Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Profil des entreprises engagées sur la route de l’export





La productivité des facteurs de production et en particulier les qualifications professionnelles des employés conditionnent la performance à l’international d’une entreprise (photo : F.Dubessy)
La productivité des facteurs de production et en particulier les qualifications professionnelles des employés conditionnent la performance à l’international d’une entreprise (photo : F.Dubessy)
Quels facteurs déterminent la capacité des entreprises à exporter ? L’étude comparative effectuée courant 2016 par le Femise s’avère riche d’enseignements. Intitulée « Les déterminants des performances à l’exportation des entreprises de la région MENA  », elle passe au crible huit pays : Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Tunisie, Turquie et Gaza.
La productivité des facteurs de production et en particulier les qualifications professionnelles des employés conditionnent la performance à l’international d’une entreprise. Au Moyen-Orient et au Maghreb, la productivité joue un rôle moindre qu’en Europe.
A ceci s’ajoutent d’autres facteurs pondérés selon la localisation du siège social. « En Tunisie et au Maroc, les entreprises nouvellement créées n'exportent pas. Ces start-ups tunisiennes aux capitaux étrangers sont intégrées à la chaîne de production internationale. Les entreprises traditionnelles fondées avant la transition restaient orientées vers le marché domestique », analysent Alfred Tovias, professeur en relations internationales à l’université hébraïque de Jérusalem et Jan Michalek, professeur d’économie à l’université de Varsovie.

Les  auteurs du rapport Femise avaient présenté en avant première en février 2016 les résultats préliminaires de leurs travaux lors de la conférence annuelle du Femise le 14 février 2017 à Athènes.  

Startups occidentales tournées vers l’export

Pour les entreprises basées dans la région MENA, l’ancienneté, l’expérience, le savoir-faire pèsent sur la capacité à exporter. Ce n’est pas le cas des sociétés européennes, capables de se positionner à l’international dès les tout premiers mois de leur création. Les entreprises occidentales ont pris conscience ces dernières années du rôle stratégique joué par la demande des marchés étrangers, clé de voûte de leur développement.
À l'inverse, le niveau technologique, le volume de licences étrangères acquises, influent sur la capacité à l’export des entreprises européennes.
Le Femise note également une spécificité inhérente aux Pme de la région MENA : « Les exportateurs indirects  (qui passent par un tiers pour exporter) peuvent se révéler moins efficaces en termes de productivité au travail, moins innovants et plus modestes que ceux qui exportent directement », note le rapport.
Par ailleurs, plus les entreprises de la région MENA développent une large gamme de produits, plus elles ont tendance à exporter. 

En revanche, il n'existe pas de corrélation entre la nature du capital de la société, privé ou public, et sa propension à exporter sur les deux rives de la Méditerranée.

Les économistes encouragent les autorités des pays du sud de la Méditerranée à investir dans le capital humain, à moderniser le système éducatif tout en soutenant les entreprises dans leurs efforts de recherche et développement. Le rapport Femise met en lumière la nécessité pour les pays orientaux d’attirer les investissements directs étrangers. 

Consultez le rapport FEM 41-12 en cliquant ici.



Jeudi 23 Février 2017




Lu 1350 fois
















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil