Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Samir Larabi, porte-parole du Comité des chômeurs algériens : "Nous voulons un travail pour tous"


ALGERIE.Dans un entretien à econostrum.info, Samir Larabi porte-parole du Comité des chômeurs algériens, revient sur le mouvement des chômeurs et déclare que leur comité demande la suppression de l'ANSEJ, de la CNAC et de l'ANGEM, et que cet argent devrait aller à la construction de grandes usines créatrices d'emplois. Le comité va plus loin en demandant la nationalisation et la renationalisation des entreprises stratégiques.



Samir Larabi, porte-parole du Comité des chômeurs algériens (photo AB)
Samir Larabi, porte-parole du Comité des chômeurs algériens (photo AB)
Licencié en sociologie, Samir Larabi (35 ans) soutient bientôt sa thèse de magister portant sur le mouvement populaire en Kabylie en 2001. 

Econostrum.info : Pouvez-vous nous retracer les conditions de création de votre Comité ?
Larabi Samir : L'idée de créer un comité national pour la défense des droits des chômeurs vient en réalité du comité des chômeurs du sud.

Ces derniers ont commencé à se structurer en 2006 pour dénoncer la ségrégation dans l'accès à l'emploi et la précarité de la relation de travail dans les entreprises de sous-traitance et dans les multinationales.

Le hasard a fait que nous nous sommes rencontrés dans une activité syndicale. L'idée de construire un comité national pour la défense des droits des chômeurs a germé.

Le 4 février 2011, nous avons organisé une rencontre nationale avec la présence de délégués de plusieurs wilaya. 
 
Une plate-forme de revendications a été votée et nous avons élu une direction et appelé à un rassemblement devant le ministère du Travail le 6 février 2011.

Econostrum.info : Quelles actions avez-vous menées jusqu’à présent et quelles sont vos priorités dans l’immédiat ?
Larabi Samir : Pour le moment nous avons organisé un rassemblement devant le ministère du travail et quelques rassemblements devant la daïra de Hassi Messaoud (ndlr : sud de l’Algérie) et devant l'Anem de Touggourt. 
 
Notre priorité dans l'immédiat est de construire des comités locaux à l'échelle nationale à même de peser dans les rapports de force.

Econostrum.info :Vous avez été reçus récemment au ministère du Travail. Vous a-t-on fait des propositions concrètes?
Larabi Samir : Effectivement, lors du rassemblement du 6 février nous avons été reçus par trois directeurs centraux du ministère du Travail. Ils nous ont dit : "On vous a compris" et ont déclaré que nos revendications seraient remises à qui de droit.
 

"Les emplois proposés sont précaires et temporaires"

Econostrum.info : Quelle est, selon vous, la réalité du chômage en Algérie aujourd’hui?
Larabi Samir : Le chômage est un phénomène structurel, c'est la résultante directe des reformes libérales engagés par les différents gouvernements successifs avec ses lots de fermetures d'entreprises et de bradage des entreprises nationales.

Des centaines de milliers de travailleurs ont été jetés à la rue, renforçant ainsi les rangs de millions de chômeurs. Malgré l'aisance financière, les autorités ont continué dans leurs politiques d'austérités et de désindustrialisation. La preuve, la part de l'industrie dans le PIB qui était de l'ordre de 20% en 1980, a baissé à 6% en 2010. Si les autorités affirment aujourd'hui que le taux de chômage est de l'ordre de 10%, la réalité dément ces chiffres.

Le chômage touche la majorité de la société notamment les jeunes. Il suffit de comptabiliser les émeutes liées au chômage pour comprendre la réalité des jeunes.

Même lors des recensements, on considère celui qui travaille une seule journée durant le mois comme non chômeur ! C'est une aberration.

Les emplois proposés sont précaires et temporaires.Il est temps de revoir les chiffres du chômage.


Econostrum.info : Pensez-vous que les dernières annonces gouvernementales sont à même de réduire de manière significative le taux de chômage, des jeunes en particulier ?
Larabi Samir : Après les événements qu'a connus l'Algérie durant le mois de janvier 2011 et les pressions des demandeurs d'emplois dans la majorité des wilayas du pays, le gouvernement a lâché du lest en proposant d'accélérer les démarches d'accès aux prêts ANSEJ.

Mais cette démarche ne peut pas régler le problème.

Quel est le jeune chômeur qui peut avoir un fond de roulement de plus de 10M Dzd ? Même un cadre moyen ne peut pas économiser cette somme sur 20 ans. Comment un jeune peut-il avoir des marchés sans avoir un bon coup de pousse ou corrompre quelqu'un ? C'est cela la réalité du terrain.
 
Pour que ce dispositif qui vise aussi a créer des Pme et Pmi afin de créer la richesse et l'emploi fonctionne, il faut un grand tissu industriel, chose qui n'existe pas en Algérie.

C'est pour cela que nous demandons la suppression de l'ANSEJ, de la CNAC et de l'ANGEM. Nous estimons que cet argent doit servir à la création de grandes usines pour créer la richesse et l'emploi.

"Il faut nationaliser et renationaliser les entreprises stratégiques"

Econostrum.info : Quelles sont les principales revendications de votre Comité ?
Larabi Samir : Notre principale revendication consiste en premier en un travail décent pour tout le monde, une allocation chômage à hauteur de 50% du salaire minimum pour tout demandeur d'emploi, l'interdiction des licenciements économiques.

Nous proposons aussi une série de mesures réalisables pour réduire le chômage, créer la richesse et améliorer la qualité des services publics.

A cet effet, nous demandons : la permanisation de tous les travailleurs contractuels, pré-emploi et du filet social. Ouverture des postes budgétaires dans tous les secteurs d'activités, notamment dans la fonction publique. Réouverture des entreprises dissoutes tout en les protégeant de la concurrence étrangère. Réouverture des entreprises communales et le renforcement des EPIC de wilaya.

Et enfin, il faut nationaliser et renationaliser les entreprises stratégiques.

Econostrum.info : Pouvez-vous nous expliquer le sens de votre participation à la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) ?
Larabi Samir : Notre participation à la CNCD vise à contribuer dans ce processus de changement tout en gardant notre autonomie d'organisation et d'initiative.

C'est également pour inscrire nos revendications, que je vous ai citées, dans les futures plate-formes de la coordination.

Il s'agit de créer un rapport de forces dans la société en faveurs des couches populaires.


Lire aussi: L’Algérie confrontée à une montée de la grogne sociale sur fond d’incertitude politique
Plus de 2 mds € destinés aux jeunes chômeurs pour la création d’entreprises en Algérie
Les Algériens commencent à tirer un premier bilan d’une semaine de révolte juvénile
Le climat social se détériore en Algérie
La question de l’emploi en Algérie souligne l’absence de statistiques crédibles


Propos recueillis par Amal Belkessam, à ALGER


Jeudi 17 Février 2011



Lu 3180 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Commentaires

1.Posté par yacine le 17/02/2011 20:45
Je suis écœuré de voir toujours les même têtes qui nous gouvernent, les signataires du FMI. On avait une industrie de renom et voila que le FMI nous a imposé des départs volontaires à 4 sous, une industrie en panne, le chômage et la dette, tout cela à cause de la mauvaise gestion des gouvernants qui nous proposent toujours des solutions de bricolage, du provisoire qui dure car le pétrole est là pour camoufler les bêtises. Et après l’or noir ? Là est la question, car tout le monde évite d’aborder ce sujet épineux.

2.Posté par DHL le 18/02/2011 10:22
Larabi Samir, est ce que vraiment tu es le porte parole des chômeurs algériens ou juste pour tes intérêts ...tu ne connais même pas l’objectif des Dispositifs, l’ANSEJ pour les jeunes entre 18 et 35 ans... et CNAC pour les gens âgés de 35 à 50 ans (ANSEJ - CNAC = 10MDA)... et pour l’ANGEM c’est pour les artisans 30.000 DA pour achat de matière première (surtout pour les femmes au foyer) et entre 100.000DA et 400.000 DA pour un projet artisanal ....
Et pour les pré-emploi c’est les diplômés (cadres Algériens) qui veulent et ont accepté ce programme... moi même j’ai posé une question à plusieurs intellectuels : pourquoi acceptez vous le CPE ? et bien malheureusement la réponse c’était : pour flexy et pour sortir avec des filles ...... !
Alors monsieur Larabi avant de parler aux médias, tourne bien ta langue dans ta bouche et énonce la réalité ..... moi personnellement, je ne crois pas au comité.... hamdouleh notre bled est bien, c’est vous les kabyles qui veulent créer des problèmes ...

3.Posté par Sahim JAAFAR le 18/02/2011 12:34
... ce qui est aberrant en Algérie, c'est que ce pays avec des richesses énormes n'arrive pas à créer des postes d'emplois à ses jeunes qui représentent en fait, la solution adéquate dans le cadre d'une bonne gouvernance...

4.Posté par riad le 18/02/2011 17:45
Je suis ingénieur en informatique, chômeur et j’ai eu une aide à travers l’ANSEJ il y a un mois et je suis entrain de créer ma petite entreprise dans l’industrie.
Je ne suis pas contre le changement du système mais je suis contre les revendications du porte-parole du Comité des chômeurs algériens dans ses propos ...
Nationaliser et pérenniser les travailleurs nous ferait plus de tort que de bien !!!!!
Le drame de l’Algérie est que les algériens ne veulent pas travailler !!! Trouvez des travailleurs dans l’agriculture, la majorité des jeunes veulent travailler dans les administrations ou comme agent de sécurité, apprenez a retrousser vos manches.
De plus, faire de grandes usines ne sert à rien. Le temps du communisme c’est fini, prenons le modèle allemand, leurs PME sont le moteur de leurs économie...
FAITE DE LA SOCIOLOGIE MR Samir Larabi ET LAISSEZ L’ÉCONOMIE AUX ÉCONOMISTES.

5.Posté par merzouk brahim le 18/02/2011 20:11
Je veux répondre à l’informaticien. C’est facile de critiquer les initiateurs pour le changement et de dire que les algériens ne veulent pas travailler. Savez-vous monsieur combien coûte un tracteur, une botte de foin, l’engrais, l’aliment pour le bétail. Au fait savez-vous qui détient le monopole de l’importation des matières premières nécessaires à la fabrication de tout ça ? Au fait comment as-tu fait pour avoir cette aide ?

6.Posté par riad le 18/02/2011 21:08
Je suis pour le changement mais contre un retour arrière à l’économie planifié qui simule la politique du «TOUT VA BIEN», lisez bien ce que j’ai écrit ;))

Pour mon aide j’ai déposé un dossier auprès de l’ANSEJ avec une longue attente certes mais j’ai persévéré et j’invite toute personne désirant d’être entreprenant(e) et non un(e) assisté de faire de même.

Pour les prix du tracteur, du foin etc....je ne suis pas agriculteur et je ne vois pas la relation de votre question mais ce que je peux vous dire c’est que la main d’œuvre manque !!!

PS: les initiateurs du changement sont ceux qui sont sortis dans la rue et non pas ceux qui récupèrent ce qu’a fait la rue.

MA DEVISE QUANT ON VEUT ON PEUT

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise