Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Nouvelle Constitution au Maroc : le grand écart


La classe politique marocaine plébiscite le projet de révision constitutionnelle. Mais la rupture avec le 20 Février est consommée. S’estimant floués, ils étaient hier plusieurs milliers de manifestants à Casablanca. A Rabat, la marche a été empêchée par des contre-manifestants.



Le 20 Février rejette la Constitution (C. Marot)
Le 20 Février rejette la Constitution (C. Marot)
MAROC. Au lendemain de la présentation par le roi Mohammed VI du projet de révision constitutionnelle, soumis à référendum le 1er juillet 2011, la classe politique marocaine s’est dans l’ensemble déclarée favorable au nouveau texte.

"Nous appelons à voter oui lors du référendum, indique Mustapha Ramid, secrétaire général du Parti Justice et Développement (PJD), parti islamiste représenté au Parlement. C’est un texte progressif, qui devrait contribuer à démocratiser le pays".

Les partis membres de la coalition gouvernementale - Istiqlal, Union socialiste des forces populaires (USFP), Parti du progrès et du socialisme (PPS), Rassemblement national des indépendants (RNI), Mouvement populaire (MP) – ont apporté leur soutien à la nouvelle Constitution.

Celle-ci donne au futur chef de gouvernement, nommé au sein du parti arrivé en tête des élections législatives, des prérogatives élargies. Il pourra désormais dissoudre la Chambre des représentants et nommer les hauts fonctionnaires civils de l’Etat.

Un Conseil supérieur du pouvoir judiciaire est créé pour garantir l’indépendance de la justice.

Un chapitre important est par ailleurs consacré aux droits humains, qui pose notamment les principes de l’égalité homme-femmes pour les droits et libertés à caractère politique, économique, civil, social, culturel et environnemental.

Dans le même temps, le référentiel islamique de la nation Maroc est largement réaffirmé.

Manifestation à Casablanca le 19 juin (C. Marot)
Manifestation à Casablanca le 19 juin (C. Marot)
"Parler de liberté de culte ou d’égalité hommes femmes dans le cadre des constantes de la Nation, c’est à dire la loi islamique, est une insulte à l’intelligence du peuple marocain !", s’indigne Zineb El Razhoui, militante du 20 Février et co-fondatrice du mouvement Mali pour les libertés individuelles.

Avec le mouvement du 20 Février, la rupture est consommée.

"Sur la séparation réelle des pouvoirs, c’est une grande déception, explique Mouna, sympathisante du 20 Février, à Casablanca. Les gens qui ont une conscience politique et qui prendront la peine de lire la Constitution, se rendront compte que c’est de l’arnaque. On s’est payé notre tête. Le roi est le chef des armées, il est le chef du conseil des Oulémas, il préside le conseil judiciaire, le conseil du gouvernement. Dans le fond, cela ne change absolument rien ".

Dimanche 19 juin 2011; en fin de journée, des milliers de manifestants sont descendus dans le quartier de Derb Sultan à Casablanca pour crier leur désaccord.

Perturbée par quelques centaines de contre manifestants surexcités, clamant leur attachement au Roi, la marche a changé d’itinéraire afin d’éviter les heurts.

Dans la foule : de nombreuses pancartes « DST dégage » et la photo de Kamal El Omari, militant du 20 février, décédé le 2 juin à Safi.

A Rabat, en revanche, les partisans « pro Roi », ont eu raison du 20 Février. La manifestation n’a pas pu se tenir. Des manifestants et des journalistes ont été molestés.




Lundi 20 Juin 2011



Lu 2374 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois


Commentaires

1.Posté par Farid Mnebhi le 20/06/2011 15:24
Une belle déculottée pour le mouvement du 20 février et ses « phagocyteurs ».

Déçus par le discours du Roi du Maroc, les membres du mouvement du 20 février ont appelé à manifester ce dimanche 19 juin 2011. Un appel qui s’est révélé être un fiasco total.

Ce mouvement, que les islamistes intégristes, les extrémistes de gauche, les anarchistes et certaines puissances régionales ont infiltrés, s’est entièrement enfermé dans son radicalisme maladif, refusant toute initiative menant à plus de démocratie pour le peuple marocain.

Je rappellerais, humblement à ce mouvement, que le peuple marocain, dès la fin du discours Royal, a fait la fête dans les rues des villes et villages du Maroc et des convois de liesse populaire ont été également organisés par l'avant-garde démocratique de ce pays avec des défilés de grands taxis blancs. De plus, les berbéristes, qui appartenaient à ce mouvement, ont annoncé, leur retrait, et ils ne sont pas les seuls. La raison est toute simple : ils ont compris, que ce mouvement est maintenant « out side of service » du fait de leur esprit figé, borné et qui ne sait que dire non et manifester.

Aujourd’hui, on peut affirmer, sans risque de se tromper, que le mouvement du 20 février ne veut pas plus de démocratie pour le Maroc, mais, il ne veut plus de démocratie pour le Maroc, mais le chaos. C’est différent à mon humble avis.

Ces gens devraient savoir qu’un pays démocratique rejette les refuzniks, et il est fait par de personnes avec esprit démocratique non des radicaux et des extrémistes de tous bords. Même la presse internationale, écrite et audio-visuelle, aljazeea incluse, ont pris leur distance avec ce mouvement.
En conséquence, ceux qui ont phagocyté ce mouvement l’ont eu, donc, dans le baba, pour certains au rhum, pour d’autres au sirop sucré et à l’eau de rose. Vous comprenez de qui je parle. Inutile de les citer, c’est leur faire de la pub gratuite pour eux. Notamment, quand on se promène en Grèce au frais de ses adeptes, qui eux n’ont pas le droit de voyager sans un moharram, je parle ici des femmes. Une démonstration coranique de cet incident devrait être faite par les ténors de l’interdiction de la mixité et du voyage d’une femme seule (sans les citer bien sûr, mais vous devinerez).
Enfin, le Roi du Maroc a eu l’audace de proposer à son peuple une Constitution avant-gardiste, une audace qui a manqué à Alger, dont la presse ne sait plus quoi écrire sur le Maroc et que les Kabyles se questionnent sur leur futur statut dans la société algérienne.
En vous demandant de bien vouloir publier et diffuser ce papier. Une réponse par courriel serait appréciée. Merci
Farid Mnebhi.

2.Posté par Farid Mnebhi le 20/06/2011 15:24
Discours historique du Roi du Maroc en ce vendredi 17 juin 2001 :
une Constitution révolutionnaire pour le peule marocain
Ce vendredi 17 juin 2011, le Roi du Maroc a annoncé, dans un discours à la Nation, les grandes lignes du projet de nouvelle Constitution qui sera soumis à l’approbation des citoyens marocains par voie référendaire le 1er juillet 2011.
Cette nouvelle Loi Fondamentale est basée sur sept fondements majeurs, qui concernent la séparation et l'équilibre des pouvoirs, un Parlement issu d'élections au sein duquel la prééminence revient à la Chambre des Représentants (1ère chambre), la reconnaissance constitutionnelle pour la première fois de la composante berbère amazigh, la volonté d'ériger la justice en pouvoir indépendant, le renforcement du statut du Premier ministre, la constitutionnalisation de l'institution du Conseil de gouvernement et la constitutionnalisation des instances en charge de la bonne gouvernance, des droits de l'Homme et de la protection des libertés.
Cette réforme constitutionnelle globale définit les principes d'une monarchie parlementaire, assurant à l'institution Royale sa continuité historique et son développement pour qu'elle puisse s'acquitter de sa mission d'arbitre, de guide et de référence, et consacrant son rôle, en tant qu'Amir Al Mouminine (Commandant des croyants) et Chef de l'Etat, dans la protection de la religion, de la Constitution et des droits et libertés, et en tant que garant de l'indépendance de la nation et de l'intégrité territoriale du Royaume.
Ce projet de nouvelle Constitution, s'il est adopté, confirmera que le Maroc vient de franchir une nouvelle étape vers la consolidation de la démocratie, du droit et des libertés, que bien des peuples envieraient, notamment dans le Monde arabo-musulman, et particulièrement celui de son voisin de l’Est.
Aujourd’hui donc, le peuple marocain se doit de choisir par voie référendaire entre un Maroc démocratique et fier ou le chaos avec pour conclusion une dictature islamiste extrémiste à l’iranienne ou de gauche à la stalinienne, deux types de régime inconnus au Maroc et rejetés par la communauté internationale. Deux modèles de gouvernance dictatoriaux qui n’ont plus de place dans le monde du 21ème siècle et dans ceux à venir.
En conclusion, le Discours Royal du 17 juin 2011 restera à jamais inscrit dans l’histoire du Maroc, comme l’ont été les Discours de Tanger, de M’Hamid Al Ghizlane et d’Agadir, respectivement les 10 avril 1947, 25 février 1958 et 05 novembre 1975. Le 1er consacra la volonté du Maroc de s’affranchir du joug du colonialisme et l’émancipation de la femme marocaine, le second a constitué le 1er jalon dans le combat du Maroc pour la récupération de ses provinces sahariennes et la consécration de son intégrité territoriale, le 3ème est relatif au déclenchement de la marche pacifiste, la Marche Verte, pour la libération du Sahara marocain du colonialisme espagnol.
En vous demandant de bien vouloir publier et diffuser ce papier. Une réponse par courriel à cette requête serait appréciée.
Farid Mnebhi.

3.Posté par diouri naji le 20/06/2011 21:19
Dans le projet de la nouvelle constitution, le roi en sa qualité d’AMIR AL MOUMININE, (dans le sens ou al mouminoune , comme indiqué dans le saint coran, sont ceux qui croient en DIEUX , ses anges, ses livres et ses messagers ) s’isole du pouvoir religieux et nomme exceptionnellement le ministre chargé des affaires islamiques. Il est aussi le chef suprême du conseil islamique. Mais le texte reste vague à propos de la position des oulémas ceux qui déclarent l’acte d’allégeance au nom du peuple à la nomination du roi, et celle des khateb (prêcheurs du vendredi) ou du simple imam qui commande les cinq prières quotidiennes dans la mosquée de proximité
Tous ces représentants de la foi, aux yeux de la loi ne sont que de simples citoyens, il ne bénéficient d’aucune immunité alors que ces gens sont consultés de façon quasi permanente et risquent de commettre des dépassements.
Que doivent ils faire face à DIEU s’ils ne dénoncent pas ce que les civiques jugent comme dépassements ???

4.Posté par rguibi le 23/06/2011 10:20
Une info que cachent ses "honorables correspondants de presse" à leurs lecteurs et qui choquent tous les Marocains : lors des squelettiques manifestations du 20 Février , le drapeau Marocain est absent des cortèges des 20 fifi t : cf les 2 photos de cet article : AUCUN DRAPEAU MAROCAIN n'est toléré par ces gens !!
Shocking pour tous les Marocains !!!
Après ça, certains viennent nous vendre le fait que ces militants d'extrême gauche et de la secte religieuse AWI, représentent les Marocains ..LOL..
le 1er Juillet, les Marocains leur répondront massivement et démocratiquement en votant OUI !!

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise