Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Pour une gestion durable de la forêt méditerranéenne


planbleu

Soumis à de fortes pressions, les espaces forestiers sont pourtant essentiels au maintien de la biodiversité et au développement socio-économique. Comment leur assurer un futur durable en Méditerranée ? Le Congrès Forestier Mondial de Durban abordera la question en septembre 2015.



La forêt de la Maâmora au Maroc fait partie des 5 sites pilotes sélectionnés pour tester la méthodologie (DR)
La forêt de la Maâmora au Maroc fait partie des 5 sites pilotes sélectionnés pour tester la méthodologie (DR)
Les forêts méditerranéennes seront à l’honneur lors du XIV Congrès Forestier Mondial qui se tiendra à Durban du 7 au 11 septembre 2015. Un stand leur sera pour la première fois dédié. Il s’agit pour les porteurs de cette initiative, l’AIFM (Association Internationale Forêts Méditerranéennes) et le Plan Bleu, est de mettre en évidence le rôle essentiel des espaces boisés dans le maintien de la biodiversité et des paysages en Méditerranée mais aussi leur contribution au développement socio-économique, à la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté.

Les experts recensent aujourd’hui 25,5 millions d’hectares de forêts méditerranéennes, dont 2 millions d’hectares de forêts primaires et 14 millions d’hectares de plantations forestières. Ces espaces boisés ne représentent que 9%  de la superficie terrestre de la région méditerranéenne et ils sont soumis à de fortes pressions : surpâturage, prélèvement de bois de feu, urbanisation galopante. S’y ajoutent les impacts du changement climatique avec des risques accrus d’incendie et d’attaques parasitaires. D’où l’importance de mettre en œuvre une gestion forestière durable.
 

Dresser une évaluation économique des biens et services forestiers

Le Plan Bleu en partenariat avec plusieurs acteurs, dont le Comité Silva Mediterranea de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), a lancé un projet  pour préparer le terrain. « Ce projet associe cinq pays (Algérie, Maroc, Liban, Tunisie, Turquie). Il vise un double objectif. Tout d’abord  mettre en place une gouvernance participative pour réunir autour d’une même table les différents acteurs concernés. Mais aussi dresser une évaluation économique des biens et services fournis par les écosystèmes boisés et pour lesquels les autorités disposent de peu d’informations » analyse Nelly Bourlion, chargée de programme au Plan Bleu.

Compte tenu du caractère novateur de la démarche, cinq  sites pilotes ont été identifiés pour tester la méthodologie et l’adapter aux spécificités de chacun: le parc national de Chréa en Algérie, la réserve de biosphère de Jabal Moussa au Liban, la forêt de la Maâmora au Maroc, le bassin versant de Barbara en Tunisie et la forêt de Düzlerçami en Turquie. Une synthèse des premiers résultats de l’évaluation économique sera présentée à Durban, appuyée par la publication de deux guides méthodologiques (évaluations socio-économiques et gouvernance participative) seront  publiés. Le Dialogue International Eau et Forêt, évènement parallèle au congrès, mettra aussi l’accent sur le lien nécessaire à instaurer entre gestion de l’eau et gestion des forêts. «Il est vain, insiste Nelly Bourlion, de gérer ces différents écosystèmes sans prendre en compte leurs impacts réciproques ». 



Lundi 24 Août 2015




Lu 1347 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA












Suivez econostrum.info en direct sur Facebook










Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA          EDF
 
Femise