Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Terrorisme : le Maroc et l'Algérie relativement épargnés

Dossier terrorisme et économie. Article 3 : Le Maroc et l'Algérie.


Les économies marocaine et algérienne vont plonger dans le rouge en 2016. Mais le terrorisme ne jouera qu'un rôle modeste dans la détérioration des indicateurs économiques.



Voir l'ensemble de notre dossier  Terrorisme et économie

MAROC/ALGÉRIE. Daech et Al Qaeda ruinent les économies. Selon un rapport de l'IEP (Institue for the Economics and Peace, le coût du terrorisme dans le monde en 2014 représente la somme de 52,9 mds de $. Un chiffre record supporté essentiellement par l'Afrique et le Moyen Orient. 2015 et 2016 seront probablement au minimum au même niveau.

Ces 52,9 mds $ prennent en compte les infrastructures détruites, les dépenses liées aux décès et blessures, une évaluation des pertes en matière économique (chute de la consommation, recul du tourisme, départ des investisseurs étrangers), mais pas les augmentations des budgets militaire et de police.

L'Algérie et le Maroc sont bien sûr concernés. Mais le terrorisme n'a pas réussi à déstabiliser leur économie.

Au Maroc, le terrorisme sera un facteur aggravant du ralentissement économique prévu en 2016

Le Maroc devrait voir la baisse de ses recettes touristiques s'accentuer en 2016. Photo Akwa Group
Le Maroc devrait voir la baisse de ses recettes touristiques s'accentuer en 2016. Photo Akwa Group
Tous les analystes s'accordent pour prévoir une année 2016 difficile pour le Maroc, avec un taux de croissance du PIB qui devrait avoisiner les 1% selon la Banque Centrale du Maroc. Le terrorisme va y jouer sa part, mais elle ne sera pas aussi prépondérante qu'en Tunisie ou en Égypte.

Pays musulman, le Maroc voit la progression de son tourisme stoppée nette, même si les attentats l'ont épargné ces dernières années. Un répit fragile car Daech a menacé le royaume « d'attaques dévastatrices qui anéantiront les soldats, exploseront les palais et détruiront l’économie ».

Le chiffre d'affaires touristique recule d'un peu plus de 1% en 2015. Un chiffre important car le secteur représente 9% du PIB marocain. Cela n'a pas empêché le Maroc d'enregistrer une croissance de son PIB de 4,8% en 2015 (2,4% en 2014), notamment en raison d'une superbe récolte de 115 millions de quintaux de céréales contre 69 millions en 2014.

Mais l'agriculture ne sera pas au rendez-vous en 2016. Privée de son principal moteur, également victime d'une baisse de ses recettes touristiques qui s'annonce plus importante qu'en 2015, l'économie marocaine devrait enregistrer en 2016 un taux de croissance à peine supérieur à 1%, la plus mauvaise performance du XXI siècle. Avec en corollaire une forte augmentation du chômage qui devrait dépasser le taux actuel de 9,7% .

La banque centrale marocaine, Bank al Maghrib, vient d'anticiper ces difficultés en abaissant le 22 mars 2016 son principal taux directeur d'un quart de point (2,25%). Cette mesure doit faciliter le crédit, donc la consommation et les investissements.

Les terroristes tentent de frapper l'Algérie au cœur

Les terroristes s'attaquent à la seule véritable ressource de l'Algérie : les hydrocarbures. Photo GDF Suez E&P International
Les terroristes s'attaquent à la seule véritable ressource de l'Algérie : les hydrocarbures. Photo GDF Suez E&P International
L'industrie touristique reste embryonnaire en Algérie. Les terroristes s'attaquent donc aux hydrocarbures qui représentent 97 % des exportations du pays. Mais pendant les dix années noires qu'à déjà connu l'Algérie de 1991 à 2001, en dépit de 60 000 à 150 000 tués selon les sources, plus de 20 mds $ de dégâts, les champs gaziers et pétroliers n'ont jamais cessé de produire.

Samedi 18 mars 2016, Aqmi a attaqué au mortier le site gazier de Khrechba, ne faisant ni victimes, ni dégâts matériels. Un avertissement à toutes les multinationales présentes dans le sud de l'Algérie dans le secteur des hydrocarbures explique Aqmi dans un communiqué. Immédiatement, Statoil et BP ont annoncé leur retrait d'Algérie. Statoil emploi du personnel à Khrechba (In Salah), Tiguentourine (In Amenas) et Hassi Messaoud. Pas de quoi arrêter l'extraction du pétrole et du gaz car la Sonatrach poursuivra sa tâche, aidée à distance par ses partenaires.
 
Déjà, le personnel de Statoil et BP avait déserté le complexe gazier de Tiguentourine pendant 18 mois à la suite de l'attaque du site par un groupe islamiste armé en janvier 2013. L’opération avait causé la mort d’une quarantaine de travailleurs, étrangers pour la plupart. L'usine, qui fournissait à l'Algérie avant l'attaque un revenu journalier de 10,6 M€, n'a retrouvé sa pleine capacité de 9 mds de m3 que depuis quelques semaines.

En dehors de ces deux raids, les infrastructures d'hydrocarbures, vitales pour l'Algérie, n'ont pas subi d'attaques terroristes. Et le nord reste épargné. Pourtant, les investissements directs étrangers français en Algérie ont chuté de 44 % en 2014 par rapport à 2013. « Les flux d’investissements directs français en Algérie se sont établis à 0,6 M€ en 2014 après un désinvestissement en 2013 de 112,7 M€ », précise le ministère des Finances français. Sur la période 2008-2012, les investissements français en Algérie s’élevaient en moyenne à 250 M€ par an.
 
Le terrorisme n'explique pas ce recul, mais y a sans doute contribué. Tout comme il ne pèse qu'à la marge dans la mauvaise santé de l'économie algérienne. Le pays a enregistré en 2015 une croissance de son PIB de 2,8%. Elle devrait atteindre 3,9% en 2016. Mais pour rester à ce niveau, l'Algérie vide ses réserves financières (164 mds € fin 2014 contre 140 mds € fin 2015) afin de limiter l'impact de la chute du prix du baril de pétrole (-40%) et compenser le déficit de sa balance commerciale. Selon le dernier rapport du CNIS (centre national de l’informatique et des statistiques) publié le 18 janvier 2016, l’Algérie a connu en 2015 un déficit de sa balance extérieure de 12,79 mds€ alors qu’en 2014 le pays s’appuyait sur un excédent de près de 4 mrds €.

Lire aussi : Le FMI préconise ajustement et réformes structurelles à l’Algérie

Voir l'ensemble de notre dossier : Terrorisme et économie

 


Gérard Tur


Mardi 29 Mars 2016



Lu 2341 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise