Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Une intervention militaire en Libye de plus en plus probable


Progression de Daech, formation d'un gouvernement d'union nationale, les conditions d'une intervention militaire en Libye sous l'égide de l'ONU semblent réunies... mais extrêmement fragiles.



La formation d'un gouvernement d'union nationale ouvre la porte d'une intervention militaire internationale en Libye. Photo Marine Nationale.
La formation d'un gouvernement d'union nationale ouvre la porte d'une intervention militaire internationale en Libye. Photo Marine Nationale.
LIBYE. Sans une demande de l'Etat libyen, l'ONU ne peut mandater une force internationale pour intervenir contre Daech. Or, jusqu'à présent, la Libye comptait deux parlements et une multitude de milices qui se faisaient la guerre.

Cet obstacle semble aujourd'hui levé avec l'annonce le 19 janvier à Tunis de la formation d'un gouvernement d'union nationale comptant pas moins de 32 ministres, un minimum pour contenter les deux gouvernements actuellement en concurrence au nord du pays, chacun composé de nombreuses milices, et la vingtaine de tribus du sud, des Toubous et des Touaregs, qui se font la guerre. Avec pour la plupart la volonté de contrôler les trafics de pétrole, d'arme, de drogue, de clandestins.

Un engagement bien sûr à confirmer sur le terrain tant cet accord inespéré apparaît fragile. Déjà, plusieurs milices dénoncent le nouveau gouvernement qu'elles estiment manipulé de l'étranger, non représentatif de l'ensemble des forces en présence. Elles pourraient en conséquence ne pas respecter le cessez-le-feu. Pire, le général Khalifa Haftar, furieux de ne pas avoir été nommé ministre de la Défense alors qu'il est le principal adversaire de Daech dans l'Est du pays, pourrait retirer ses hommes, laissant ainsi la voie libre au mouvement terroriste. De nombreux Libyens pensent que ce nouveau gouvernement n'arrivera jamais à se réunir à Tripoli.

Un gouvernement avant tout créé pour permettre une intervention militaire

Les trafics d'armes, de drogues, d'êtres humains aiguisent les appétits en Libye. (photo Francesco Malavolta - OIM)
Les trafics d'armes, de drogues, d'êtres humains aiguisent les appétits en Libye. (photo Francesco Malavolta - OIM)
Une épine dans le pied de l'ONU, mais probablement pas suffisante pour empêcher la communauté internationale de reconnaître le nouveau gouvernement libyen et en conséquence de rendre possible l'action d'une coalition sous mandat onusien. Elle prendrait plusieurs formes : levée de l'embargo sur les armes, entraînement des forces militaires du nouveau gouvernement, bombardement des positions de Daech par les aviations européennes, envoie sur le terrain de forces spéciales.

 
L'urgence est réelle car la défection du général Haftar laisserait le champ libre à Daech pour s'approprier le croissant fertile où se concentrent les gisements, les raffineries et les terminaux pétroliers de Libye. En passe de perdre la Syrie et l'Irak, Daech trouverait ainsi un nouveau sanctuaire tout aussi riche que le premier khalifat que l'organisation est en train de perdre, en connexion directe avec le Sahara et les organisations terroristes qui s'y développent...et beaucoup plus proche de l'Europe.

 
Daech a bien compris l'intérêt de la Libye et livre actuellement une course de vitesse pour y conforter ses positions. Forte de 3 000 combattants, solidement implantée à Syrte, elle multiplie les offensives pour s'approprier les installations du « croissant pétrolier » (port d'Al-Sedra, Ras Lanouf, Brega). En ce moment même (21 janvier 2016), ses hommes viennent de lancer une nouvelle attaque contre le terminal de Ras Lanouf. Au moins deux réservoirs de pétrole brûlent.



Gérard Tur


Jeudi 21 Janvier 2016



Lu 3621 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 21 Novembre 2016 - 17:59 La Libye et la Syrie ont fait fuir les investisseurs €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise