Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Transparency International épingle les multinationales


Publié mardi 10 juillet 2012 par Transparency International, un rapport démontre que peu d'entreprises parmi les cent cinq plus grandes compagnies mondiales se conforment aux normes de transparence attendues.



Transparency International révèle les indices de transparence des 105 plus grandes multinationales (photo : Transparency International)
Transparency International révèle les indices de transparence des 105 plus grandes multinationales (photo : Transparency International)

 
MONDE / MÉDITERRANÉE. Le dernier rapport de l'organisation anti-corruption Transparency International  démontre que très peu de sociétés parmi les cent cinq multinationales les mieux cotées en bourse rendent publique leur réelle contribution aux économies des pays dans lesquels elles travaillent.
 
Outre les informations concernant les opérations financières de ces géants partout où ils sont implantés, le rapport de Transparency International prend en compte la transparence dans leur organisation interne, ainsi que la mise en place de systèmes anti-corruption dans ces pays.
 
Ce rapport constate des progrès des entreprises en comparaison à une étude de la même nature éditée en 2008. Mais l'ensemble reste insuffisant compte tenu du rôle joué par le manque de transparence dans la crise financière mondiale.

Une grande partie des entreprises listées maintiennent l'opacité sur leurs activités dans les pays où elles travaillent. Quarante et une compagnies sur les cent cinq évaluées n'ont publié aucune information sur leurs opérations locales. À titre d'exemple, aucun chiffre n'existe concernant l'impôt sur les sociétés payées à l’État grec par quarante-trois des multinationales implantées dans ce pays. De même en Espagne, seulement trois des soixante-cinq multinationales évaluées rendent ces informations publiques.
 
En revanche, parmi les sociétés les plus transparentes, Statoil  la compagnie norvégienne de pétrole excelle avec un indice de transparence de 8,3 (0 étant l'indice moins transparent, et inversement 10 le plus transparent). Cette palme d'or récompense la publication d'informations concernant les impôts versés et les profits réalisés dans les pays où elle opère, ainsi que les programmes anti-corruption qu'elle y mène.


Une tendance à l’opacité malgré les leçons de la crise

La relation s'avère simple selon Jermyn Brooks, président du conseil consultatif de Transaprency International sur les entreprises: "L'expérience montre que l'obligation de publier des informations encourage les entreprises à mettre en place des systèmes de gestion solides soutenant la publication de données, améliorant dans le même temps leurs systèmes de lutte contre la corruption".
 
Parmi les cent cinq entreprises listées, France Telecom se positionne comme l'entreprise française la mieux classée, avec un indice de transparence de 6,6, contre 6,2 pour l'espagnole des télécommunications Telefónica. Du côté des géants de l'énergie, le français GDF Suez et l'italienne Enel affichent un indice de 6,2 tandis qu'ENI se situe à 5,9 suivie de Total à 5,1.
En queue de liste dans ce secteur, le groupe EDF ainsi que Schlumberger se contentent d'indices de transparence respectivement de 4,4 et de 4. 

Du côté des banques, BNP Paribas et l'espagnole Santander disposent du même indice de transparence de 5,4, tandis que le géant cosmétique L'Oreal se classe avec un indice de 6. Enfin, une seule entreprise du sud de la Méditerranée bénéficie d'un classement dans ce secteur par Transparency Intenational, la compagnie pharmaceutique israélienne TEVA qui obtient un indice de 3,3.

Ce rapport relance enfin la réflexion autour d'une législation européenne pour la transparence. La commission prévoit justement une directive demandant aux sociétés d'exploitation pétrolières, gazières, minières et forestières basées dans l'Union européenne, de publier les montants payés aux gouvernements des pays où elles travaillent. Cette proposition, qui devra être votée par le parlement européen en automne 2012, bénéficie déjà depuis avril 2012 de l'appui des parlementaires européens auteurs d'un appel du parlement à des solutions concrètes contre la fraude, rappelant que la transparence reste une nécessité pour la détection des évasions fiscales des entreprises.

Lire le rapport complet (disponible en anglais uniquement)


Gérard Tur


Mercredi 11 Juillet 2012



Lu 1714 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:50 L'Algérie dans le doute €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise