Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Une initiative Economie bleue pour la Méditerranée occidentale


   


La feuille de route pour définir les priorités d’une économie maritime durable à déployer sur l’ouest du bassin méditerranéen était au programme de la rencontre, le 2 février 2017, à Barcelone, des différents acteurs concernés.



Les Chantiers de la Méditerranée à Naples (photo : F.Dubessy)
Les Chantiers de la Méditerranée à Naples (photo : F.Dubessy)
Les acteurs engagés dans l’élaboration d’une « Initiative Économie Bleue pour la Méditerranée occidentale », connue sous l’appellation « West Med Maritime initiative  », avaient rendez-vous le 2 février 2017 à Barcelone. Une étape importante dans ce projet démarré en décembre 2015. Initié par l’Agence exécutive pour les PME (EASME) et la DG des Affaires maritimes et de la Pêche (DG MARE) de la Commission européenne, ce projet vise à promouvoir une économie maritime, intégrée et durable, dans le bassin infrarégional de la Méditerranée occidentale.

Dix pays riverains sont concernés : l’Algérie, la France, l’Espagne, l’Italie, la Libye, Malte, le Maroc et la Tunisie auxquels s’ajoutent la Mauritanie et le Portugal. Trois partenaires, réunis au sein d’un consortium, sont chargés du pilotage du projet, le cabinet de consulting Ecorys, le bureau d’études Stratégies Mer et Littoral, enfin le Plan Bleu qui intervient au titre de centre d’activités régionales du PNUE/PAM et d’expert dans les interfaces sciences- politiques.  

Adopter une vision partagée

Un premier travail d’analyse a permis de dresser un état des lieux et d’évaluer les besoins à travers des consultations conduites auprès des acteurs socio-économiques concernés. Il a été suivi par une série d’ateliers durant l’année 2016 pour identifier des solutions et surtout préciser quelle était la « vision globale » partagée pour donner un contenu à cette Initiative West Med. Quatre priorités font consensus : faire face aux défis environnementaux ; développer une économie maritime durable  ; prendre en compte les enjeux liés à une sécurité indispensable au déploiement des activités ; enfin, mettre l’accent sur la formation et les compétences.

« De multiples dispositifs, plus ou moins contraignants, existent déjà. Parmi les dispositifs non contraignants, on peut citer la Stratégie Méditerranéenne pour le Développement Durable 2016/2025 (SMDD) dont l’initiative Économie Bleue devrait être l’une des déclinaisons infrarégionales  » constate Carla Murciano, expert Plan Bleu. En charge du dossier, elle estime que les principales « difficultés tiennent souvent aux obstacles rencontrés et au manque d’articulations dans la mise en œuvre de ces différents dispositifs». Eviter à l’Initiative Economie Bleue de tomber dans ce travers, souvent lié à un partage trop limité des données et ressources, était donc au menu de la feuille de route en discussion à Barcelone. Toutes les parties prenantes (décideurs locaux et nationaux, organisations régionales, experts, ONG, entreprises, institutionnels, scientifiques etc.) étaient mobilisées. Une fois la feuille de route finalisée, d’ici à l’automne 2017, la Commission européenne pourra dresser le plan d’actions à mettre en œuvre. 



English version

Article réalisé en partenariat avec le Plan Bleu


Mercredi 8 Février 2017




Lu 1621 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >













Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA