Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Rien ne va plus en Tunisie




La situation s'embrase à Tunis (photo d'archives F.Dubessy)
La situation s'embrase à Tunis (photo d'archives F.Dubessy)
TUNISIE. Quelques heures après l'assassinat d'un des leaders de l'opposition laïque tunisienne, Chokri Belaïd, le premier ministre Hamadi Jebali a annoncé la dissolution du gouvernement : « J'ai décidé de former un gouvernement de compétences nationales sans appartenance politique qui aura un mandat limité à la gestion des affaires du pays jusqu'à la tenue d'élections dans les plus brefs délais ». Ce nouveau gouvernement dont Hamadi Jebali gardera la tête devra être confirmé par l'Assemblée nationale constituante.

Ce coup de théâtre intervient après une journée de manifestations violentes à Tunis, Sidi-Bouzid, Gafsa et Mezzouna organisées en protestation contre l'assassinat de Chokri Belaïd, homme politique de gauche (Front populaire) et figure de l'opposition laïque tunisienne. Aux jets de pierre, de tables de café et de poubelles, et aux barricades, les forces de l'ordre répondent par des tirs de lacrymogènes. Au moins un mort, un policier, serait à déplorer.

La famille du défunt accuse le parti au pouvoir Ennahda d'avoir fomenté cet assassinat.

De son côté, le président tunisien Moncef Marzouki, s'exprimant mercredi 6 février 2013 au Parlement européen à Strasbourg, condamnait l'assassinat d'"un ami de longue date." Pour le président de la République tunisienne, cet "odieux attentat" est une "menace, une lettre qui nous a été envoyée, mais qui ne sera pas reçue... Nous sommes absolument déterminés à continuer notre stratégie d'absorption de la fraction modérée de l'islamisme." Moncef Marzouki assure que "la nouvelle constitution sera finalisée dans deux ou trois mois."

Pendant ce temps, à Tunis, quatre partis d'opposition (le Front populaire, le Parti républicain, Al Massar et Nidaa Tounes) appellent à une grève générale jeudi 7 février 2013 en Tunisie. Ces quatre partis décident également de suspendre leur participation à l'Assemblée nationale constituante (ANC)





Mercredi 6 Février 2013



Lu 1379 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise