Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Portugal : les législatives du 4 octobre s’annoncent très disputées après 4 ans d’austérité


Les Portugais sont appelés aux urnes dimanche 4 octobre pour renouveler l’Assemblée nationale. La coalition au pouvoir depuis juin 2011 a décidé d’avancer unie. Elle arrive en tête dans les sondages.



photo BL
photo BL
PORTUGAL. Les Portugais sont appelés aux urnes dimanche 4 octobre pour renouveler l’Assemblée nationale. La coalition au pouvoir depuis juin 2011 a décidé d’avancer unie. Elle regroupe le Parti Social Démocrate-PSD du premier ministre Pedro Passos Coelho, et le Centre Démocrate Social/Parti Populaire du vice premier ministre Paulo Portas.  Cette coalition, intitulée « Portugal a Frente » (Portugal en avant), habituellement dénommée PaF, arrive en tête dans les sondages. Les écarts avec le « challenger », le Parti Socialiste, vont de 5 à 10 voire 12 points, rendant encore plus difficile la définition d’un scenario plausible.

Aucune des deux grandes forces en présence ne semble pouvoir atteindre la majorité absolue à l’issue du vote. Alors que la campagne se termine vendredi 2 octobre, le PS, le Parti Communiste et le Bloc de gauche pourraient obtenir la majorité absolue. Mais une alliance entre ces partis pour gouverner semble improbable.  De même, la droite unitaire devra probablement composer pour obtenir le soutien du PS si elle veut former un gouvernement stable.  Les socialistes refusent pour l’instant toute idée de rapprochement. Ils ont même annoncé qu’ils ne voteraient pas le prochain budget de l’état s’il devait être préparé par la droite.

Les Portugais restent indécis, et leur nombre est- phénomène plutôt rare- plus important (25% ) en fin de campagne qu’en début. L’abstention s’annonce au minimum de 40 %. Les Lusitaniens sortent de 4 ans d’austérité, avec un pouvoir d’achat réduit de 25 à 30 % et des repères sociaux et économiques complètement bouleversés. L’opinion publique s’inquiète d’un choix qui n’en est pas un : entre une politique d’austérité néolibérale et une politique d’austérité « sociale ».

Pas de chiffrage

Les portugais ont perdu 25 à 30% de leur pouvoir d'achat. Photo BL.
Les portugais ont perdu 25 à 30% de leur pouvoir d'achat. Photo BL.
Le Portugal a obtenu 78 milliards d’euros de la part du Fond Monétaire international, de la Banque Centrale Européenne et de la Commission Européenne de 2011 a 2014 afin de soutenir les finances publiques. Le gouvernement de droite arrivé au pouvoir en 2011 s’était alors engagé à mener des réformes structurelles pour revenir dans le cadre défini par l’Union Européenne pour les pays de la zone euro. Elle demande aujourd’hui aux Portugais de lui accorder une nouvelle législature pour terminer ce programme et commencer à alléger la pression fiscale.

Le PS privilégie la relance économique pour favoriser l’emploi, maitre mot de sa campagne électorale.  La droite accuse le PS de créer une illusion qui risque de faire revivre au pays le scenario de 2011 : l’appel à l’aide internationale pour éviter la banqueroute.
 
Le PS propose d’éliminer la surtaxe (impôt exceptionnel) en deux ans, contre quatre ans pour le PSD et de redéfinir les échelons de l’impôt. Le PS veut progressivement augmenter le salaire minimum, alors que la droite propose d’évaluer la productivité avant toute augmentation.

La sécurité sociale constitue l’une des grandes questions de la campagne, en raison du poids de l’électorat des retraités et pensionnés. La gauche ne prévoit aucune coupe pour les pensions encours, une réduction progressive de la cotisation unique (TSU) de 4 points compensée par une réduction des pensions à partir de 2027. La part patronale  de la cotisation sociale pourra éventuellement être diminuée elle aussi de 4 points. A droite, les contributions des plus jeunes seront plafonnées pour permettre de déterminer une valeur maximum de la future pension.

Concernant la fiscalité des entreprises, la coalition PaF préconise une réduction de 21 % à 17 % en 2019 de l’impôt, alors que le PS, toujours dans l’esprit d’une relance de la consommation interne, souhaite faire baisser la TVA sur la restauration de 23 à 13 %  (son niveau en 2011). Enfin, les fonctionnaires publics devraient récupérer les coupes salariales en deux ans selon le PS en 4 ans selon la coalition.
 
Les deux programmes omettent le plus souvent de chiffrer ces propositions. Alors que le PS tout comme la droite PSD/CDS devront respecter le traité européen qui fixe à 3 %  du PIB le déficit budgétaire et une dette publique inférieure à 60 % du PIB.

 Le déficit en 2014 a atteint 7,2 % (contre 7,4 % en 2011, au début du programme d’austérité) et la dette souveraine atteint 130% du PIB.




Vendredi 2 Octobre 2015


Plus d'actualités sur : élections, Portugal

Lu 1737 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise