Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Port de Marseille : coup de gueule des dirigeants


En dépit de la reprise du travail sur le terminal à conteneurs de Mourepiane, les dirigeants du Grand port maritime de Marseille s’alarment de l’impact de la grève des agents des terminaux pétroliers depuis 26 jours et menacent de remettre en cause la création d’une filiale pour gérer ces terminaux.



Le terminal à conteneurs de Mourepiane est régulièrement la proie des grèves (Photo FD)
Le terminal à conteneurs de Mourepiane est régulièrement la proie des grèves (Photo FD)
FRANCE. Le terminal à conteneurs des bassins intérieurs de Marseille (Mourepiane) a recommencé à fonctionner hier. Les agents du Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) ont en effet repris le travail après plusieurs jours de grève.

« Nous avons convenu d’un calendrier de négociation avec les partenaires sociaux », a indiqué vendredi 22 octobre 2010 Patrick Daher, président du conseil de surveillance du GPMM, à propos des modalités de transfert des portiques de Mourepiane et des personnels du GPMM mais également de différentes questions à propos du GPMM après l’arrêt de ses activités d’exploitation directes.
« Il est urgent que nous batissions le système pour Mourepiane maintenant » a ajouté Jean-Claude Terrier, président du Directoire du GPMM.

Mais cette reprise du travail à Mourepiane ne règle pas tous les problèmes du GPMM. Les terminaux pétroliers restent bloqués par une grève qui dure depuis vingt-six jours .
Conséquences : 71 navires et 4 péniches sont actuellement en attente en mer. Parmi eux, 35 pétroliers de brut et 21 de raffiné ne peuvent décharger leur cargaison. Cela représente 3,8 millions de tonnes de pétrole en rade.

"Ras-le-bol"

« Maintenant, ça suffit, il y en a ras-le-bol. Le port, notre région, les entreprises qui travaillent avec le port, la population, ne peuvent être éternellement otages d'un petit groupe d'individus qui sont traités de façon très privilégiée », a lancé Patrick Daher.
« Tout a été donné, le personnel est protégé à vie. Que peut-on donner de plus ? », a-t-il poursuivi.
Le port de Marseille est le seul de France où il a été accepté de créer une filiale pour les terminaux pétroliers, détenue à 60% par le GPMM.

Les salariés du port qui doivent y être transférés ont obtenu la garantie de leur emploi jusqu'à la retraite (dans la filiale ou dans le GPMM dans le cas de difficulté de la filiale), ainsi que celle d'une rémunération au moins égale à celle touchée au port. Ils ont aussi l’assurance que le GPMM restera actionnaire majoritaire pendant 20 ans de cette filiale.

« Nous sommes même allés au-delà de ce que nos tutelles voulaient nous voir aller, nous avons pris nos responsabilités de dirigeants du port, à eux de dire s'ils veulent garder un port leader dans le monde du pétrole », a ajouté Patrick Daher.
Et ce dernier de menacer : « si les blocages devaient continuer, un retour à une stricte application de la loi devrait être envisagé ». En clair, la création de la filiale et tout ce que la CGT a obtenu pourraient être remis en cause.

Discrimination

Reste que les agents CGT du GPMM devraient être en grève ces 23 et 24 octobre 2010 à l’appel de la Fédération nationale CGT des Ports et Docks qui négocie avec le gouvernement la prise en compte de la pénibilité du métier des portuaires et réclame une cessation anticipée d’activité de cinq ans.
 
Raymond Vidil, président de Marfret, s’est donc plaint auprès du directeur du GPMM vendredi 22 octobre 2010 d’une discrimination à son encontre : « Nous sommes informés ce jour que Marseille RORO/Intramar et son personnel docker travailleront samedi et dimanche le navire turc de UN RORO, en dérogation aux mouvements de grève qui s’appliquera sur nos bassins. Pire, il semble que vos services de capitainerie ont l’intention de nous ordonner un mouvement de changement de quai pour libérer le poste 26 que nous occupons au bénéfice du navire de UN RORO, alors que la capitainerie du GPMM nous a autorisés à effectuer des opérations de maintenance sur notre moteur principal ».


Aliette de Broqua


Vendredi 22 Octobre 2010



Lu 2766 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 21 Novembre 2016 - 17:59 La Libye et la Syrie ont fait fuir les investisseurs €


Commentaires

1.Posté par mannkael le 26/10/2010 19:37
Bien fait pour nous! La faiblesse génère le chaos. Je prie pour que plus un seul tanker ou contener ne viennent plus jamais à Marseille......et que tous ces maffieux se retrouvent à la rue.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise