et sociaux pour cette chaude région. Tous les problèmes économiques peuvent être éradiquer par une politique commune, bien définie où chaque pays jouera son rôle pour le bien être de millions de personnes qui ne cherchent qu'un travail stable et une vie saine.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.
















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA