Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Sérieux avertissement pour Berlusconi


ITALIE. Après Turin et Bologne, la coalition de droite perd Milan et Naples. Le parti de Silvio Berlusconi s'effondre, la Ligue du Nord recule. Le président du conseil assume la défaite électorale mais ne démissionne pas.



Représentant de la coalition de centre gauche, Giuliano Pisapia sera le nouveau maire de Milan après 18 ans de règne de la droite dans la capitale lombarde (photo DR)
Représentant de la coalition de centre gauche, Giuliano Pisapia sera le nouveau maire de Milan après 18 ans de règne de la droite dans la capitale lombarde (photo DR)
 ITALIE / Le marathon médiatique de Silvio Berlusconi entre les deux tours des élections municipales n’a servi à rien. L’opposition l’emporte haut la main à Milan comme à Naples. Les scores sont sans appel,  55,1% pour Giuliano Pisapia (coalition centre gauche) dans la capitale lombarde, 65,4% des voix pour Luigi de Magistris (divers gauche) dans la cite parthénopéenne.  Le désaveu apparait particulièrement cinglant à Milan, fief du Cavaliere, où la majorité des électeurs  a préféré voter pour un tenant de l’aile gauche de l’opposition après 18 ans de règne de la droite. La déroute de la coalition au pouvoir, Peuple de la liberté (Berlusconi) et Ligue du Nord (Umberto Bossi) est générale. Novara, bastion du président de la région Piémont (Ligue du Nord) bascule à gauche. Trieste, Gagliari aussi.

Mais la défaite de Berlusconi ne signifie pas la victoire de la coalition de gauche. C’est surtout le rejet d’un système qui montre ses limites et qui ne réussit pas à sortir l’Italie de la crise. Le pays s’appauvrit avec près d’un quart de la population en situation de risque de pauvreté et d’exclusion sociale. Le rapport publié mi-mai 2011 par l’Istat (l’Insee transalpin) met en évidence que sur la décennie 2001/2010, celle des années Berlusconi, l’Italie, avec une croissance moyenne de 0,2% est restée à la traîne d’une Europe qui faisait un peu mieux , à + 1,3%.

La réussite spectaculaire du Cavaliere n’a pas profité à son pays, ses promesses sont restées lettre morte. Les Italiens ne sont plus dupes. Les Napolitains, à qui le président du conseil avait promis de résoudre le problème des déchets et de régulariser les logements sans permis, ont renvoyé dos à dos le candidat de la coalition centre gauche et celui de Berlusconi. Ils ont plébiscité un ancien magistrat soutenu par «  l’Italie des valeurs », le parti d’Antonio di Pietro, ancien juge de l’opération Mains propres.

Pas d'élections anticipées dans l'immédiat

Certes il s’agit d’élections locales qui ne remettent pas en cause de gouvernement, mais ce scrutin va peser sur les équilibres politiques. Berlusconi  n’a pas l’intention de démissionner, il s’accroche au pouvoir et compte faire de son parti la victime expiatoire d’une cuisante défaite. Quelle sera la position de son allié Umberto Bossi, le président de la Ligue du Nord, qui perd également des plumes dans ces élections ? Désormais partie prenante dans le système, le chantre de la Padanie fait preuve de prudence et pèsera le pour et le contre avant de jeter un coup de pied dans la fourmilière, même si sa base demande déjà des comptes.

La coalition de gauche réclame la démission du président du conseil, mais elle sait aussi qu’elle n’est pas encore en ordre de bataille pour remporter des élections anticipées faute d’un programme cohérent et abouti. Quant au troisième pôle, qui réunit les centristes et l’ancien allié de Berlusconi, Gianfranco Fini, président de la chambre des députés, seul, il ne peut rien faire.

 L’Italie pourra-t-elle résister  à deux années de marchandages législatifs alors que l’urgence des réformes s’impose ? Les  entreprises sont inquiètes. Emma Marcegaglia, présidente de la Confindustria (le Medef italien) lors de l’assemblée générale du 26 mai 2011, l’a redit : « la priorité pour notre pays est la croissance après dix années perdues pour cause de divisions et rivalités de responsables politiques des deux bords qui ont fait passer leurs ambitions avant  l’intérêt général du pays ».




Mardi 31 Mai 2011



Lu 1272 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise