Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

STX France passe sous pavillon italien




STX France reste à St Nazaire pour au moins huit ans (photo : STX)
STX France reste à St Nazaire pour au moins huit ans (photo : STX)
FRANCE / ITALIE. Le secrétaire d’Etat français à l’Industrie, Christophe Sirugue, a confirmé jeudi 6 avril 2017 lors d'une conférence de presse organisée en fin d'après-midi qu'un accord avait été trouvé entre l'Etat français et le groupe italien Fincantieri concernant la reprise des chantiers STX France. Fincantieri était le seul candidat à la reprise des chantiers STX France, filiale du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuliding en pleine déliquescence.

Le gouvernement français menaçait de nationaliser STX France si Fincantieri prenait le contrôle du chantier naval de Saint-Nazaire sans fournir des garanties concernant la pérennité du site. La France n'a obtenu que partiellement gain de cause. Si le groupe public italien Fincantieri ne deviendra pas actionnaire majoritaire de STX France en restant juste sous la barre des 50% du capital, le chantier passera bien sous pavillon italien car la Fundazione CR Trieste participera au tour de table à hauteur de 10%.

L'Etat français conservera une minorité de blocage de 33% et la DCNS, à capitaux publics, entrerait également dans le capital à hauteur de 10%.

Les syndicats inquiets

Réagissant à cette annonce désormais officielle, Hervé Guillou, Pdg DCNS indique que son « entrée au capital de STX France va permettre de préserver l’accès de DCNS aux capacités industrielles uniques en Europe des chantiers de Saint-Nazaire pour la construction de navires militaires de grande taille comme les porte-hélicoptère de type Mistral ou encore les porte-avions, garantissant ainsi la préservation des intérêts stratégiques de la France tout en renforçant notre capacité d’exportation. Ce projet s’inscrit également dans le cadre de notre histoire avec Fincantieri, avec qui nous avons déjà collaboré pour les programmes de frégates anti-aériennes Horizon ou encore les frégates multimissions FREMM et dans notre volonté partagée de coopérer à l’avenir dans le domaine naval militaire.»

De leur côté, les syndicats de salariés de STX France regrettent la marche arrière du gouvernement concernant la nationalisation de leur entreprise et craignent qu'à terme le site de Saint Nazaire périclite, les Italiens privilégiant le développement de leur chantier de Trieste. Selon Christophe Sirugue, l'accord prévoit que Fincantieri restera minoritaire pendant au moins huit ans.


Aux mains de l'Etat italien, qui possède 75% de son capital, Fincantieri a généré en 2016 un chiffre d'affaires de 4,4 mrds € avec 19 000 salariés dont 7 500 en Italie. Les 106 navires commandés actuellement lui assurent cinq années de travail.
 
STX France emploie 2 600 personnes, pour un chiffre d'affaires d'un peu moins d'un milliard d'euros. Le chantier naval bénéficie d'un carnet de commande rempli à ras bord avec pas moins de quatorze paquebots à construire.


Gérard Tur


Jeudi 6 Avril 2017



Lu 1099 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

La consolidation du marché immobilier espagnol se confirme


avis d'expert

Par Leonardo Cárdena Armesto, associé, responsable département Real Estate AGM Abogados-Barcelone .


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA












Suivez econostrum.info en direct sur Facebook









Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
BEI     Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF