Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Transfrontalière, la pollution de l’air attend une politique internationale


Les Journées Méditerranéennes de l'Air organisées à Marseille les 18 et 19 novembre 2014 permettent aux acteurs de la qualité de l'air de partager informations et expériences. Si les experts collaborent, les pouvoirs publics ne font pas encore des pollutions transfrontalières un sujet politique.



Culture de l'auto, concentrations urbaines proches des littoraux, politiques d'urbanisme souvent à revoir...les leviers de la pollution de l'air sont souvent comparables en Méditerranée (photo MN)
Culture de l'auto, concentrations urbaines proches des littoraux, politiques d'urbanisme souvent à revoir...les leviers de la pollution de l'air sont souvent comparables en Méditerranée (photo MN)
FRANCE. Les 18 et 19 novembre 2014, Airpaca organise  à Marseille les Journées Méditerranéennes de l’Air, qui proclament : « ensemble pour un air meilleur ».

L’Europe et la Méditerranée voient passer d’invisibles pollutions qui s’accumulent et se mélangent à celles que produit déjà abondamment le littoral méditerranéen, au nord comme au sud.
 
La ville d’Aqaba en Jordanie est sous le panache des pollutions atmosphériques turques. Et le déplacement de son port provoquera sans doute des pollutions identiques en Arabie Saoudite.
 
« Les vents sahariens nous apportent régulièrement les polluants des villes du Sud Méditerranéen, pendant que le Piémont exporte les siens à Nice » souligne Xavier Villetard, responsable des coopérations internationales d’Airpaca. L’association est chargée de la surveillance de l’air provençal. « Nous retrouvons à Paris l’azote des champs russes » poursuit-il.
 
Aucun douanier ne peut stopper les multiples et complexes pollutions atmosphériques. Les masses d’air polluées passent allègrement d’un pays ou d’une région à l’autre. « Certains jours, les vents font passer les gaz produits par l’agglomération de Barcelone jusqu’au plateau de Cerdagne, en Catalogne française. Ils y retombent sous forme d’ozone » rapporte Anne Fromage-Mariette, du réseau de mesures Air Languedoc Roussillon.
 
La pollution importante produite en vallée du Rhône est parfois captée par les appareils de mesure d’Arpa, l’équivalent d’Airpaca en Vallée d’Aoste italienne. Oxydes d’azote et benzène se rient du Mont Blanc et de ses 4 807 m !

Relations entre experts, mais pas entre décideurs politiques

Les mesures de polluants sont harmonisées entre les trois régions européennes, ce qui permet études, comparaisons, modélisations...et politiques (photo Airpaca DR)
Les mesures de polluants sont harmonisées entre les trois régions européennes, ce qui permet études, comparaisons, modélisations...et politiques (photo Airpaca DR)
Face à cette internationalisation de fait des pollutions de l’air, la coopération internationale reste embryonnaire.

Certes les chercheurs mesurent et échangent de l’information. La page d’accueil de Mistrals (Mediterranean Integrated STudies at Retional And Local Scales) déploie la longue liste d'appels à projets et de recrutement de doctorants pour tel ou tel sous programme international environnemental en Méditerranée. Charmex, axé sur les transferts de pollution, fait de même depuis 2012, depuis la base aérienne de Solenzara, en Corse.

Mais de coopération active entre États, point.

« La communauté scientifique a établi depuis longtemps de nombreux liens. Nous rencontrons régulièrement nos homologues du Sud. Nous les aidons à monter leurs propres réseaux de surveillance. Mais cela s'arrête là » regrette Dominique Robin, le directeur d’Airpaca.
 
Les politiques de la qualité de l’air sont d’abord des politiques territoriales. « Nous vivons dans des régions très urbanisées, dans des villes où la culture de la voiture domine, dans des ports qui impactent la qualité de l’air » assure Dominique Robin.

S'entendre pour mesurer et modéliser

Les navires à l'arrêt laissent tourner leurs moteurs et polluent. Photo GT
Les navires à l'arrêt laissent tourner leurs moteurs et polluent. Photo GT
Un des projets coopératifs les plus importants ces dernières années, Apice, a concerné les villes ports méditerranéennes. Thessalonique, Gênes, Marseille et Barcelone y ont participé.
 
« Le projet nous a permis de constater que l’impact de ces pollutions portuaires s'avère plus important que prévu » reprend Xavier Villetard. «  Les enceintes des ports eux-mêmes, leurs travailleurs et leurs publics sont les premières victimes de ces pollutions ».
 
L’électrification des quais résoudrait en partie ce problème. Les navires à l'arrêt, notamment de croisières, ne laisserait plus tourner leurs moteurs à fioul lourd, pour simplement s’assurer lumière et climatisation.
 
Les coopérations passent pratiquement toutes par l’Union Européenne, qui régulièrement lance des appels à projet de type Apice. Actuellement Arpa, à Aoste, espère décrocher SH’R, un projet de 2M€ qui vise à comparer les systèmes de modélisation des pollutions atmosphériques, avec une composante communication et sensibilisation du public.

Aqaba déplace son port et envisage son développement avec un air assaini

Vincent Wallaert (Avitem) : "les questions de gouvernance, si possible partagée, sont essentielles pour améliorer la qualité de l'air" (photo MN)
Vincent Wallaert (Avitem) : "les questions de gouvernance, si possible partagée, sont essentielles pour améliorer la qualité de l'air" (photo MN)
Aqaba, comme Valencia, Marseille ou Tripoli, échangent depuis trois ans leurs expériences au sein d’Avitem, qui développe le projet européen GouvAirNance, doté de 2M€.  Une logique vertueuse, selon Vincent Wallaert, car elle met autour de la table divers publics pour une ville durable. 

Si l’aménagement du territoire reste le premier levier d’une qualité de l’air appréciable, Vincent Wallaert constate que les gouvernements « n’abordent la question, internationalement, que comme une sous-partie de la lutte contre le réchauffement climatique. Or, la relation air-santé fait consensus dans les populations, partout autour de la Méditerranée ».




Mardi 18 Novembre 2014



Lu 1001 fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

Arabie Saoudite : La « Nuits
des Longs Cimeterres »
se poursuit…


avis d'expert

Roland Lombardi, docteur en Histoire, consultant indépendant en géopolitique, analyste au sein du groupe JFC Conseil et chercheur associé à l'IREMAM de l'Université Aix Marseille.


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF