Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Trois principes d’évolution du tourisme en Euro-Méditerranée. Troisième et dernière partie : le positionnement

Par Etienne Pauchant, président de Mediterranean travel asociation (META)




Trois principes d’évolution du tourisme en Euro-Méditerranée. Troisième et dernière partie : le positionnement
Si l’on compare les résultats de la zone META avec ceux de la zone PATA depuis l’année 2000 jusqu’à 2012 (13 ans), on observe une diminution de la part de marché mondiale de la Méditerranée (- 4.9%), alors que celle-ci croît d’une manière importante (+ 6.9%) en Asie Pacifique.

La reconquête de cette part de marché mondiale requiert la mise en place d’une nouvelle “marque méditerranéenne”, partagée par les 30 pays qui forment la destination. Elle serait largement diffusée sur les marchés lointains, accompagnée par de nombreux produits touristiques originaux et de haute qualité.

L’ASCAME: ONG sans but lucrative rassemblant les Chambres de Commerce de la Méditerranée (plus de 300 membres), est la première organisation internationale à appeler de ses voeux la création de cette nouvelle marque méditerranéenne. Le but poursuivi est celui d’enrichir la seule image de mer et soleil de la Méditerranée sur les marchés lointains, par une offre culturelle originale.


Trois thèmes pour une marque

META propose trois thèmes pour cette nouvelle marque :

1/ Premièrement le climat

Le climat méditerranéen est l’un des plus rares dans le monde. On ne retrouve ces conditions climatiques qu’en Californie du Sud, en Amérique du Sud (Santiago et Valparaiso), en Afrique du Sud (Le Cap) et en Australie (Perth et Adélaïde).

2/ Deuxièmement, l’origine du tourisme

Contrairement à la croyance populaire, le tourisme n’a pas été inventé par l’aristocratie anglaise au XVIIe siècle, mais bien dans l’Empire romain, pendant la Pax Romana, depuis 29 av. J.-C., sous l’Empereur Auguste, jusqu’à l’année 180 apr. J.-C., sous l’Empereur Marc Aurèle, ce qui n’est pas su.

3/ Troisièmement, le berceau de l’humanité

Les 6 000 ans de l’histoire de la Méditerranée antique, depuis 4 000 avant J.C jusqu’à 1 929 au XXe siècle est la première et la plus longue histoire de l’Humanité. La destination n’a pas encore capitalisé ses critères culturels. Ils contiennent plusieurs centaines d’opportunités pour la mise en marché de nouveaux produits touristiques.

La Méditerranée a inventé les voyages de loisirs, les courts séjours, les vacances mer et soleil, les premières stations touristiques (Baïes), les premiers bikinis (en peau de chèvre), les premières locations de voitures (raeda), les premiers restaurants “face à la mer”, la première autoroute : la via Appia Antica 200 km de Rome à Naples.
Les premières escales, et les premiers professionnels du tourisme étaient, établis le long des routes romaines : les dormitoriums (bed and breakfast) les cauponae (hôtels économiques), les thermopoliae (bars), les tabernae (snacks) et les mansiones ( hôtel de première classe), en Italie, mais aussi pour le service aux voyageurs « longue distance » vers l’Égypte à l’Est et l’Espagne, à l’Ouest. Le réseau de ces voies romaines couvrait 150 000 km à l’apogée de l’Empire.

Une audience mondiale

Jeux de plage, Mosaïque Villa Casale, Sicile IIIème siècle AD
Jeux de plage, Mosaïque Villa Casale, Sicile IIIème siècle AD
Les voyages culturels en Grèce et en Turquie étaient prisés par l’élite des voyageurs, écoutant les premiers “guides touristiques” les “Mystagogues”, d’autres s’engageaient dans le “grand tour” (un ou deux ans de voyage) visitant toutes les côtes méditerranéennes jusqu’à l’Atlas marocain (Volubilis). D’autres encore assistaient aux Jeux olympiques (organisés tous les quatre ans).

Fondés en 776 avant J.C, les Jeux olympiques antiques étaient à leur création strictement réservés aux athlètes grecs, avant de devenir internationaux (et donc ouverts aux citoyens romains) pendant plus de 500 ans de 146 avant J.-C à 393 apr. J.-C.

La nouvelle marque “Méditerranée” devra obtenir une audience mondiale. La reconstruction du Phare d’Alexandrie, ayant fait l’objet de multiples tentatives récentes, pourrait devenir un symbole fort, repris par les médias mondiaux.

D’autres monuments pourraient être relevés de leurs ruines, et les civilisations antiques de revivre, pour le plus grand bonheur des nouveaux touristes en Euro-Méditerranée.

Lire aussi : Trois principes d'évolution du tourisme en Euro-Méditerranée. Première partie : L'écologie

Trois principes d'évolution du tourisme en Euro-Méditerranée. Deuxième partie : la distribution

Etienne Pauchant, président de META

Mercredi 22 Mai 2013




Lu 1367 fois

Etienne Pauchant, président de META

Les articles qui devraient vous intéresser
< >















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil