Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Pierre Vallaud : " Concernant les réfugiés, l'Europe devrait se pencher sur son histoire..."


Invité à Marseille par l'association Euromed-IHEDN à inaugurer le premier Mardi de la Villa Méditerranée*, l'historien français Pierre Vallaud a dressé un panorama de "la Méditerranée dans la tourmente". Le spécialiste des guerres du XXe siècle, ancien professeur en relations internationales à l'université Saint-Joseph de Beyrouth où il a dirigé le CERGES (centre d'études et de recherche géostratégique), porte, dans une interview exclusive accordée à econostrum.info, son regard sur l'actualité et notamment sur la problématique des réfugiés et les solutions pour la Syrie.



Pour Pierre Vallaud, "tout ce qui produit les migrations a tendance à durer" (photo F.Dubessy)
Pour Pierre Vallaud, "tout ce qui produit les migrations a tendance à durer" (photo F.Dubessy)
MÉDITERRANÉE.
econostrum.info : Quel est votre regard d'historien sur la question des réfugiés, principalement en provenance de Syrie ?

Pierre Vallaud : Pour ce qui est de l'histoire, nous avons effectivement la mémoire assez courte. L'Europe a connu des réfugiés jusqu'à une date tout à fait récente. Des millions d'Européens se sont "promenés" sur le continent, en particulier après la seconde guerre mondiale. Déjà, énormément d'Européens avaient émigré au XIXe siècle. Donc, l'Europe devrait se pencher sur son histoire.

Nous ne pouvons pas considérer qu'en construisant des murs pour arrêter les flux, cela marchera. Les murs se contournent ! La Hongrie, si opposée à accueillir des réfugiés actuellement, pourrait se rappeler sa propre histoire et celle de la migration de ses habitants en 1956 après l'insurrection de Budapest et en 1989 au moment de la chute du communisme, avec la suppression des barbelés à la frontière autrichienne.

En Afrique et au Moyen-Orient, la pauvreté, la corruption, la dictature voire les régimes forts et la guerre poussent les populations en danger à migrer. Il s'agit d'un phénomène historique en marche. Il est normal que des populations veuillent quitter des endroits où elles vivent mal pour aller dans des lieux où elles vivent mieux et en paix.

"Ces événements mettent l'Europe au défi"

Quels pourraient être les critères retenus par l'Europe pour accueillir cette population ?

P.V. : Ce pourrait être n'importe quel critère, quantitatif évidement car, aucun pays ne peut accueillir la totalité des immigrés. Mais en aucun cas des critères qualitatifs, d'ordre religieux, social, économique etc... Chaque être humain a sa valeur quel qu'il soit. 

Ces événements mettent l'Europe au défi. Elle n'a pas pour l'instant de réponse unifiée à ce problème alors que tout ce qui produit les migrations à tendance à durer.

Comment régler le problème à la source, justement pour éviter un flux constant de réfugiés ? L'intervention militaire est-elle la bonne ?

P.V. : Ces conflits résultent de l'illusion que face à des problèmes politiques dans les pays étrangers, la solution militaire peut fonctionner. Afghanistan et Irak prouvent le contraire. Nous bénéficiions d'une situation stabilisée autour de l'Irak avec des régimes forts en Syrie et en Iran. La destruction de l'armée de Sadam Hussein a permis à ses cadres d'être lâchés dans la nature et de rejoindre notamment l'État islamique. Cela a échappé à tout le monde. Et aujourd'hui, certains stratèges en chambre préconisent cela pour la Syrie ?

Il existe deux solutions pour régler le problème à la source. La première, à très long terme, consiste à réduire la pauvreté dans ces pays et donc organiser le co-développement ce que personne n'a fait.

Deuxièmement, il faut trouver le moyen de faire rapidement cesser ces guerres. Et ce n'est pas seulement en utilisant les armes, car, comme je l'expliquai, cela aura une efficacité limitée. La diplomatie doit s'organiser. Mettons autour de la même table tous les acteurs. Reste le problème de Bachar al-Assad, et il n'est pas question, bien évidemment, de convier autour de la table le principal responsable du chaos de la région.  

"Les pays arabes n'ont pas les moyens politiques d'intervenir"

Une coalition des pays arabes au sol aurait pourtant un sens ?

P.V. : Oui, mais qui va y aller ? Quels pays arabes ? Nous ne sommes plus dans les années 60 ou 70. Ces pays essaient de rester stables. Ils n'ont pas les moyens politiques d'intervenir en Syrie ou en Irak.   

Pourquoi les pays arabes s'impliquent-ils si peu en Irak et en Syrie, même par l'accueil de réfugiés ?

P.V. : Les États arabes sont tellement fragiles, qu'ils ne veulent surtout pas tomber dans cet engrenage-là. Les Égyptiens ont autre chose à faire que de se préoccuper de ce qui se passe en Irak ou en Syrie. Tout comme les Tunisiens ou les Libyens !

Et alors quel est le seul endroit solide, sérieux, disponible ? C'est l'Union européenne. Qu'elle le veuille ou pas, c'est un Eldorado. Nous, Européens, considérons l'Union dans un état de crise mais c'est de la rigolade par rapport à ce qui se passe dans le reste du monde. Il existe des lois, des libertés et, malgré tout, une certaine richesse. Tout cela ne peut que faire rêver tout père de famille qui veut élever ses enfants dans la dignité.


* La Villa Méditerranée accueille, les mardis deux fois par mois jusqu'en décembre 2015, un cycle de rencontres sur une des grandes thématiques géopolitiques, politique ou urbaine (voir le programme) en partenariat avec l'association Euromed-IHEDN et le programme WAFAW (When authoritarianism falls in the arab world).




Mercredi 16 Septembre 2015



Lu 4484 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise