Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Trump pose ses jalons sur la Méditerranée


L'arrivée de Donald Trump au pouvoir aux États-Unis rebat les cartes en Méditerranée. Cette nouvelle donne crée des inquiétudes ou au contraire suscite des espoirs.



Donald Trump veut imposer ses idées en Méditerranée (photo montage : MCA/econostrum.info)
Donald Trump veut imposer ses idées en Méditerranée (photo montage : MCA/econostrum.info)
MEDITERRANEE. Donald Trump inquiète une partie du monde Arabe. Il semble peu probable que le nouveau président des États-Unis mettra en œuvre la mesure d'interdiction totale de délivrance de visa pour les musulmans qu'il a prônée durant toute sa campagne électorale. Mais il va tenter d'imposer « des contrôles extrêmes » et d'interdire « l'entrée aux États-Unis des individus issus de pays sujets au terrorisme » selon ses propres termes.

Il pourrait pour cela s'appuyer sur la liste dressée en juillet 2016 par l’Agence américaine de l’immigration et du contrôle des douanes pointant vingt-trois États « récalcitrants ou non-coopératifs ». L’Algérie et la Libye figurent sur cette liste noire. Faire des affaires aux USA ou y passer des vacances va devenir très compliqué pour les habitants de certains pays des rives sud et est de la Méditerranée.

Dans le média algérien TSA, l'enseignante à l'université de sciences politiques d'Alger Louisa Aït Hamadouche estime que « les déclarations faites durant la campagne électorale sur les musulmans, l’islam, l’assimilation qu’il a faite entre l’islam et le terrorisme font partie d’un discours électoraliste. Son but était de trouver des boucs émissaires. J’imagine mal les États-Unis dirigés par Donald Trump prendre des décisions qui soient contraires aux lois et aux institutions américaines d’abord et au droit en général. Il existe des institutions tant au niveau de la justice, des médias que de la société civile, qui joueront le rôle de garde-fou et qui feront en sorte d’empêcher des tentations fascisantes que le président aurait eu lorsqu’il était candidat. »

Risque de surproduction pétrolière

Certains passeports risquent de devenir indésirables aux USA (photo : DR)
Certains passeports risquent de devenir indésirables aux USA (photo : DR)
Si Donald Trump ne devrait pas s’intéresser à des questions comme le Sahara Occidental, en revanche, sa politique intérieure impactera les pays arabes producteurs de pétrole comme l'Algérie.
 
Le nouveau président a en effet clairement affiché son mépris pour les questions environnementales. Il entend relancer l'exploitation des énergies fossiles avec en tête de liste le gaz de schiste. Le prix de revient des forages a déjà baissé et va se réduire encore quand cette industrie verra les contraintes environnementales disparaître. Avec comme résultat une production en hausse et un très fort risque de nouvelle chute du prix du pétrole et du gaz.
 
Selon l'agence Reuters, les banques américaines ont d'ailleurs déjà anticipé cette « reprise » en augmentant les lignes de crédit accordées aux producteurs de pétrole et de gaz d'outre Atlantique. L'Algérie arrive à équilibrer ses comptes à partir d'un baril à plus de 50 $. La « relance » de Donald Trump pourrait effacer brutalement tous les efforts de l'Opep pour maintenir ce plancher.

Des alliances fondées sur le pragmatisme

Beaucoup de dictateurs pensent avoir trouvé en Donald Trump un nouvel ami (photo : présidence russe)
Beaucoup de dictateurs pensent avoir trouvé en Donald Trump un nouvel ami (photo : présidence russe)
Contrairement à ses prédécesseurs républicains, Donald Trump ne croit pas en une mission civilisatrice des États-Unis. Pragmatique, il fonde ses relations avec son environnement sur le rapport de forces, la recherche d'un intérêt commercial et la lutte contre le terrorisme. Le fait que son interlocuteur piétine les droits de l'homme ou bombarde des populations civiles lui importe peu.
 
Il a ainsi reçu le soutien du général Abdelfattah Al-Sissi en Égypte, qui voit en Donald Trump un allié pour faire du pays des pharaons le pivot de la région. En Syrie, Bachar el Assad, à l'instar de son mentor russe Vladimir Poutine, considère le programme de Donald Trump « très prometteur ». En Libye, le général Khalifa Haftar, opposant du gouvernement mis en place par l'ONU, nouvel allié des Russes et des Égyptiens, s'est félicité de l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

De l'huile sur le feu

L'extrême droite israélienne semble avoir trouvé un allié de poids (photo F.Dubessy)
L'extrême droite israélienne semble avoir trouvé un allié de poids (photo F.Dubessy)
L'arrivée de Donald Trump au pouvoir va sans doute fortement impacter la situation politique en Israël et en Palestine. Le nouveau président américain s'est clairement rangé dans le camp de l'extrême droite israélienne en invitant plusieurs de ses représentants à son investiture et en nommant David Friedman (futur) ambassadeur d'Israël.
 
Président de l'ONG « Amis américains de la colonie Beit El », David Friedman collecte des fonds pour la colonisation de la Cisjordanie et s'est déclaré à plusieurs reprises opposé à la création d'un Etat palestinien. Le représentant au Proche-Orient de la nouvelle administration américaine, Jason Greenblatt, milite de son côté pour la colonisation de la Cisjordanie. Enfin, cerise sur la gâteau, Donald Trump entend transférer l'ambassade des États Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. Un acte fort qui marquerait symboliquement le souhait des USA de voir Jérusalem devenir la capitale de l'Etat d'Israël.


Gérard Tur


Vendredi 20 Janvier 2017



Lu 1824 fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Arabie saoudite
vs Qatar : Vers l'escalade ou l'apaisement ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil.


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA