Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Rome prend le volant de la présidence de l'UE alors que l'économie italienne cale


Loin de montrer l'exemple dans son propre pays dont les moteurs continuent à connaître des ratés, Matteo Renzi s'installe pour six mois aux commandes de l'Europe en annonçant une politique de relance de la croissance.



ITALIE. Jusqu’au 31 décembre 2014, Rome sera aux commandes de la présidence tournante de l’Union européenne. Un semestre important pour des leaders européens comme François Hollande par exemple, qui ont placé tous leurs espoirs sur Matteo Renzi, le jeune président du Conseil italien.

Partisan d’une révision des règles d’or, notamment en ce qui concerne le fameux plafond des 3% et de la mise en place d’une politique destinée à favoriser la croissance, donc la relance des moteurs de l’Union, le Florentin passe auprès de ses collègues européens pour l’homme du miracle.

Dans le discours qu’il prononcera d’ailleurs mercredi 2 juillet 2014 au matin à Strasbourg pour donner le coup d’envoi officiel au semestre italien, Matteo Renzi parlera de croissance, réformes, immigration et surtout de la montée inquiétante du chômage en Europe notamment chez les jeunes et les seniors. Un problème essentiel pour Rome comme le souligne l’Istat, l’institut national des statistiques, dans son rapport publié mardi 1er juillet 2014, en pleine concomitance avec le début de la présidence italienne de l’Union européenne.

Un capital humain essentiel mais snobé par les entreprises

L'Union européenne se lève sous les couleurs italiennes (photo GT)
L'Union européenne se lève sous les couleurs italiennes (photo GT)
Les chiffres, corroborés par l’OCDE, dressent un tableau inquiétant de la situation de l'emploi en Italie. Le taux de chômage devrait frôler la barre des 12,6% d’ici la fin de l’année 2014, soit une augmentation en moyenne de 0,8% par rapport au premier semestre 2013. 40% des moins de 25 ans se trouve au chômage. Côté seniors enfin, la situation est quasiment dramatique. Âgés de 50 à 70 ans, ils représentent 24,5 millions d’Italiens et un quart d’entre eux ont encore un emploi plus ou moins stable.  "Un capital humain essentiel, mais snobé par les entreprises" estiment de nombreux analystes.

Pour le reste, les indicateurs globalement en berne de la péninsule ne sont pas du type à donner l’exemple à l’Europe dont rêve Matteo Renzi. La croissance par exemple, peine à redémarrer et les taux de variation du PIB devraient tourner autour du négatif jusqu’à la fin de l’année. "L’évolution de l’économie en 2014 sera conditionnée par le niveau élevé des incertitudes et des conditions difficiles qui grèvent sur le marché du crédit " estiment les analystes de l’Istat. En revanche, note l’institut de statistiques, " la dépense en biens capitaux, le principal moteur de la relance, peut être favorisé par une souplesse de liquidité des entreprises et les opérations de refinancement à taux réduits mis en place par la BCE début juin."

L’évolution de l’économie en 2014, sera conditionnée par le niveau élevé des incertitudes

Dans les détails, le taux de croissance sera en 2014 de l’ordre de 0,2% et de +1% en 2015 alors que les experts tablaient sur un 1,5 voir même 1,8% pour 2015. Le déficit est estimé à 2,9% d’ici le 31 décembre 2014 et la dette de Rome représentera 132% du PIB, un chiffre carrément explosif.

Ce contexte explique l’importance pour Rome de sa présidence tournante. En arrachant un changement radical de politique au nom de la relance des moteurs européens, Matteo Renzi pense au coup de pouce que cela donnerait à l’Italie qui vient de recevoir une sacrée douche froide, Bruxelles ayant refusé de reporter à 2016 le retour à l’équilibre budgétaire comme l’a réclamé Rome.

Lire aussi: Croatie : bilan amer un an après son entrée dans l'UE




Mardi 1 Juillet 2014



Lu 5767 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise