Econostrum

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

SAREB, nouvelle banque espagnole publique et «toxique»




La SAREB sera sous le contrôle de la Banque d'Espagne, avant de s'ouvrir aux capitaux privés (photo : F. Dubessy)
La SAREB sera sous le contrôle de la Banque d'Espagne, avant de s'ouvrir aux capitaux privés (photo : F. Dubessy)
ESPAGNE. La SAREB s'inscrit dans le paysage bancaire espagnol : c'est sous ce sigle que sera désigné la future « banque toxique » qui assumera l’ensemble des actifs immobiliers bancaires problématiques. D'où son nom : Société de gestion des Actifs liés à la Restructuration Bancaire. Ce qui représente une charge estimée entre 60 et 70 mrds €, selon les dernières estimations d'Antonio Carrasco, directeur général du FROB (Fonds de Restructuration Ordonnée Bancaire), dépendant de la Banque d'Espagne. Car la SAREB sera une entité bancaire contrôlée par l’État.

Le transfert de ces actifs toxiques vers la SAREB est prévu pour décembre 2012. Les banques pourront ainsi se débarrasser de leurs valeurs immobilières, qu'il s'agisse de biens ou de participations financières, d'une valeur supérieure à 100 000 € (cotation au 31/12/11).

Mais, toujours selon les estimations du FROB, l'ensemble des actifs immobiliers toxiques des banques espagnoles atteint 150 mrds €, ce qui suppose une dévalorisation de 50% lors du transfert vers la SAREB. Toutes les banques privées se disent évidemment prêtes à accepter ce prix, compte tenu d'un marché immobilier qui continue de s’effondrer : les ventes de logements ont encre chuté de 9,5% au cours du troisième trimestre 2012 (par rapport à la même période l'an dernier). Elles reviennent ainsi à un niveau qui n'avait pas été atteint depuis 2004. Et aucune amélioration n'est attendue avant plusieurs années...

La conjoncture donne toute la mesure de la difficulté pour assainir la SAREB, même si les représentants de la Banque d'Espagne rappellent l’objectif de cette opération : expurger le marché des valeurs les plus toxiques, puis ouvrir le capital de la nouvelle entité publique pour une privatisation de la SAREB. L'opération prendra du temps ; sans doute pas moins de sept ans.


Francis Mateo, à BARCELONE


Vendredi 19 Octobre 2012



Lu 1768 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 19 Septembre 2014 - 11:17 La Banque centrale populaire emprunte 175,7M€


Commentaires

1.Posté par Alexandra le 22/10/2012 10:54
Que dire de cet article, la situation économique en Espagne semble être de plus en plus fragile! Espérons que le plan de restructuration portera ses fruits jusqu'à cette date limite.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertLe Maghreb est-il prêt à accueillir des coproductions ?
 
Amal Chevreau, responsable pôle études et production à Ipemed
Au sein de l'UE, le taux de chômage est estimé à 10,2% en juin 2014 (1). Au Sud, le taux de chômage est de l'ordre de 20 à 25 % chez les jeunes...
 

avis d'expertLes questions non réglées de la négociation du Caire
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
La négociation laborieusement engagée au début du mois, au Caire, entre Israéliens et Palestiniens est dramatiquement bloquée.
 

avis d'expertIrak : l'État islamique pourrait bien changer la face du Moyen-Orient…mais pas comme nous le croyons…
 
Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Actuellement, dans le nord et l'ouest de l'Irak, a surgi un nouveau péril : l'État islamique (EI), le Daech, en arabe, d'Abou Bakr al-Baghdadi, connu à présent sous le nom du calife Ibrahim.
 

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.
 

Autres avis d'experts