Econostrum

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

Remaniement gouvernemental en Egypte




Les opposants dénoncent un renforcement de la main mise des islamistes dans le gouvernement (photo archives F.Dubessy)
Les opposants dénoncent un renforcement de la main mise des islamistes dans le gouvernement (photo archives F.Dubessy)
ÉGYPTE. Attendu depuis quelques semaines, en Égypte, le remaniement ministériel du gouvernement Hisham Qandil vient d’être annoncé mardi 7 mai 2013.
Le premier ministre a souligné que « ces changements ont été décidés dans un objectif suprême, celui de la stabilité et du développement du pays. »

Les portefeuilles concernés sont : la Justice, la Planification et la coopération internationale, la Culture, l’Investissement, l’Agriculture, les Finances (le ministre est un expert de l’économie islamique et conseillé d’Al Azhar), le pétrole et les ressources minérales, les Antiquités et les Affaires juridiques et parlementaires.

Pas de changement par contre au niveau des trois ministères qui reçoivent le plus de critiques de la part de la population, en l’occurrence l’intérieur, l’éducation et l’information.

Si lundi 6 mai 2013 onze changements ont été annoncés, seulement neuf ministres prêtaient serment ce matin, devant le chef de l’État Mohamed Morsi, avant son départ ce soir au Brésil. Hisham Qandil explique ce revirement par l’importance des dossiers en cours chez les deux ministères non touchés par le remaniement.

En réaction à ces changements, Amr Moussa, l’un des opposants, affirme que l'Égypte se dirige de plus en plus vers « l’islamisation » du gouvernement.

Les neuf nouveaux ministres :

Amr Darrag, ministre de la Planification et de la Coopération internationale
Yahya Hamed, ministre de l'investissement
Fayyad Abdel Moneim Hassanein, ministre des Finances
Ahmed el Gezaoui, ministre de l'Agriculture
Ahmed Souleiman, ministre de la Justice
Chérif Haddara (président de la compagnie nationale des hydrocarbures EGPCE), ministre du Pétrole
Mohamed Ibrahim, ministre de l'Intérieur
Salah Abdel Maksoud, ministre de l'information
Ibrahim Ghanim, ministre de l'Education


Safia Ouared, au CAIRE


Mardi 7 Mai 2013



Lu 1857 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 24 Octobre 2014 - 11:25 Un Israélien sur sept se sent pauvre


Commentaires

1.Posté par ben rhouma tahar le 09/05/2013 11:13
Sans avoir de préjugés sur les personnes, comme c'est le cas en Tunisie, ce qui est important ce n'est pas les responsables mais c'est leur indépendance (par rapport au 1er décideur ) et leur sincérité de servir le pays.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertLes dimensions internationales de la crise libyenne
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
La situation politique en Libye est extraordinairement complexe et voisine de l’anarchie. Depuis les élections de juin 2014, il existe deux parlements et deux gouvernements.
 

avis d'expertIsraël / Palestine : la paix est-elle encore possible après la dernière guerre de Gaza ?
 
Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Malgré les mille précautions de Tsahal et à cause de la politique du « bouclier humain » du Hamas (confirmée par l’ONU et certains journalistes), ce sont encore les civils gazaouis qui ont payé le prix le plus fort de cet ultime conflit...
 

avis d'expertVers un modèle de cluster maghrébin spécifique
 
Paulette Pommier, Consultante internationale en développement régional et aménagement du territoire
Dans les trois pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) des concentrations géographiques d’activités, clusters spontanés ou organisés, ont été recensées...
 

avis d'expertLe Maghreb est-il prêt à accueillir des coproductions ?
 
Amal Chevreau, responsable pôle études et production à Ipemed
Au sein de l'UE, le taux de chômage est estimé à 10,2% en juin 2014 (1). Au Sud, le taux de chômage est de l'ordre de 20 à 25 % chez les jeunes...
 

Autres avis d'experts