Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

SEAir lève 1 M€ pour faire voler les bateaux




SEAir a été la première a faire voler un monocoque au-dessus des vagues à une vitesse de 15 noeuds (photo SEAir/E.Quesnel)
SEAir a été la première a faire voler un monocoque au-dessus des vagues à une vitesse de 15 noeuds (photo SEAir/E.Quesnel)
FRANCE. A moins d'un an d'existence, la start-up lorientaise SEAir va pouvoir conforter sa Recherche & Developpement grâce à une levée d'1 M€ en plusieurs phases. Le capital, détenu jusqu'en décembre 2016 par les deux associés fondateurs, Richard Forest et Bertrand Castelnérac, évolue donc. Après une première levée de fonds en amorçage de 400 000 € réalisée en décembre 2016 auprès de Business angels privés, une seconde intervient en mai 2017 par un "family office", le fonds SFLD de Lorient et Arts et Métiers business angels. Un institutionnel pourrait également s'intégrer prochainement dans ce tour de table, "les discussions avancent positivement", précise la direction interrogée par econostrum.info.

A ce jour, Richard Forest détient 47,39% de la société, Bertrand Castelnérac 14,97%, le Family office 10,35%, Art et Métiers business angels (5,18%), SFLD 2,59%, les salariés de SEAir 0,37% et le reste des parts est détenue par onze souscriptions "love money".

SEAir ambitionne de devenir "équipementier de la fonction "vol" des bateaux en proposant des solutions globales pour faire voler les bateaux à voiles comme à moteur de manière stable et durable au large", comme l'indiquent ses fondateurs. Implantée dans 150 m² de bureaux et 600 m² d'ateliers, la société de dix salariés vise le marché de l'afoillement (installation de foil ou aile profilée offrant une portance pour permettre au navire de voler) des bateaux pour la course au large ainsi que le sponsoring technologique.

Elle démarre tout juste sa prospection commerciale après avoir déposé cinq brevets et développer deux démonstrateurs. "Nous visons les pays ou marchés les plus réceptifs que sont l'Europe, l'Amérique du Nord, l'Asie et les pays du Golfe", dévoilent les associés. SEAir s'appuie sur les constructeurs et architectes navals comme prescripteurs. Elle prévoit également de commercialiser un premier monocoque volant de série ainsi qu'un bateau à moteur volant destiné à une clientèle de haut standing.

Le 25 janvier 2017, SEAir réussissait une première mondiale en faisant voler au-dessus des vagues à une vitesse de 15 noeuds pour un vent réel de 8 noeuds son monocoque Mini 747. "Ce monocoque de course au large est notre plate-forme de développement. Cette première mondiale nous a apporté une certaine visibilité en France et surtout à l'export", soulignent les co-fondateurs. D'autres essais sont programmés en 2017 pour tester différentes configurations de décollage et de stabilisation du vol au large.




Mercredi 5 Juillet 2017



Lu 1944 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 19 Septembre 2017 - 17:11 Mecaplast-Key Plastics se rebaptise Novares


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Quatre chantiers pour la renaissance de l’Europe


avis d'expert

Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la BEI, membre du groupe d'analyse JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA